O'TOOLE PETER (1932-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur de théâtre et de cinéma, Peter Seamus O’Toole est né le 2 août 1932 à Connemara (Comté de Galway, Irlande).

Il grandit à Leeds en Angleterre et suit les cours de la Royal Academy of Dramatic Arts à Londres. Adolescent, il est journaliste au quotidien Evening Post de Yorkshire et débute dans le théâtre amateur au Civic Theatre de Leeds. Après deux années de service militaire dans la Royal Navy, il se produit avec la compagnie Old Vic de Bristol de 1955 à 1958, et fait ses débuts à Londres en interprétant Peter Shirley dans la pièce Major Barbara (1956) de George Bernard Shaw. En 1960, il est encensé par la critique pour son rôle de Shylock dans Le Marchand de Venise et pour celui de Petruchio dans La Mégère apprivoisée, deux pièces montées par la compagnie du Shakespeare Memorial Theatre à Stratford-upon-Avon en Angleterre. En 1963, il est Hamlet dans la toute première mise en scène de la troupe du National Theatre à Londres. À cette époque, il est déjà une star de cinéma de premier plan, mais il n’en continue pas moins à se produire sur les planches dans le monde entier, où il est salué tant par la critique que par le public. Il est nommé directeur adjoint du Old Vic en 1980. La même année, il y interprète le rôle titre de Macbeth.

Peter O’Toole débute à l’écran en 1960 dans Kidnapped. Deux ans plus tard, il accède au rang de star internationale en interprétant le rôle de T. E. Lawrence dans le film à grand spectacle Lawrence of Arabia (Lawrence dArabie, 1962) de David Lean. En 1964, au côté de John Gielgud et Richard Burton, il joue Henry II dans Becket de Peter Glenville, d’après Jean Anouilh, et, l’année suivante, interprète le rôle principal de Lord Jim, de Richard Brooks, d’après Joseph Conrad. Il reprend le rôle d’Henry II pour The Lion in Winter (Le Lion en hiver, 1968), œuvre remarquable pour ses joutes verbales pleines d’esprit entre O’Toole et sa partenaire Katharine Hepburn. Dans The Ruling Class (Dieu est mon roi, 1972), comédie noire et controversée, O’Toole interprète un comte anglais schizophrène qui se prend pour le Messie. Des problèmes personnels entament sa popularité au cours des années 1970, mais il revient sur le devant de la scène au début des années 1980 grâce à trois rôles à succès. Il incarne un réalisateur de films fourbe et dominateur dans The Stunt Man (Le Diable en boîte, 1980), et son interprétation, pour la télévision, du chef militaire romain Cornelius Flavius Silva dans Masada (1981) est saluée comme l’une des meilleures de sa carrière. Son film le plus populaire de la période est My Favorite Year (Où est passée mon idole ?, 1982), tendre satire des débuts de la télévision, où il joue Alan Swann, truculente star du petit écran sur le déclin, qui a un penchant pour la bouteille et la zizanie, et qui n’a rien à envier à Errol Flynn.

Peter O'Toole

Photographie : Peter O'Toole

Grand roman de l'échec, le Lord Jim de Joseph Conrad a trouvé un interprète à sa mesure avec Peter O'Toole, dans l'adaptation qu'en donna Richard Brooks en 1965. 

Crédits : Columbia Pictures/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Au cours des années 1980, Peter O’Toole occupe le haut de l’affiche grâce à de brillantes prestations, notamment dans le film The Last Emperor (Le Dernier Empereur, 1987), de Bernardo Bertolucci, qui remporte l’oscar, Wings of Fame (Les Ailes de la renommée, 1989), le mini-feuilleton The Dark Angel (1991) ou encore le long-métrage Fairy Tale : a True Story (Le Mystère des fées : une histoire vraie, 1997), où il incarne sir Arthur Conan Doyle. En 1992, il publie ses Mémoires, Loitering with Intent : The Child (un ouvrage haut en couleur publié en français sous le titre Délit dintention en 1994) ; un second tome, Loitering with Intent : The Apprentice, paraît en 1996. Après huit nominations, pour Lawrence of Arabia, Becket, The Lion in Winter, Goodbye, Mr. Chips, The Ruling Class, The Stunt Man, My Favorite Year et Venus, il reçoit, en 2003, un oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Il a également reçu un Emmy Award pour le rôle de l’évêque Cauchon dans le feuilleton télévisé Joan of Arc (1999).

Peter O’Toole meurt le 14 décembre 2013 à Londres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  O'TOOLE PETER (1932-2013)  » est également traité dans :

LAWRENCE D'ARABIE, film de David Lean

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre sévère aux proportions gigantesques »  : […] Lawrence d'Arabie ( Lawrence of Arabia ) est avec Le Docteur Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), la plus grande réussite visuelle de David Lean. Il faut bien sûr accepter la convention d'un Anthony Quinn en chef arabe et d'un Alec Guinness en roi Faysal I er . Le film adopte aussi le classique et agaçant schéma du film colonialiste, où un Européen en remontre à des « indigènes » sur le plan de l'e […] Lire la suite

Les derniers événements

24 août 2020 Canada. Élection de Erin O'Toole à la tête du Parti conservateur.

O’Toole remporte la course à la chefferie du Parti conservateur en s’imposant, au troisième tour de scrutin, devant le favori, l’ancien ministre Peter MacKay. Erin O’Toole succède à Andrew Scheer. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« O'TOOLE PETER - (1932-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-o-toole/