PERSONNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approche anthropologique

Le problème de l'individuation

Dès les travaux de Maurice Leenhardt sur le sujet (1947), un premier niveau de contraste avec la pensée occidentale s'est manifesté à propos de l'individuation : chez les Mélanésiens – mais aussi dans bien d'autres sociétés –, la catégorie de la personne ne fournit pas un schéma individuant de l'être humain. L'individu en tant que tel est dépourvu de pertinence : l'être humain ne se définit que par des « rôles » partiels auxquels il adhère dans des situations données et par les places sociales qui lui sont dévolues, soit par la naissance, soit par acquisition. Dans cette société, comme dans certaines sociétés africaines, le corps à lui seul ne circonscrit pas nécessairement un individu. Il semble bien plutôt que jouent ici, selon les termes de Roger Bastide, deux « antiprincipes d'individuation » : la pluralité des éléments constitutifs de la personne, et la fusion de l'individu avec l'espace qui l'entoure et avec la temporalité où il s'insère. Cela ne signifie, certes, pas que les membres de ces sociétés ne reconnaissent pas de principes différenciateurs ni qu'ils se conçoivent dans une sorte de flou diffus de l'être-au-monde, mais que la personne ne s'achève qu'au terme de déterminations progressives, dans un processus qui s'effectue tout au long de la vie sociale et grâce à tout un système de signes et de marques, notamment le nom, qui en instaure la singularité. Celle-ci, cependant, n'existant que dans de multiples réseaux sociaux et mythiques, s'inscrit très différemment de celle de l'homme des sociétés industrielles, centrée sur le « moi » et sur l'intériorité.

La notion de personne en anthropologie définit donc le savoir d'une société relatif à l'être humain en tant que situé à une place sociale qui est authentifiée, corrélative de droits et d'obligations et localement conçue comme « naturelle ». Une telle conception n'est pas séparable des autres ordres de représentations – cosmogoniques, symboliques, biologiques, etc. – propres à toute société. Loin d'être indifférenciée, elle apparaît, comme l'a montré Claude Lévi-Strauss, fortement organisée, selon des taxinomies et classifications quelquefois très complexes, en tout cas toujours hétérogènes à l'unicité d'un moi, à une identité simple qui ordonnerait les rapports d'un sujet au monde. Toutefois, l'usage anthropologique de ces systèmes classificatoires est une construction qui a une valeur heuristique, et qui, commode pour l'analyse, n'est, pas plus que pour l'homme moderne, opératoire en totalité, à tout instant et en toute situation. Aussi, le terme même de « personne », bien que ses connotations classiques l'empêchent de rendre compte exactement des représentations traditionnelles, reste-t-il un concept pratique, aucun autre ne semblant plus approprié.

Les composantes de la personne dans les sociétés soudanaises

Les analyses de la personne effectuées par Marcel Griaule et Germaine Dieterlen chez les Dogon et les Bambara du Mali ont eu historiquement une influence considérable et ont marqué l'essor des recherches ultérieures – ce qui explique partiellement l'importance des travaux des africanistes sur ce thème. Fondées sur de longues observations, elles ont mis en évidence des systèmes complexes de composantes ou d'éléments : systèmes « corporels », « spirituels » et sociaux. D'une manière schématique, on peut dire que la personne dogon comprend le corps périssable, huit principes spirituels individuels et non transmissibles (dont l'« âme » et le « double »), la force vitale et le contenu des clavicules – composé des symboles des graines des huit céréales fondant l'alimentation dogon et correspondant, comme l'être humain, aux quatre points cardinaux et aux quatre éléments. La « force vitale » est un fluide véhiculé par le sang et reçu du père, de la mère et d'un ancêtre défunt qui a choisi l'individu considéré et qui a lui-même bénéficié de la force vitale d'un ancêtre précédent. Le géniteur mythique de l'humanité, le Nommo, confère, de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PERSONNE  » est également traité dans :

ĀTMAN

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 886 mots

La notion d' ātman est une des notions clés de la pensée indienne, une des plus anciennement attestées aussi. Sa signification première a sans doute été celle de «  souffle vital » (en allemand : Atem ). Eu égard à son usage comme pronom réfléchi, à l'accusatif, en sanskrit, l'habitude s'est prise de la rendre par «  Soi » (en anglais : Self  ; en allemand : Selbst ). Sa grande originalité, par r […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une rhétorique du moi »  : […] « Celui qui ne donne de la réalité que ce qui peut en être vécu ne reproduit pas la réalité » (Bertolt Brecht, Sur le cinéma ). Si l'autobiographie en position classique ne doute pas de ce moi , qu'elle prend pour origine alors qu'il n'est peut-être que son produit, c'est parce que cette forme perverse du « discours vrai » (Foucault) est d'abord un personnalisme. Naturel, sincérité, intimité, si […] Lire la suite

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans les sociétés occidentales, on estime couramment que le corps humain est un objet relevant seulement de la biologie ou de la physiologie, par exemple, et que sa réalité matérielle doit être pensée d'une façon indépendante des représentations sociales. En vertu de la longue tradition philosophico-religieuse de la séparation de l'âme et du corps, ce dernier ressortit au domaine de la connaissanc […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Chacun veut être reconnu comme une personne à part entière »  : […] Pour comprendre les transformations autrement que dans la logique de la dégradation du modèle précédent, il faut se poser la question des fonctions de la famille. On oublie souvent que la famille n'a pas pour objectif de se reproduire en tant que telle ; elle doit préparer les individus dont la société d'aujourd'hui et celle de demain ont besoin. Il est impossible d'analyser la famille en se centr […] Lire la suite

