PHRYGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Phrygie, région de l'Asie Mineure, a connu une extension variable suivant les époques. Au sens large, elle s'étendait sur la plus grande partie du plateau anatolien, de part et d'autre de l'Halys (actuel Kizil Irmak). Le nord-ouest de l'Asie Mineure reçut le nom de Phrygie hellespontique ; mais le cœur de la Phrygie fut, de tout temps, le haut plateau (de 800 à 1 500 m d'altitude) que limite au nord-est le Sangarios (actuel Sakarya), où s'échancrent à l'ouest les vallées des grands fleuves de l'Ionie, et dont le centre est marqué par la « cité de Midas ». La nature y est toute de contrastes : au long hiver glacé succède une vigoureuse floraison printanière que brûle le soleil de l'été. En dépit de conditions naturelles moins favorables que sur le littoral égéen ou pontique, la Phrygie devait donner naissance à un État florissant et, au-delà de la disparition de celui-ci, les Phrygiens devaient, à travers des dominations diverses, préserver leur originalité créatrice, notamment dans le domaine religieux.

Le royaume de Midas

La formation du royaume phrygien remonterait aux environs de 1200 avant J.-C., au lendemain de la chute de l'empire hittite : selon Hérodote, les Phrygiens auraient émigré de Thrace un peu avant la guerre de Troie. Vers 1100 avant J.-C., les Annales cunéiformes assyriennes du roi Tiglat-Pilesar Ier mentionnent les attaques des Moushki sur le haut Euphrate ; les Phrygiens représenteraient l'élément occidental de ce groupe de peuples installé au centre de l'Anatolie. Un hiatus de plusieurs siècles sépare ensuite cette première mention du viiie siècle, où les Annales du roi Sargon II d'Assyrie citent le roi Mi-ta-a, le roi Midas des Grecs, qui, vers 717, s'allie au roi Pisiri de Karkémish pour contenir la poussée de Sargon II. Mais Karkémish fut prise par les Assyriens et, vers 707, Midas paie tribut à Sargon. Cet échec explique sans doute le rapprochement avec les cités grecques de la côte : Midas avait épousé Démodiké (ou Hermod [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PHRYGIE  » est également traité dans :

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Époque byzantine (IXe-XVe s.) »  : […] Après un siècle et demi de moindre expansion, où la rareté des documents datés rend délicate l'analyse des caractéristiques, la sculpture architecturale se développe à nouveau, abondamment parfois, dans la plupart des régions de l'Empire. La nature de la production a d'ailleurs évolué. Moins de colonnes et de chapiteaux : ceux-ci, de type corbeille le plus souvent (à la Vierge des Chaudronniers [P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/#i_95004

GRANDE MÈRE DES DIEUX

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 791 mots

Divinité orientale et gréco-romaine connue habituellement sous le nom de Cybèle dans la littérature de la Grèce et de Rome depuis le v e siècle environ, la Grande Mère des dieux avait également plusieurs autres appellations, certaines de celles-ci provenant de lieux célèbres où l'on rendait un culte à cette divinité (ainsi Dindymène, du mont Dind […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-mere-des-dieux/#i_95004

LYDIE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Naissance de la puissance lydienne »  : […] Le pays porta d'abord le nom de Méonie et, dans L'Iliade , les Méoniens figurent parmi les peuples alliés de Troie. Selon Hérodote, une dynastie des Héraclides, fils de l'Héraclès indigène ou Sandon, s'empara du pays vers 1200 avant J.-C. Auparavant, la dynastie des Atyades aurait été à l'origine d'une expédition destinée à coloniser l'Étrurie. Aucun vestige archéologique ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lydie/#i_95004

MITHRIDATE VI EUPATOR (132-63 av. J.-C.) roi du Pont

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 1 956 mots

Dans le chapitre « Les débuts de Mithridate »  : […] Son père, Mithridate V Évergète, roi du Pont, avait aidé Rome à constituer la province d'Asie. Il avait reçu pour salaire une partie de la Grande-Phrygie. Mais, en 120 avant J.-C., il fut assassiné. La régence fut exercée par son épouse Laodice au nom de ses fils mineurs, Mithridate et Chrestos. La connaissance que l'on a sur les débuts du règne est obscurcie par des légendes d'origine iranienne. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mithridate-vi-eupator/#i_95004

MYRIOKEPHALON BATAILLE DE (17 sept. 1176)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Victoire des Turcs Seldjoukides de Kilidj-Arslan II sur l'armée byzantine de Manuel I er Comnène dans un défilé situé aux environs de la forteresse de Myriokephalon, en Phrygie (au sud-est de l'actuelle Ankara, en Turquie). L'empereur Manuel Comnène avait décidé de restaurer son pouvoir sur les territoires d'Anatolie perdus par Byzance depuis la bataille de Mantzikert (10 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-myriokephalon/#i_95004

Voir aussi

ATTIS    GORDION    MIDAS

Pour citer l’article

André LARONDE, « PHRYGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phrygie/