PHRYGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La religion

Le culte le plus célèbre était celui de Kubila, Cybèle, la Grande Mère, personnification de la nature féconde, la « maîtresse des fauves » qui peuplent la forêt. Sa divinité parèdre, le berger Attis, était au centre d'une « passion » inspirée par le cycle végétatif : Attis, émasculé, mourait. Cybèle parcourait le pays en se lamentant sur la mort de son amant, qui s'éveillait de son long sommeil avec le renouveau printanier. Si le pin était l'arbre d'Attis, Cybèle était adorée originellement sous la forme d'un bétyle, conservé à Pessinonte ; elle siégeait sur les montagnes, comme l'Ida ou le Sipyle, où des trônes lui étaient taillés (d'où son nom Agdistis, « celle du rocher »). Ses sanctuaires rupestres, aux façades richement travaillées (vie siècle av. J.-C.), ont souvent été pris pour des tombeaux : la déesse y apparaît entourée de musiciens, de fauves.

Ce culte « naturiste » revêtait une violence qui s'accordait aux caractères extrêmes du climat anatolien. Les prêtres de Cybèle, les galles, célébraient à chaque printemps le retour de leur dieu par des danses frénétiques, au cours desquelles ils se mutilaient à l'exemple d'Attis. L'outrance de ces manifestations ne doit pas dissimuler l'ardente aspiration à s'affranchir des instincts charnels, afin de délivrer les âmes du lien de la matière. Cela explique l'attirance exercée par les mystères de Cybèle dans le monde gréco-romain, à qui sa religion n'apportait rien de tel. Grâce à l'amitié du roi Attale Ier de Pergame, Rome accueillit, dès 204 avant J.-C., la pierre noire de Pessinonte ; elle fut plus lente à admettre les aspects troubles du culte d'Attis, qui ne fut officiellement adopté que sous l'Empire, et se propagea alors jusque dans l'Occident. On vit aussi se répandre hors de Phrygie le culte de Men, vieille divinité lunaire. Les Grecs vénéraient depuis longtemps le dieu phrygien du vin, Sabazios. Comme ces deux divinités, Mazeus (Zeus) appartenait au substrat indo-européen de la religion phrygienne.

L'extatisme violent qui caractérise cette religion ne dispar [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PHRYGIE  » est également traité dans :

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Époque byzantine (IXe-XVe s.) »  : […] Après un siècle et demi de moindre expansion, où la rareté des documents datés rend délicate l'analyse des caractéristiques, la sculpture architecturale se développe à nouveau, abondamment parfois, dans la plupart des régions de l'Empire. La nature de la production a d'ailleurs évolué. Moins de colonnes et de chapiteaux : ceux-ci, de type corbeille le plus souvent (à la Vierge des Chaudronniers [P […] Lire la suite

GRANDE MÈRE DES DIEUX

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 791 mots

Divinité orientale et gréco-romaine connue habituellement sous le nom de Cybèle dans la littérature de la Grèce et de Rome depuis le v e siècle environ, la Grande Mère des dieux avait également plusieurs autres appellations, certaines de celles-ci provenant de lieux célèbres où l'on rendait un culte à cette divinité (ainsi Dindymène, du mont Dindyme en Galatie). Le nom officiel complet que lui do […] Lire la suite

LYDIE

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Naissance de la puissance lydienne »  : […] Le pays porta d'abord le nom de Méonie et, dans L'Iliade , les Méoniens figurent parmi les peuples alliés de Troie. Selon Hérodote, une dynastie des Héraclides, fils de l'Héraclès indigène ou Sandon, s'empara du pays vers 1200 avant J.-C. Auparavant, la dynastie des Atyades aurait été à l'origine d'une expédition destinée à coloniser l'Étrurie. Aucun vestige archéologique ne vient cependant éclai […] Lire la suite

MITHRIDATE VI EUPATOR (132-63 av. J.-C.) roi du Pont

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 1 956 mots

Dans le chapitre « Les débuts de Mithridate »  : […] Son père, Mithridate V Évergète, roi du Pont, avait aidé Rome à constituer la province d'Asie. Il avait reçu pour salaire une partie de la Grande-Phrygie. Mais, en 120 avant J.-C., il fut assassiné. La régence fut exercée par son épouse Laodice au nom de ses fils mineurs, Mithridate et Chrestos. La connaissance que l'on a sur les débuts du règne est obscurcie par des légendes d'origine iranienne. […] Lire la suite

MYRIOKEPHALON BATAILLE DE (17 sept. 1176)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 320 mots

Victoire des Turcs Seldjoukides de Kilidj-Arslan II sur l'armée byzantine de Manuel I er Comnène dans un défilé situé aux environs de la forteresse de Myriokephalon, en Phrygie (au sud-est de l'actuelle Ankara, en Turquie). L'empereur Manuel Comnène avait décidé de restaurer son pouvoir sur les territoires d'Anatolie perdus par Byzance depuis la bataille de Mantzikert (1071), en prenant Iconion ( […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André LARONDE, « PHRYGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phrygie/