GIBIEUF GUILLAUME (1580 env.-1650)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oratorien français. Après des études à Paris, Gibieuf entre en 1612 dans la société que Bérulle venait de fonder ; il devient rapidement l'associé étroit du fondateur, qu'il remplace pour gouverner la société pendant ses longues absences en Italie et en Angleterre. À la mort de Bérulle, en 1629, Gibieuf se retrouve à la tête de ceux qui veulent conserver l'esprit séculier de l'Oratoire, contre les partisans d'une congrégation religieuse (Harlay de Sancy). Après l'élection de Condren comme général de l'Oratoire, une série de conflits (principalement pour la direction et la visite des Carmélites) entraîne la mise à l'écart de Gibieuf. Sa formation scolastique a évolué, sous l'influence de Bérulle, vers la découverte (en 1620) et l'approfondissement de l'augustinisme ; lié avec Descartes, Gibieuf est un habile théoricien de la grâce et de la liberté ; son traité sur La Vie et les grandeurs de Marie (1637) montre en lui un interprète fidèle de la spiritualité bérullienne.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « GIBIEUF GUILLAUME (1580 env.-1650) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-gibieuf/