BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un écrivain mystique

Bérulle – « un des plus saints hommes que j'aie connus », disait Monsieur Vincent – n'avait ni la bonhomie ni le sens pratique de celui-ci. L'homme manquait de prestance : il était petit et avait les yeux exorbités par une ophtalmie douloureuse. Dépourvu d'humour, doué d'une douceur insistante et inflexible qui finissait par rendre son autorité pesante, incapable de digressions, il ne se trouvait à l'aise que dans la spéculation abstraite et la métaphysique. Son style déjà classique est souvent d'une solennelle tristesse. Il reste que Bérulle, ami de François de Sales, de Vincent de Paul et surtout de Saint-Cyran, fut un des directeurs de conscience de son siècle. Son principal ouvrage, le Discours de l'estat et des grandeurs de Jésus (1622), est un des maîtres livres de la spiritualité. Esprit éclectique influencé par le néoplatonisme du pseudo-Denys, par Pic de La Mirandole, par les mystiques rhéno-flamands, mais aussi par saint Bernard et par saint Ignace, Bérulle a repris le théocentrisme de ce dernier, avec toutefois des différences d'accent. « Dieu seul est, écrit-il, [...] et tout est un pur néant en sa sainte présence. » Aussi bien le monde ne subsiste-t-il que grâce à une continuelle création, thème repris par Descartes et transposé par le jansénisme dans la théologie de la grâce. De même que le monde, à chaque instant, a besoin de son créateur, de même l'âme, à tout moment, a besoin du secours divin. Il ne faut donc « voir et n'estimer que Dieu ». Dès lors, « n'est-il pas raisonnable que, comme Dieu seul est, Dieu seul aussi vive et règne en moi ? Et que cette volonté, qui est parfaitement accomplie au ciel, ne soit pas éconduite en la terre ? » Plus nous sommes remplis de Dieu et vides de nous-mêmes, plus nous sommes fidèles à notre condition. Mais théocentrisme, cela signifia essentiellement pour Bérulle, surtout après une « illumination » de 1607, christocentrisme. Toute l'œuvre de l'« apôtre du Verbe incarné » fut désormais un « plaidoyer contre l'indifférence des chrétiens à la personne du Christ ». « Ou vous n'êtes qu'un pur néa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification

Autres références

«  BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Spiritualité et vision du monde »  : […] L'influence de la pensée augustinienne sur les diverses écoles de spiritualité est sans doute la plus importante. On sait que la méditation, durant quinze années et en dehors de tout contexte polémique, du mystère de la Trinité aboutit chez Augustin à la certitude d'un théocentrisme : c'est en tant que Dieu que le Christ attire la créature vers son créateur. Le mot célèbre des Confessions , « Car […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 788 mots

Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l' Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xvii e siècle et dans la mouvance du cardinal de Bérulle et de l'Oratoire de France. Bremond prend le mot « école » au sens rigoureux, parlant […] Lire la suite

GIBIEUF GUILLAUME (1580 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 179 mots

Oratorien français. Après des études à Paris, Gibieuf entre en 1612 dans la société que Bérulle venait de fonder ; il devient rapidement l'associé étroit du fondateur, qu'il remplace pour gouverner la société pendant ses longues absences en Italie et en Angleterre. À la mort de Bérulle, en 1629, Gibieuf se retrouve à la tête de ceux qui veulent conserver l'esprit séculier de l'Oratoire, contre les […] Lire la suite

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Les théologiens modernes »  : […] Au cours des siècles, la notion a pris, comme on peut s'y attendre, des significations diverses. Au xv e siècle, par exemple, on appelle « mystère » – sans doute par confusion de mysterium et ministerium – une composition dramatique sur un sujet religieux : telle la Passion d'Arnoul Gréban. Au xvii e siècle, le cardinal de Bérulle et l'école française de spiritualité insufflent au mot une vie n […] Lire la suite

ORATOIRE DE JÉSUS ou ORATOIRE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 745 mots

Société de prêtres fondée au xvii e  siècle par Bérulle et reconstituée au xix e  siècle, notamment par Gratry. Né en 1575, Pierre de Bérulle sent très tôt le besoin d'une congrégation de prêtres, dans le milieu mystique qu'il fréquente à Paris et où il est très écouté (vers 1600) ; il sollicite vainement César de Bus, François de Sales et les Oratoriens italiens, fondés par Philippe Néri. Il semb […] Lire la suite

SAINT-CYRAN JEAN DUVERGIER DE HAURANNE abbé de (1581-1643)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 519 mots

Prêtre et spirituel français, né à Bayonne d'une famille de gros négociants gascons et basques, Jean Duvergier de Hauranne fit ses études chez les jésuites d'Agen, puis dans les Universités de Paris et de Louvain. De brillantes études en théologie révèlent son intérêt pour les Pères de l'Église ; ayant lié connaissance avec Jansénius, étudiant à Louvain, il l'invite à venir travailler avec lui l'É […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « BÉRULLE PIERRE DE - (1575-1629) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-berulle/