SHIRLEY JAMES (1596-1666)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir enseigné, Shirley devint ministre protestant puis se convertit au catholicisme.

Sa première pièce, L'École de la galanterie (The School of Complement), fut représentée en 1625. À la fermeture des théâtres de Londres, en 1636, il écrivit pour le théâtre de Saint Werburgh, de Dublin. De retour à Londres en 1640, Shirley obtint la charge de dramaturge de la maison du roi, au théâtre des Blackfriars. Au cours de la guerre civile, il prend le parti du roi, s'exile en France, puis retourne à son métier de pédagogue.

De l'abondante production de Shirley, trente et une pièces, cinq masques et une allégorie morale ont été conservés. Il écrivit des pièces dans la plupart des genres à la mode. Le Triomphe de la paix (The Triumph of Peace, 1634), un masque dont l'action est assez compliquée, fut représenté au théâtre des Inns of Court avec des décors d'Inigo Jones et une musique de William Lawes.

Dans la tragédie, ses meilleures productions, Le Traître (The Traytor, 1631) et Le Cardinal (The Cardinal, 1641), sont d'un sombre tragique, construites et écrites avec soin, mais peu originales. Les comédies ont plus de nouveauté ; dans La Belle spirituelle (The Wittie Faire One) et La Mondaine (The Lady of Pleasure, 1635), Shirley fait la satire des mœurs, des modes et des engouements littéraires des cercles élégants de Londres.

Outre ces comédies de mœurs, Shirley donna des comédies romanesques très proches de celles de Fletcher.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SHIRLEY JAMES (1596-1666)  » est également traité dans :

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 435 mots

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xvii e siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-cavaliers/#i_6115

Pour citer l’article

« SHIRLEY JAMES - (1596-1666) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-shirley/