DEBYE PETER JOSEPH WILLEM (1884-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dispersion des rayons X et configuration électronique

En se fondant sur la théorie de W. H. et W. L. Bragg sur la réflexion des rayons X par les cristaux, selon laquelle le processus dépend de la distance des plans réticulaires intracristallins et qui donne un moyen de calculer la disposition des atomes dans les cristaux, Debye et B. Scherrer, en 1916, étendirent la méthode à l'analyse des poudres et l'appliquèrent en 1918 à la détermination de la configuration du cortège électronique des atomes eux-mêmes. Ils avaient, à ce sujet, accepté le modèle d'atome donné par N. Bohr en 1913 et supputé que les rayons X sont dispersés par les électrons présents autour du noyau atomique ; ils montrèrent encore que, de l'analyse de la dispersion de ces rayons, on peut déduire le nombre et la position des électrons. La dimension du système électronique put être déterminée grâce à la dispersion des rayons cathodiques qui précisait la position des noyaux. Plus tard, Debye étendit l'analyse de la dispersion des rayons X à la détermination des structures moléculaires des corps liquides et gazeux, d'après les relations entre le groupement des atomes dans les molécules et les caractéristiques géométriques de la dispersion des faisceaux électromagnétiques.

Ces travaux ont eu une importance fondamentale pour la recherche des structures atomiques et moléculaires.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Leeds (Grande Bretagne)

Classification


Autres références

«  DEBYE PETER JOSEPH WILLEM (1884-1966)  » est également traité dans :

COMPTON EFFET

  • Écrit par 
  • Michel BAUBILLIER, 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 554 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aspect corpusculaire de la lumière »  : […] Les premières mesures précises concernant la diffusion des rayonnements électromagnétiques par la matière furent effectuées par Hewlett à l'aide d'un faisceau de rayons X mous (peu énergiques). Il existait déjà une théorie de la diffusion, inventée par J. J.  Thomson. Elle était fondée sur des mouvements oscillatoires des électrons atomiques induits par le rayonnement primaire, entraînant l'émissi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-compton/#i_24211

Voir aussi

Pour citer l’article

P. M. HEIMANN, « DEBYE PETER JOSEPH WILLEM - (1884-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-joseph-willem-debye/