HOMO JURIDICUS. ESSAI SUR LA FONCTION ANTHROPOLOGIQUE DU DROIT (A. Supiot)

  • Écrit par 
  • Grégoire BIGOT
  •  • 1 026 mots

C'est à une réflexion sur les fondements juridiques de l'humanité, qui livrent la manière tout occidentale de faire société, que nous convie Alain Supiot dans ce remarquable essai, paru au Seuil en 2005 dans la collection La Couleur des idées. Homo juridicus , dont le titre sonne comme une réplique adressée à l' homo œconomicus triomphant aujourd'hui, est l'œuvre d'un juriste, professeur à la fa […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler »  : […] La phénoménologie husserlienne restant prisonnière de la représentation et de la perception, la voie d'accès à l'existence d'autrui, à l'intersubjectivité, ne se trouverait-elle pas du côté du sentiment, de l'affectivité ( Einfühlung ), laquelle relie les êtres en deçà de la dualité sujet-objet, dans la mesure où elle met directement « en présence de... » sans l'intermédiaire de la représentation […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'identité des personnes »  : […] Une tout autre approche de l'identité s'est développée en anthropologie, relative cette fois aux identités des personnes et des collectivités. L'identité des individus est partout culturellement codée, notamment à l'occasion des rituels jalonnant le cycle de vie (rites de passage et initiations surtout) et de ceux qui marquent l'appartenance à certains groupes, dans lesquels tout individu est ins […] Lire la suite

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 484 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rôles et le cadre de la vie personnelle »  : […] Que le jeu contribue à former la personne de l'enfant, cela est amplement prouvé par le fait qu'un enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant normalement équilibré, si bien que, pour redresser certains caractériels, on s'attache d'abord à les faire jouer. Le jeu, en effet, développe la personne dans plusieurs directions successives, chaque type de jeu déposant à son tour une strate particulière. L […] Lire la suite

LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « « Personnes communes » et circulation de vie »  : […] À côté de cette philosophie, la science de Raymond Lulle est l'instrument que le sage se donne pour déceler d'abord, puis pour mettre en lumière l'omniprésence d'un agir unificateur et des dignités. Qu'il parle des principes du droit, de ceux de la médecine ou des mathématiques, qu'il traite du chaos initial ou de la cité ordonnée, Lulle montre que, en deçà des postulats de chaque science, l'intel […] Lire la suite

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « L'accouchement et les rituels consécutifs à la naissance »  : […] Les difficultés accompagnant l'accouchement constituent un thème fréquent dans les discours relatifs à la naissance. Elles sont à la fois évoquées comme une hantise et envisagées comme la sanction de conduites prohibées par l'organisation sociale. Interprétées rétrospectivement, par l'intermédiaire d'un devin par exemple, elles sont le plus souvent imputées à des conduites antérieures de la mère […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 octobre 2021 Belgique. Le crime de lèse-majesté en question.

En outre, elle estime que cette disposition « ne répond pas à un besoin social impérieux et est disproportionnée à l’objectif de protéger la réputation de la personne du roi ».  […] Lire la suite

16 octobre 2021 France. Commémoration du massacre du 17 octobre 1961.

Emmanuel Macron est le premier chef d’État français à rendre hommage en personne aux victimes algériennes du massacre du 17 octobre 1961 en se rendant sur les berges de la Seine, à Colombes (Hauts-de-Seine), où certaines d’entre elles avaient été jetées dans le fleuve par des policiers. « Les crimes commis cette nuit-là sous l’autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République », déclare-t-il dans un communiqué, sans toutefois préciser la fonction de Maurice Papon, qui était alors préfet de police de Paris, ni citer ses supérieurs hiérarchiques, et sans présenter d’excuses ni dénoncer un « crime d’État » comme le souhaitaient les organisations de gauche et les associations antiracistes. […] Lire la suite

5-12 octobre 2021 France. Publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Église catholique.

Elle relève que le droit canon ne répond pas « aux standards du procès équitable et aux droits de la personne humaine ». Le rapport dénonce « l’excessive sacralisation de la personne du prêtre », « la survalorisation du célibat », « le dévoiement de l’obéissance lorsqu’elle confine à l’oblitération de la conscience » et « la vision excessivement taboue de la sexualité ». […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Il censure toutefois l’obligation d’isolement pendant dix jours de toute personne testée positive à la Covid-19, cette « privation de liberté » ne pouvant être appliquée sans que l’autorité judiciaire ou administrative ne soit en mesure d’apprécier « la situation personnelle » de l’intéressé. Il annule également la possibilité de rompre un contrat de travail à durée déterminée (CDD) ou une mission d’intérim pour cause de non-présentation du passe sanitaire, cette mesure créant « une différence de traitement […] sans lien avec l’objectif poursuivi » entre les titulaires des différents types de contrats de travail. […] Lire la suite

22 juillet 2021 France. Mise en examen de l'ancienne ministre Rachida Dati.

Les juges chargés de l’instruction du dossier relatif aux malversations présumées de l’ancien PDG du groupe Renault-Nissan, Carlos Ghosn, mettent en examen l’ancienne ministre et maire (LR) du VIIe arrondissement de Paris Rachida Dati pour « corruption passive par personne investie d’un mandat électif public » et « recel d’abus de pouvoir ». La justice s’interroge sur la réalité des missions confiées par la filiale néerlandaise de Renault-Nissan à l’ancienne garde des Sceaux entre 2010 et 2012, pour un montant de 900 000 euros. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, Nicole SINDZINGRE, « PERSONNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/