PAUSANIAS, écrivain voyageur (IIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aucun auteur antique ne mentionne l'écrivain grec Pausanias, et il ne parle guère de lui-même : de son livre unique, la Périégèse de la Grèce, c'est à peine si l'on peut tirer quelques notions de sa personne. Né au début du iie siècle après J.-C. en Asie Mineure, peut-être à Magnésie du Sipyle, Pausanias a dû faire ses études dans l'une des grandes villes grecques de la côte égéenne, prospères conservatoires de la culture grecque pendant la Paix romaine. Sa formation classique est très solide : il connaît les grands textes, alors déjà vieux de huit cents ou sept cents ans, mais aussi toute une littérature érudite plus récente de commentaires et de manuels qui nous échappe presque complètement. Ce qui l'intéresse avant tout, ce sont les « antiquités religieuses » : les statues et les bâtiments sacrés, les rites anciens, la mythologie... Aussi son unique livre – mais n'en a-t-il pas écrit d'autres qui seraient perdus ? – est-il hybride ; il participe certes d'un genre pratiqué depuis l'époque hellénistique, la périégèse, c'est-à-dire le guide de voyage, mais c'est un guide surtout historique et plus encore mythologique, aux digressions substantielles : elles occupent la moitié de son texte. Malgré ses raccourcis et sa désinvolture relative vis-à-vis de la réalité topographique, ce voyageur curieux de croyances est très précieux pour les Modernes : c'est son texte à la main que les archéologues ont fouillé Olympie et Delphes, identifiant grâce à lui les ruines des monuments qu'ils retrouvaient. Ainsi, par un effet d'écho dont on s'efforce de limiter la déformation, on écrit aujourd'hui des commentaires archéologiques de son œuvre, qui est elle-même un commentaire historique des monuments qu'il voyait – une œuvre que le hasard nous a transmise, grâce au seul exemplaire conservé à Florence au début du xve siècle – exemplaire entre-temps perdu, mais dont quelques copies avaient été faites...

La Périégèse de la Grèce, écrite entre 150 et 175 après J.-C., est composée de dix livres consacrés chacun à une région : l'Attique (I) ; la Corinthie, avec l'Argolide (II) ; la Laconie (III) ; la Messénie (IV) ; l'Élide, en deux livres (V et VI) ; l'Achaïe (VII) ; l'Arcadie (VIII) ; la Béotie (IX) ; la Phocide, avec la Locride (X). Ce guide ne concerne donc que la Grèce des cités continentales, à l'exclusion de ses régions périphériques : au nord, la Thessalie et la Macédoine ; à l'ouest, l'Acarnanie et l'Épire. Aucune île de la mer Égée, sauf celles du golfe Saronique, n'est traitée, non plus que les îles ioniennes ; peut-être cette Grèce insulaire devait-elle faire l'objet d'un pendant que Pausanias n'a pas eu le loisir de réaliser, les voyages y étant plus aléatoires – à moins que ce monde insulaire en très net déclin à l'époque impériale n'ait guère attiré les touristes cultivés de son époque : Délos est à peine encore habitée et il est très douteux qu'il eût pu y trouver l'un de ces guides locaux qui montraient aux étrangers de passage les curiosités d'une ville ou d'un grand sanctuaire.

À dix-neuf reprises, Pausanias mentionne les propos d'un tel cicerone, qu'il soumet souvent à critique, confrontant la tradition orale locale avec son savoir de lettré ou rapportant ce qu'on dit sans le prendre à son compte. Car Pausanias raisonne et trie parmi les opinions et les traditions, de même qu'il choisit parmi ce qu'il voit et ne traite, sauf très rares exceptions qu'il indique, que de ce qu'il a vu lui-même. Aussi son guide, écrit à la première personne, a-t-il la valeur d'un témoignage oculaire. Dans les grands sanctuaires – l'Acropole d'Athènes, Delphes, Olympie, dont les fouilles ont révélé la topographie –, il ne signale que ce qui lui semble être « digne d'être mentionné » ou « vu ». À son époque, en dépit des razzias des généraux romains des iie et ier siècles avant J.-C., qui ont fait de Rome un vaste musée d'art grec, ces sanctuaires regorgent encore d'offrandes de toute sorte et ce que le lecteur antique était en droit d'attendre de l'auteur, c'était d'abord de le guider vers les œuvres les plus anciennes, les plus curieuses, les plus chargées d'histoire, et ensuite d'en proposer un commentaire savant.

Ces monuments et ces œuvres sont plus ou moins longuement com [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PAUSANIAS, écrivain voyageur ( II e s.)  » est également traité dans :

PÉRIÉGÈSE DE LA GRÈCE, Pausanias - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 028 mots

Pausanias est pour nous l'auteur d'un seul ouvrage, la Périégèse de la Grèce, et nous ne savons de sa vie que ce que nous pouvons en déduire : né en Asie Mineure entre 110 et 120 après J.-C., au moment de la mort de Plutarque, c'est l'exact contemporain de Lucien. Il participe donc de l'ultime épan […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Appliquer au monde antique le concept de critique d'art se révèle une tâche délicate en raison des conditionnements, hérités en grande partie du xix e  siècle, qui tendent à faire prendre à tort pour naturelles et obvies des catégories comme celles d'artiste, d'œuvre d'art ou de critique. Dans l'Antiquité, la figure de l'artiste, sculpteur ou peintre, ne s'est réellement distinguée de celle de l'a […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une prophétesse inspirée »  : […] Géographe et « ethnologue » peu complaisant à l'égard du merveilleux, Strabon écrit : « On dit que le siège de l'oracle est un trou qui s'enfonce profondément dans le sol et dont l'ouverture n'est pas très large ; il en sort un souffle inspirateur ; au-dessus de l'ouverture est placé un haut trépied, sur lequel monte la Pythie ; elle reçoit le souffle et rend les oracles en vers et en prose » (IX […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 363 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De la mythologie à l'histoire »  : […] Concernant la naissance des jeux Olympiques, la mythologie propose plusieurs scénarios, dont l'un est le plus communément admis et attribue leur création au héros Pélops. Tantale, roi de Lydie et père de Pélops, sert son fils en guise de mets aux dieux de l'Olympe pour éprouver leur clairvoyance. À l'exception de Déméter, qui mange son épaule, aucun des dieux ne s'y trompe : ils redonnent vie à P […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - La renaissance des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 065 mots

Dans le chapitre « Les fouilles d'Olympie »  : […] L' existence des jeux Olympiques de l'Antiquité est attestée par plusieurs écrits, notamment les Olympiques de Pindare ( v e  siècle avant J.-C.) : celles-ci font partie des Épinicies , un ensemble d'odes destinées à célébrer les vainqueurs des compétitions sportives de la Grèce antique. Quatre livres des Épinicies ont été conservés : ils se composent de quatorze Olympiques , douze Pythiques , o […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « PAUSANIAS, écrivain voyageur (IIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pausanias-ecrivain-voyageur/