Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AVVAKUM PETROVITCH (1620/21-1682)

Après les guerres de religion, l'Église catholique éprouva un besoin de réforme qui entraîna plus tard une division entre modérés et rigoristes. De même, après le désordre moral et religieux du « temps des troubles » (1584-1613), l'élite du clergé russe commença la réforme d'où sortit le schisme ( raskol) des vieux-croyants (staroviery). Le plus ardent des réformateurs, devenu docteur et martyr de la « vieille foi », fut l'archiprêtre Avvakum, le plus grand écrivain russe avant le xixe siècle.

Prophète de la vieille foi

La région de Nijni-Novgorod était au xviie siècle un pays où les Russes se heurtaient encore aux Mordves, païens de race finnoise : de là une population active, des individualités fortes. Avvakum, Neronov son maître, le pope Lazare son disciple, le patriarche Nikon son adversaire étaient de cette région.

Fils du curé du bourg de Grigorovo, Avvakum naquit en 1620 ou 1621. Il prit pour femme Anastasie Markovna, qui sera toujours son soutien. Ordonné prêtre, il reçut le soin d'une paroisse voisine, Lopatichtchi. Il y montra tant de zèle dans la défense de ses ouailles et la célébration des offices, sans hâte ni coupures, qu'en 1647 il fut rossé et chassé. Avvakum s'en fut à Moscou, auprès de Neronov qu'il avait connu à Nijni et qui le présenta à l'archiprêtre Étienne, confesseur du tsar, et au jeune tsar Alexis. Ils étaient les fondateurs du cercle des Amis de Dieu, qui se proposait un vaste programme de réformes : imposer la morale chrétienne, rétablir la dignité du culte, imprimer des livres d'Église corrects, assurer au clergé une influence dans l'État. Déjà le cercle faisait nommer ses candidats aux cures, évêchés, abbayes.

Avvakum fut donc confirmé dans sa cure. Il y arrêta l'indécente comédie des montreurs d'ours, refusa de bénir un jeune noble qui, contre le Lévitique et le Stoglav (les Cent Chapitres) du concile de 1551, avait la face rasée... Il dut encore déguerpir. Cette fois, il fut promu archiprêtre de Iourevets sur la Volga. Il n'y resta que deux mois : il avait failli être jeté à l'eau par les clercs et les laïcs récalcitrants.

À ce moment, en 1652, Nikon est élu patriarche. Il était des Amis de Dieu, mais avait des vues à lui : rapprocher l'Église russe de sa mère l'Église grecque et corriger missel et rituel d'après les livres grecs. Son premier décret : « On se signera avec trois doigts » (au lieu de deux), contraire au Stoglav, parut aux Amis de Dieu une hérésie. Ils protestèrent. Nikon, fort de la confiance du tsar, les brisa. Avvakum fut envoyé à Tobolsk. Comme il maintenait son opposition, un ukase le mit à la disposition du voïvode de Enisseisk, Pachkov, chargé d'une expédition sur l'Amour. Livré à ce conquistador inhumain, l'archiprêtre suspens subit le knout, le gel, la faim, mais lui tint tête. Il faut lire dans sa Vie le récit de ce duel épique, sept ans durant, dans une nature sauvage.

Pachkov rappelé, Avvakum rentre en Russie en 1664 : Nikon s'est démis, mais le chaos est dans l'Église. Missels et rituels se contredisent, le credo est modifié, les modes d'Occident ruinent les mœurs. Solovki la grande abbaye, les ermitages, nombre de paroisses refusent les innovations, le peuple pense à l'Antéchrist. Avvakum, bien reçu par le tsar, observe d'abord, puis se décide : il réclame le retour à l'ancienne religion, prêche partout contre les icônes à l'italienne, les prélats gros et gras, les sciences inutiles au salut, bref contre une conception laxiste du christianisme. Tel est le sens de sa protestation.

Il est exilé avec les siens à Mezen sur la mer Blanche, ramené à Moscou pour être jugé, condamné au concile de 1666-1667 dirigé par les Grecs, déporté à Pustozersk sur la basse Petchora. Mais, durant ses tribulations, il a[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de russe à l'université de Paris-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LA VIE DE L'ARCHIPRÊTRE AVVAKUM, Petrovitch Avvakum - Fiche de lecture

    • Écrit par Georges NIVAT
    • 1 044 mots

    La Vie de l'archiprêtre Avvakum écrite par lui-même et sa dernière épître au tsar Alexis (1672) sont un extraordinaire document qui fait face d'un côté au Moyen Âge russe, dont ce texte est peut-être le dernier reflet, d'autre part au xxe siècle russe, dont il annonce les formes...

  • PASCAL PIERRE (1890-1983)

    • Écrit par Georges NIVAT
    • 2 114 mots

    Pierre Pascal est issu d'une souche auvergnate « sans fortune, mais forte de santé et de jugement ». Son grand-père était ouvrier aux chemins de fer, son père devint professeur de lettres et « monta » à Paris. L'accession de Pierre Pascal à l'École normale supérieure, en 1910, couronnait cette sage et...

  • RASKOL

    • Écrit par Olivier CLÉMENT
    • 465 mots

    Mot russe qui signifie « schisme ». On désigne ainsi la cassure qui a divisé la chrétienté russe au xviie siècle, mais d'une manière qui en fait comme l'opposé de la Réforme en Occident : le Raskol est une antiréforme caractérisée par un attachement presque magique aux traditions....

  • RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par Michel LESAGE, Roger PORTAL
    • 20 238 mots
    • 29 médias
    ...Église officielle vivant davantage dans le siècle, adaptée à un certain modernisme, déclenchèrent la résistance d'une partie du clergé, avec à sa tête l'archiprêtre Avvakoum (Avvakum) qui reçut l'appui des traditionalistes, attachés à une conception moins réaliste, mais plus chrétienne et austère d'idéal...

Voir aussi