Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BREMOND HENRI (1865-1933)

Les spécialistes voient surtout en Bremond l'auteur d'une monumentale Histoire littéraire du sentiment religieux en France, restée inachevée, dont certains aspects ont été vivement contestés ou sont aujourd'hui dépassés, mais qui demeure un instrument de travail indispensable. Il avait connu, vers 1925, son heure de notoriété en déclenchant la « querelle de la poésie pure » qui agita alors la république des lettres. L'apparente dispersion de ses curiosités et de ses travaux, son style volontiers « piquant » et son humeur souvent belliqueuse, les suspicions qui pesaient sur son orthodoxie à la suite des sympathies qu'il avait laissé entrevoir pour le modernisme le firent considérer par beaucoup comme un esprit frivole, touche-à-tout, « insaisissable ». C'était méconnaître ce qui tout au contraire le caractérise le plus profondément : le sérieux, l'unité de la vie et de l'œuvre dans la continuité d'une quête.

L'historien du sentiment religieux

Après des études au collège ecclésiastique de sa ville natale, Aix-en-Provence (Charles Maurras, de trois ans plus jeune, fréquente le même établissement), Henri Bremond entre à dix-sept ans dans la Compagnie de Jésus. De 1882 à 1899 alternent formation religieuse et théologique en Angleterre et enseignement dans divers collèges en France. En août 1899, il est nommé rédacteur aux Études, la revue des jésuites français. L'année suivante, la rencontre fortuite à Athènes de Maurice Barrès inaugure une amitié qui ne sera pas sans influence sur sa carrière littéraire. Sur un autre plan, il s'est lié, vers la même époque, avec la plupart de ceux qui joueront un rôle marquant dans la crise moderniste (Maurice Blondel et Lucien Laberthonnière, le jésuite anglais George Tyrrell et son amie miss Petre, le baron Friedrich von Hügel, Alfred Loisy enfin). Ces relations et la sympathie d'idées qu'elles font supposer, une profonde crise personnelle d'autre part rendent sa position difficile à l'intérieur de la Compagnie de Jésus, qu'il doit quitter en février 1904. Il est alors rattaché officiellement à son diocèse d'origine (Aix), mais on l'y laisse libre de se consacrer à ses travaux littéraires. Des conflits du modernisme, il reste un témoin discret mais passionné et joue un rôle actif en coulisse. Par fidélité à Tyrrell (qui fut sans doute le plus proche de ses amis), il n'hésitera pas à se compromettre. Celui-ci étant mort (15 juillet 1909) sans avoir rétracté les idées qui l'avaient fait condamner, les obsèques catholiques lui sont refusées ; Bremond accompagne le corps au cimetière, récite quelques prières et prononce une allocution : frappé aussitôt de suspense a divinis, il devra souscrire une formule d'adhésion aux actes du magistère qui réprouvaient le modernisme. À la suite de cet épisode, il demeurera « suspect » pour certains et connaîtra de nouvelles alertes (mise à l'Index de sa Sainte Chantal en 1913, menaces de condamnation en 1924, puis en 1929...).

Ses premiers essais littéraires manifestaient déjà la conscience, aiguisée par la lecture de Newman et la rencontre de Blondel, de ce qui allait être « le souci » et « l'ambition » de sa vie : une vaste « enquête sur le sentiment religieux » qui, dépassant le notionnel pour atteindre le réel et déjouant les pièges du discours, arriverait à « étreindre le témoignage vivant rendu à la réalité de la foi ». Il privilégiait l'inquiétude religieuse (c'est le titre de son premier recueil), opposée aux trompeuses sécurités du dogmatisme. L'Angleterre contemporaine l'attire également, dans le dessein de constituer à son propos une « psychologie religieuse » entendue comme « science de Dieu agissant dans les âmes » : si les livres et articles publiés concernent surtout Newman (en[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université des sciences humaines de Strasbourg

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE LITTÉRAIRE DU SENTIMENT RELIGIEUX EN FRANCE (H. Bremond)

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 1 038 mots

    L'événement que constitue cette nouvelle édition augmentée de l'Histoire littéraire du sentiment religieux en France (Jérôme Millon, Grenoble, 2006), menée à bien par une équipe d'historiens de la spiritualité, se trouve marqué du signe d'une absence. Celle-là même d'Émile Goichot, l'interprète...

  • BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

    • Écrit par Jean DELUMEAU
    • 1 707 mots

    Célèbre de son vivant, Bérulle tomba dans l'oubli après sa mort et passa de mode assez vite. Ses Œuvres complètes publiées en 1644 ne connurent que deux rééditions au xviie siècle. Mais Henri Bremond a réhabilité, au début du xxe siècle, « le maître de tant de saints, le docteur de...

  • ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

    • Écrit par Jean-Robert ARMOGATHE
    • 786 mots

    Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l'Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xviie siècle et...

  • MODERNISME, catholicisme

    • Écrit par Émile POULAT
    • 5 231 mots
    ...détermination des réseaux d'affinités tels qu'on peut les observer : on voit alors s'imposer des noms d'hommes qui n'étaient ni tous catholiques ni tous savants (Paul Sabatier, Paul Desjardins, Émile Nourry-Saintyves ; Mgr Lacroix, l'abbé Henri Bremond, etc.), mais tous préoccupés de culture religieuse.
  • POÉSIE PURE

    • Écrit par Jacques JOUET
    • 679 mots

    « La fille de Minos et de Pasiphaé... », « La blanche Oloossone et la blanche Camyre... » Ces deux vers, selon le Bloch de Marcel Proust (Du côté de chez Swann), ont pour eux d'être « assez bien rythmés », et surtout « le mérite suprême de ne signifier absolument rien ». Avant ...

Voir aussi