Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉTROLE La fin du pétrole : mythes et réalités

La forte augmentation du prix du pétrole depuis le début du xxie siècle, est venue remettre sur le devant de la scène une série de préoccupations concernant le futur énergétique de notre planète : perspective d'un épuisement des ressources pétrolières, exploitation d'énergies renouvelables, risque nucléaire, etc. Des questions, déjà ouvertes avec les « chocs pétroliers » des années 1970 et que le contre-choc des années 1980 avait éloignées, se posent aujourd'hui dans un contexte renouvelé par les inquiétudes sur le changement climatique. L'ère de l'après-pétrole a-t-elle pour autant vraiment commencé ?

Un peu d'histoire

Les hydrocarbures et le pétrole en particulier sont historiquement liés à l'essor des pays industrialisés qui, au xxe siècle, ont véritablement fondé leur économie et développé leur mode de vie sur cette ressource énergétique.

On retient comme date de départ la découverte, en 1859, par le colonel Drake, à Titusville en Pennsylvanie, du premier gisement de pétrole exploité de façon moderne (existence d'un marché, exploration relativement systématique, techniques de forage et de transport, commercialisation). Utilisé tout d'abord pour l'éclairage, où il remplace l'huile de baleine, lui-même bientôt concurrencé dans cet emploi par le gaz de houille et l'électricité, le pétrole, en fait, n'aurait eu que peu d'applications si le transport n'avait pris la relève au début du XXe siècle. L'industrie automobile naissante avait besoin d'une source d'énergie compacte et facile à mettre en œuvre, suscitant alors un grand foisonnement de réponses, depuis les solutions électriques jusqu'à l'utilisation d'huiles végétales, et même d'hydrogène. Ces mêmes solutions sont de nouveau envisagées aujourd'hui, avec, fort heureusement, des progrès techniques considérables par rapport à cette époque pionnière.

En dépit de quelques inconvénients (pollutions diverses, approvisionnement lointain donc aléatoire...), c'est la voie des carburants pétroliers qui s'est rapidement imposée pour l'automobile grâce à des avantages techniques indiscutables : forte densité énergétique massique et volumique, état liquide, existence de filières internationales de production industrielle opérationnelles. Devenue prépondérante pour le transport automobile, la filière du pétrole a vite permis l'émergence de l'aviation, dont les concepts, pourtant anciens, n'avaient jamais pu connaître de réalisations industrielles, faute d'une source d'énergie adaptée.

L'entrée en scène des chars vers la fin de la Première Guerre mondiale, après l'exploit des taxis de la Marne et le rôle joué par les camions sur la voie sacrée de Verdun, avait convaincu les dirigeants politiques de l'importance stratégique d'un accès au pétrole. Dans les années 1920, l'Allemagne, privée au profit de ses vainqueurs français et britanniques de ses espérances pétrolières au Moyen-Orient, réussissait à mettre au point la transformation du charbon en hydrocarbures liquides. Le procédé Fischer-Tropsch sera pour l'Allemagne en guerre l'un des moyens d'alimenter ses armées en carburants, malgré les blocus mis en place par les Alliés. Il sera ensuite repris par l'Afrique du Sud, lors du blocus anti-apartheid, et se trouve aujourd'hui à la base de la valorisation actuelle du gaz par la filière dite GTL (gas to liquid).

Les Trente Glorieuses qui vont de la fin de la Seconde Guerre mondiale au choc pétrolier de 1973 ont connu une expansion économique sans précédent. L'essor pétrolier du Moyen-Orient et l'organisation internationale de l'industrie pétrolière par les grandes compagnies intégrées « du puits à la pompe » y ont joué un rôle déterminant en fournissant à un[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claude JABLON. PÉTROLE - La fin du pétrole : mythes et réalités [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par et
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progressé...
  • ALCANES

    • Écrit par
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    Les pétroles sont des mélanges d'un grand nombre d'hydrocarbures, où les alcanes, notamment linéaires, prédominent, et de molécules fonctionnelles en petit nombre. Soumis aux opérations de raffinage, ils sont séparés par distillation fractionnée en coupes contenant des mélanges dont...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par , , , et
    • 41 835 mots
    • 25 médias
    Mais les principales richesses du sous-sol algérien sont sans conteste ses gisements de pétrole et de gaz découverts dans les années 1950 dans le Sahara.
  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • Afficher les 116 références