SUCKLING JOHN (1609-1642)

Poète, cavalier, dramaturge et courtisan, célèbre surtout pour ses poèmes lyriques, Suckling était gentilhomme de la chambre de Charles Ier d'Angleterre et ami de Thomas Carew, de Richard Lovelace et de sir William d'Avenant. Lorsque la guerre contre l'Écosse éclata, en 1639, Suckling leva à ses frais une troupe de cavaliers et accompagna Charles Ier dans sa désastreuse expédition. Les costumes magnifiques et tapageurs de ses soldats ainsi que leur piteux comportement sur le champ de bataille devinrent la risée de ses contemporains. En 1641, Suckling participa activement au complot ourdi pour tirer le comte de Strafford de la Tour de Londres. Le complot découvert, Suckling s'enfuit en France où, pense-t-on, il mit fin à ses jours.

Il a écrit quatre pièces de théâtre ; la plus ambitieuse est la tragédie Aglaura que l'auteur fit représenter à ses frais dans une mise en scène fastueuse, en 1637. Son meilleur ouvrage dramatique reste la comédie Les Lutins (The Goblins, 1638). On trouve dans toutes ses pièces des réminiscences de Shakespeare et de Beaumont et Fletcher.

Dans ses œuvres lyriques — auxquelles il doit sa réputation de poète —, il traite de l'amour à la manière de Donne, avec un parti pris de légèreté « antiplatonique ». Son chef-d'œuvre est incontestablement la Ballade sur un mariage (A Ballad Upon a Wedding), où il reprend le ton et la forme des ballades populaires.

Suckling a laissé des lettres dont le style spirituel et familier annonce celui des beaux esprits de la Restauration.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SUCKLING JOHN (1609-1642)  » est également traité dans :

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 435 mots

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xvii e siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-cavaliers/#i_2755

MÉTAPHYSIQUES POÈTES

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 3 063 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approximations »  : […] « Vers le début du xvii siècle, apparut une lignée d'écrivains qu'on peut nommer les poètes métaphysiques. » Ce jugement de Samuel Johnson dans sa Vie de Cowley fit la fortune d'un terme ambigu dès l'origine, souvent contesté, mais consacré par l'usage. Le grand critique classique reprochait à Donne et à ses émules de con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-metaphysiques/#i_2755

Pour citer l’article

« SUCKLING JOHN - (1609-1642) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-suckling/