COMPTON EFFET

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mécanique de l'effet Compton

Mécanique de l'effet Compton
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Graphe de Feynmann

Graphe de Feynmann
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Walter Bothe

Walter Bothe
Crédits : Hulton Getty

photographie

Expérience de Völker

Expérience de Völker
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les rayonnements électromagnétiques de haute énergie (rayons X et γ) interagissent avec la matière selon trois processus : effet photoélectrique ; création de paires électrons-positrons ; enfin, diffusion élastique des photons sur des électrons libres ou peu liés, appelée effet Compton. Celui-ci est dû à l'interaction d'un rayon X ou d'un rayon γ avec un électron. Il s'interprète par la réaction de diffusion élastique d'un photon par l'électron, illustrant ainsi l'aspect corpusculaire de la lumière. Le photon secondaire possède une énergie inférieure à celle du photon primaire, donc une longueur d'onde plus élevée. Ce phénomène simple, découvert par A. H. Compton en 1923, ne fait intervenir que des forces électromagnétiques. La physique quantique a rapidement permis d'en établir une théorie précise que résume la formule de Klein-Nishina. Longtemps les moyens techniques furent insuffisants pour permettre la vérification précise des hypothèses concernant l'effet Compton.

Il a fallu attendre les années 1950-1954 pour que les expériences fournissent des résultats concluants. Certaines expériences furent effectuées avec des électrons non plus au repos mais animés de vitesse relativiste.

Le nom de Compton est aussi associé maintenant à la diffusion élastique des photons sur une particule quelconque ; par exemple, la diffusion Compton à très haute énergie sur des protons. Le processus d'interaction est beaucoup plus complexe. En effet, on sait que le proton n'est pas une particule élémentaire (au contraire de l'électron) puisqu'il est constitué de quarks et de gluons. Cette structure se révèle clairement lorsque le photon est « virtuel », au sens de la théorie quantique des champs qui permet à une particule de fluctuer pendant un bref instant au mépris de certaines règles cinématiques ; le photon devient alors une sonde électromagnétique de très haute résolution spatiale avec laquelle on étudie la « matière [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau
  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  COMPTON EFFET  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et lumière »  : […] En physique classique, l' émission de rayonnement par un système de particules chargées dépend de l'accélération de ces particules (théorie de Lorenz de l'électron classique). En mécanique quantique, cette image est remplacée par celle de la transition du système d'un état quantique à un autre d'énergie plus petite ; cette image décrit correctement les phénomènes observés. Le premier traitement q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_25258

COMPTON ARTHUR HOLLY (1892-1962)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 311 mots

Né le 10 septembre 1892 à Wooster dans l'Ohio, Arthur Holly Compton était le fils d'un professeur de philosophie. Il termina ses études universitaires à Princeton, où il soutint sa thèse en 1916. En 1923, Compton découvrit l'effet qui porte son nom : en bombardant des atomes de carbone avec des rayons X, il nota que le rayonnement était parfois diffusé avec une longueur d'onde accrue, l'augmentati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-holly-compton/#i_25258

DIAGRAPHIES, géophysique

  • Écrit par 
  • Oberto SERRA
  •  • 6 080 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Densité électronique »  : […] On mesure la masse volumique des formations d'une manière analogue à la méthode précédente, mais on soumet cette fois les formations à un bombardement continu de rayons gamma d'énergie égale à 662 kiloélectronvolts émis par une source de césium 137 Cs. Ces rayons gamma perdent de l'énergie par collision avec les électrons (effet Compton). Un détecteur à scintillation situ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diagraphies-geophysique/#i_25258

OPTIQUE CRISTALLINE - Diffraction par les cristaux

  • Écrit par 
  • André AUTHIER
  •  • 8 875 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Rayons X »  : […] L'émission des rayons X dans les tubes utilisés en diffraction est obtenue par bombardement d'une cible métallique, ou anticathode, par un faisceau d'électrons accélérés par une différence de potentiel de quelques dizaines de kilovolts. Le spectre émis est constitué par la superposition d'un spectre continu dû au rayonnement de freinage des électrons dans le matériau constituant la cible et d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-cristalline-diffraction-par-les-cristaux/#i_25258

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Bosons

  • Écrit par 
  • Claude COHEN-TANNOUDJI, 
  • Jacques DUPONT-ROC, 
  • Gilbert GRYNBERG, 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'interaction photon-particule »  : […] En théorie quantique, l'interaction de la matière avec le champ électromagnétique est décrite en termes d'absorptions, d'émissions ou de diffusions de photons. Ainsi l'effet photoélectrique, qui correspond à l'ionisation d'un atome sous l'action d'un champ électromagnétique de fréquence ν, est-il le résultat de l'absorption d'un photon d'énergie h ν par l'atome qui est porté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-bosons/#i_25258

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques

  • Écrit par 
  • François LEBRUN, 
  • Robert MOCHKOVITCH, 
  • Jacques PAUL
  •  • 8 031 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les techniques d'observation des rayons gamma cosmiques »  : […] La détection des rayons gamma cosmiques passe par leur interaction avec les atomes du milieu détecteur. Un photon gamma de très basse énergie (moins de 0,2 MeV) y est le plus souvent absorbé ( effet photoélectrique ), avec émission d'un électron emportant l'essentiel de son énergie. Un photon un peu plus énergétique (de 0,2 à 5 MeV) est plutôt diffusé, avec changement d'éner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-gamma-cosmiques/#i_25258

RAYONS X

  • Écrit par 
  • André GUINIER
  •  • 5 996 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Diffusion des rayons X par la matière »  : […] Outre les rayonnements électroniques ou de fluorescence liés à l'effet photoélectrique, toute matière touchée par les rayons X émet un rayonnement secondaire dont la longueur d'onde est égale à celle du rayonnement primaire, ou très voisine : ce sont les rayons diffusés . En général, pour les rayons X de longueur d'onde moyenne, l'énergie diffusée est faible. Le phénomène n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayons-x/#i_25258

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard PIRE, Michel BAUBILLIER, « COMPTON EFFET », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-compton/