BURLESQUE, esthétique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xviie siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par Sarrasin à la même époque. Il désigne « l'explication des choses les plus sérieuses par des expressions tout à fait plaisantes et ridicules » ; il s'agit d'un style « bas et plaisant, non pas naturellement, mais par affectation et gentillesse d'esprit » (Naudé). C'est Scarron qui introduit le genre en France (même si Voiture et, bien avant lui, Marot avaient pu être burlesques sans le savoir et si, en même temps que Scarron, d'autres — Ménage, Saint-Amant, Sarrasin... — ouvrent des voies analogues) : celui qui sera l'auteur du Roman comique publie en 1643 un Recueil de quelques vers burlesques, en 1644 le Typhon et, surtout, en 1648, les deux premiers chants de son Virgile travesty. Il y décrit la fuite d'Énée « chargé de tous ses dieux / Et de monsieur son père Anchise, / Beau vieillard à la barbe grise », invoque sa « petite muse au nez camard / Qui [l'a] fait auteur goguenard » et entreprend de récrire L'Énéide de cette manière impertinemment familière à l'aide de ces octosyllabes sautillants. L'œuvre, qui restera inachevée (le huitième et dernier chant paraîtra en 1652), apparaît comme le modèle du genre ; son succès détermine à la fois une restriction et une extension abusive du champ du burlesque — et, du même coup, une curieuse ambiguïté dans l'histoire des genres littéraires. D'un côté, en effet, on voit, de 1649 à 1653, se multiplier les parodies des grands poètes anciens : Virgile encore (imitant et tentant souvent de devancer Scarron, plusieurs auteurs traduisent un certain nombre de chants de L'Énéide « en vers burlesques »), mais aussi Ovide (D'Assoucy, qui a déjà écrit un Jugement de Pâris, publie en 1650 l'Ovide en belle humeur), Lucain (Brébeuf, auteur de l'emphatique Pharsale, 1653, adaptation du poème de Lucain, parodiera son propre modèle dans son Lucain [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BURLESQUE, esthétique  » est également traité dans :

AUBIGNÉ THÉODORE AGRIPPA D' (1552-1630)

  • Écrit par 
  • Jacques BAILBE
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre « Le pamphlétaire »  : […] La « passion partisane » qui caractérise certains chants des Tragiques apparaît aussi dans l'œuvre en prose. Le Caducée, ou l'Ange de la paix est une attaque contre les « prudents », ses coreligionnaires trop accommodants, sous la régence de Marie de Médicis, avec le pouvoir royal. Il met en valeur la politique noble et intransigeante des « fermes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-agrippa-d-aubigne/#i_22313

BRÉBEUF GEORGES DE (1617-1661)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 357 mots

Poète français, issu d'une famille de vieille noblesse normande. Pauvre et malade, ombrageux, instable et exalté, Brébeuf est doué d'une sensibilité inquiète, et porté à la mélancolie. Longtemps, en dépit du succès obtenu par la libre traduction qu'il donne de La Pharsale de Lucain (1653), ses ambitions et ses espérances restent déçues, quand enfi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-brebeuf/#i_22313

JARRY ALFRED (1873-1907)

  • Écrit par 
  • Vincent BOUNOURE
  •  • 1 273 mots

Dans le chapitre « Un tapis d'amour qui palpite et bouge »  : […] Les œuvres de Jarry sont des solutions parallèles du problème de physique que lui posaient, dès les origines, la dévotion à la Vierge et l'appétit martial du record. Dans Les Minutes de sable mémorial (1894), livre d'apparence composite, l'évidente unité de moments évoqués en des formes très diverses vient de l'éclairage sinistre que jette sur tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jarry/#i_22313

MACARONIQUE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 598 mots

Forme de poésie burlesque jouant du mélange de formes dialectales et d'un latin d'origine savante ou liturgique, mais volontairement truffé de barbarismes et de solécismes (le terme de macarón désigne à l'origine à la fois une nourriture grossière et le rustre qui la mange, puis les impropriétés verbales de celui-ci). Continuant la tradition médié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macaronique-litterature/#i_22313

MÉTAMORPHOSE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 305 mots
  •  • 1 média

L'imaginaire de la métamorphose recouvre tous les aspects de la connaissance symbolique : les mythologies, les récits sacrés, les cultes à mystères, les contes et légendes, les folklores, les rêves, les fantasmes, les inventions littéraires, etc. La métamorphose est la voie privilégiée des théophanies. Les dieux ou déesses se métamorphosent et méta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metamorphose/#i_22313

PRÉCIOSITÉ

  • Écrit par 
  • Roger LATHUILLÈRE
  •  • 2 980 mots

Dans le chapitre « Un phénomène social et moral »  : […] La préciosité correspond en outre à toute une évolution des esprits et des mœurs et illustre un phénomène social et moral autant que littéraire et linguistique. Elle implique une profonde transformation de la société au cours de la première moitié du siècle. Elle coïncide en effet avec la suprématie définitivement assurée à Paris sur la province ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/#i_22313

QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)

  • Écrit par 
  • Michèle GENDREAU-MASSALOUX
  •  • 1 299 mots

Dans le chapitre « Politique des hommes, politique de Dieu »  : […] Sous ce jeu se vit un drame, celui de la ruine de tout un pays, et Quevedo, patriote, ose être aussi témoin à charge. Transposant dans le burlesque la réalité qui l'entoure, il la traduit aussi dans ses œuvres en vers, de façon à la fois littéraire et significative. Il ridiculise les défauts, moraux et physiques, et présente à chacun un miroir déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quevedo-y-villegas-francisco-gomez-de/#i_22313

LE ROMAN COMIQUE, Paul Scarron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 123 mots

Ex-abbé galant devenu libertin parisien difforme (une tuberculose osseuse eut raison de son apparence), Paul Scarron (1610-1660) cultive le genre burlesque. Proche de la Fronde, puis protégé de Fouquet, enfin époux de Françoise d'Aubigné – future marquise de Maintenon, épouse morganatique de Louis XIV –, il accumule les déconvenues. Mais il a la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-comique/#i_22313

SAINT-AMANT MARC ANTOINE GIRARD DE (1594-1661)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 520 mots

Antoine Girard, dont le nom se gonflera peu à peu, naît à Quevilly près Rouen, dans une famille de marins. Son frère courra l'aventure à Java. Son père a navigué, puis est devenu armateur et possède des intérêts commerciaux dans une fabrique de verre. Il professe le protestantisme. Saint-Amant se flatte de n'avoir pas appris les langues anciennes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-amant-marc-antoine-girard-de/#i_22313

SCARRON PAUL (1610-1660)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « Un burlesque »  : […] Paul Scarron naquit à Paris. Sans briller par des dispositions particulières pour la piété, il entra dans les ordres, et vécut, de 1632 à 1640, au Mans, dans l'entourage intime de l'évêque. Il n'était pas précisément scandaleux, mais d'allures fort libres. En 1638, il fut atteint d'une terrible maladie qui finit par le rendre paralysé des jambes, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-scarron/#i_22313

UBU ROI (A. Jarry) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 919 mots

Dans le chapitre « Un chef-d'œuvre grotesque »  : […] Chef-d'œuvre du cycle imaginé par Jarry, Ubu roi transcende la littérature de potache dont il est issu. Sa langue extraordinaire, travaillée par les néologismes et les déformations lexicales – dont le « merdre » inaugural est l'exemple le plus connu –, renoue avec une inspiration grotesque issue de la fin du Moyen Âge et de Rabelais : «  PÈRE UBU […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ubu-roi-a-jarry/#i_22313

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « BURLESQUE, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burlesque-esthetique/