SCARRON PAUL (1610-1660)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le roman comique »

En 1648, Scarron décida d'écrire un roman. La première partie de l'œuvre parut en 1651, la deuxième en 1657. Intitulée Le Roman comique, elle demeurait inachevée. Une troisième partie aurait dû s'y ajouter. Scarron mourut avant de l'avoir écrite.

L'interprétation de cette œuvre singulière exige des distinctions précises. Il est trop simple de dire que Le Roman comique est réaliste. Il ne décrit pas la réalité avec le souci d'objectivité qui est essentiel au réalisme. Il est vrai que Scarron se plaît à présenter des scènes triviales, qu'il brosse des tableaux étonnants de couleur, que ses personnages sont peints avec un souci admirable du concret. Mais son roman n'est pas réaliste comme l'étaient certaines parties de La Vraye Histoire comique de Francion de Charles Sorel, la Chrysolite d'André Mareschal.

Il serait moins inexact de le définir comme un roman « burlesque ». Les peintures de Scarron laissent souvent deviner des intentions parodiques, et c'est par une parodie en style burlesque que son roman commence. Il tourne en ridicule les vieilles épopées et les romans chevaleresques. Quand il s'attarde à des scènes de coups de poing, il veut très certainement, comme les burlesques, se moquer des combats héroïques et des formidables coups d'épée de l'épopée chevaleresque. La phrase de Sorel sur Le Roman comique est sans doute celle qui éclaire le mieux le chef-d'œuvre de Scarron. Le style particulier de cet auteur, dit-il, « est de faire raillerie de tout », ce qui est proprement le burlesque plutôt que le comique.

Encore convient-il d'y ajouter une remarque sans doute essentielle. Comme beaucoup d'écrivains de son temps, comme Saint-Amant, comme Scudéry, Scarron portait à la peinture contemporaine un intérêt passionné, et nous savons qu'il aimait particulièrement le Bamboche. Le meilleur commentaire de certaines scènes du Roman comique, ce sont les rixes, les déluges de coups de poing, dont le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SCARRON PAUL (1610-1660)  » est également traité dans :

LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 123 mots

Ex-abbé galant devenu libertin parisien difforme (une tuberculose osseuse eut raison de son apparence), Paul Scarron (1610-1660) cultive le genre burlesque. Proche de la Fronde, puis protégé de Fouquet, enfin époux de Françoise d'Aubigné – future marquise de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV –, il accumule les déconvenues. Mais il a la réputat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-comique/#i_39581

BURLESQUE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 809 mots

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xvii e siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par Sarrasin à la même époque. Il désigne « l'explication des choses les plus sérieuses par des expressio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burlesque-esthetique/#i_39581

COMÉDIE DE CAPE ET D'ÉPÉE

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 362 mots

Genre dramatique fidèlement adapté de la comedia de capa y espada espagnole qui a connu, de 1640 environ à 1656, une grande vogue en France. Les auteurs français — d'Ouville, l'initiateur du genre ( L'Esprit folet , La Dame suivante ), Scarron ( Jodelet ou le Valet maître , Le Gardien de soy-mesme ), Thomas Corneille ( L'Amour à la mode , Le Geolier de soy-mesme ), Boisrobert ( La Jalouse d'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-de-cape-et-d-epee/#i_39581

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_39581

MAINTENON FRANÇOISE D'AUBIGNÉ marquise de (1635-1719)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 546 mots

Petite-fille du grand poète protestant dont elle porte le nom, Françoise d'Aubigné naquit à la prison de Niort où son père, un débauché, purgeait une peine pour faux monnayage. Baptisée selon le culte catholique, elle reçoit l'éducation huguenote de sa tante madame de Villette qu'elle retrouve en 1647, après un séjour de six ans à la Martinique où son infortuné père avait entraîné toute la famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-d-maintenon/#i_39581

Pour citer l’article

Antoine ADAM, « SCARRON PAUL - (1610-1660) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/