HANDKE PETER (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grandeur et insuffisance du langage

Méfiant envers les « rituels théoriques » et la « critique de la culture », Handke n'en a pas moins consacré une large part de son activité à la réflexion sur la vie des formes et la puissance du mot. Influencé par la théorie du langage de Wittgenstein, il n'a pas suffisamment foi en une existence factuelle du monde pour pouvoir l'abstraire de la médiation de la parole par laquelle il nous interpelle. À la limite, il n'y a pas pour lui de monde, mais seulement une parole du monde, elle-même décevante et trompeuse : « Au lieu de faire comme si on pouvait regarder à travers la langue comme à travers une vitre, c'est la langue elle-même, dans sa perfidie, qu'il faudrait percer à jour » ; d'où, dans ses premiers textes, ces rêves éveillés articulés sur la langue, ces images qui n'arrivent pas à se dépêtrer des expressions stéréotypées (Histoires du demi-sommeil), ces phrases qui s'engluent dans leur propre syntaxe sans parvenir à se formuler (Modèle pour un rêve), ou encore ces affirmations qui, aussitôt énoncées, sont démenties par une image filmique (L'Angoisse du gardien de but au moment du penalty, 1970). La langue reste pourtant le seul recours de l'homme dans son désarroi : « La littérature a été longtemps pour moi le moyen, sinon de voir clair en moi-même, du moins d'y voir un peu plus clair. [...] Certes, j'étais déjà parvenu à la conscience avant de m'occuper de littérature, mais c'est seulement la littérature qui m'a montré que cette conscience de soi n'était pas un cas isolé, un „cas“, une maladie. » Et puisqu'il en est ainsi, toute œuvre véritable nous apporte une nouvelle appréhension de ce qui nous entoure, constate Handke, nous livrant du même coup une liste de ses admirations : « Kleist, Flaubert, Dostoïevski, Kafka, Faulkner, Robbe-Grillet ont modifié ma conscience du monde. » Il faudrait y ajouter les écrivains, en majorité français, qu'il a choisi de traduire en allemand : Bove, Char, Modiano, Ponge, et son traducteur G. A. Goldschmidt. Mais c'est peut-être à travers la vision de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HANDKE PETER (1942- )  » est également traité dans :

HIER EN CHEMIN (P. Handke) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 072 mots

Comme pour une célébration anticipée de son soixante-dixième anniversaire en 2012, l'édition française rend hommage à Peter Handke par une triple publication. Cette simultanéité est toutefois trompeuse, car il s'agit de textes écrits à des dates différentes. Hier en chemin, Carnets, novembre 1987-juillet 1990 (trad. franç. O. Le Lay, […] Lire la suite

PAR LES VILLAGES (mise en scène S. Nordey)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 1 015 mots

L’année théâtrale 2013 a été marquée par un triple événement : Par les villages, la pièce de Peter Handke, a été à nouveau représentée en France ; elle a été mise en scène par Stanislas Nordey ; elle a ouvert au palais des Papes le soixante-septième festival d’Avignon. […] Lire la suite

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Renversement de tendance : le débat autour de la mise en scène »  : […] Depuis 1963, l'art de la « régie » connaît une mutation : il joue davantage sur la distance expérimentale, pouvant inclure au demeurant provocation et agression du public. Peter Zadek, Peter Palitzsch, Rudolf Noelte traitent la scène comme un lieu a priori neutre et, partant de là, prêtant à des manipulations illimitées, donc à une action redoublée sur le spectateur. En 1967, le Mesure pour mesur […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le théâtre et la poésie »  : […] La critique des grandes institutions – politiques, religieuses et artistiques – nourrit depuis des décennies les œuvres romanesques de nombreux écrivains. En juin 2000, Elfriede Jelinek faisait jouer dans la rue Das Lebewohl (Les Adieux), un monologue dramatique qui salue le vrai-faux retrait du libéral-populiste Jörg Haider. Au même moment, elle interdisait, comme Thomas Bernhard en son temps, t […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Déconstruction/Reconstruction »  : […] S'il est un écrivain de théâtre qui, tout au long de sa carrière, fut préoccupé par le libre jeu, au sein de chaque œuvre, du lyrique et de l'épique avec le dramatique et par cette perspective d'assemblage, de métissage que l'on peut nommer la tendance rhapsodique du théâtre moderne, c'est bien Heiner Müller. Plus que tout autre, cet héritier direct de Brecht entretient avec son aîné un rapport qu […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les raisons d'une dissolution »  : […] De ses deux exigences initiales, politique et littéraire, le Groupe 47 n'a réalisé vraiment que la seconde et très largement manqué la première. En effet, il ne parvient pas – mais le pouvait-il ? – à infléchir de manière décisive l'évolution de la société ouest-allemande. Il en prend conscience assez vite. Très tôt, sur ce point, la résignation s'installe dans ses rangs. Il est vrai que le contex […] Lire la suite

WENDERS WIM (1945- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 123 mots

Dans le chapitre « Éloge de la fuite »  : […] C'est au cours de ces études que Wenders réalise six courts-métrages qui mettent en place quelques-unes de ses préoccupations : mouvement ( Same Player shoots again , 1967), lieu générateur d'angoisse et de fiction ( Silver City , 1968), présence de la mort à travers celle de la caméra ( Alabama : 2 000 Light Years , 1968-1969), relations entre musique américaine et paysage allemand ( 3  Amerika […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « HANDKE PETER (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-handke/