BARBIZET PIERRE (1922-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sein de l'école française de piano, Pierre Barbizet a occupé une place volontairement discrète, le soliste s'effaçant souvent derrière le musicien de chambre ou le pédagogue.

Né à Arica, au Chili, le 20 septembre 1922, il passe son enfance dans ce pays, où son père est industriel. De retour en France, il fait ses études générales à Marseille avant d'entrer au Conservatoire de Paris, où il remporte des premiers prix de piano (1944), d'histoire de la musique et de musique de chambre. Dans la classe d'Armand Ferté, il dit avoir acquis « certitude musicale et confort pianistique ». Ouvert à toutes les formes de musique, il est l'un des habitués du Gay Relais un cabaret à la mode de Pigalle où il forme, avec Samson François et Pierre-Petit, un trio qui ne manque pas de piment. En 1948, il remporte le grand prix au concours international de Scheveningen (La Haye) et, un an plus tard, le cinquième prix au concours international Marguerite Long-Jacques Thibaud à Paris. Sa carrière démarre rapidement, en France et à l'étranger. En soliste, il s'impose aussi bien avec la musique de Mozart que dans le répertoire français, dont il devient un infatigable propagateur. Il inscrit à son répertoire plusieurs concertos contemporains (de Serge Nigg – Premier Concerto, qu'il enregistre sous la direction d'André Cluytens –, Henri Gagnebin et Ivan Semenoff). Mais il doit surtout sa notoriété internationale au duo qu'il forme avec le violoniste Christian Ferras, un des duos qui ont marqué l'histoire de la musique de chambre française, dans le prolongement d'équipes illustres comme Jacques Thibaud-Alfred Cortot ou Zino Francescatti-Robert Casadesus. Il est aussi le partenaire occasionnel de Jean-Pierre Rampal, Samson François, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  BARBIZET PIERRE (1922-1990)  » est également traité dans :

FERRAS CHRISTIAN (1933-1982)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 073 mots

Étoile du violon français très vite parvenue au firmament, Christian Ferras symbolisait la continuité d'une école instrumentale qui avait perdu, au fil des années, son lustre d'antan. Jacques Thibaud, Ginette Neveu ou Zino Francescatti étaient ses plus illustres prédécesseurs ; mais, dans leur génération, ils n'étaient pas seuls. Ferras faisait davantage figure d'isolé, et le développement rapide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-ferras/#i_99097

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « BARBIZET PIERRE - (1922-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-barbizet/