CHEMETOV PAUL (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Paul Chemetov est né à Paris en 1928. Diplômé de l'École des beaux-arts en 1959, il rejoint une équipe pluridisciplinaire, l'Atelier d'urbanisme et architecture ou A.U.A., à laquelle André Malraux confie quelques programmes culturels. Le groupe associe une pléiade de jeunes architectes, dont Jean Deroche, Jacques Kalisz, Michel Corajoud, Henri Ciriani ou Borja Huidobro, qui se spécialisent dans la production de logements sociaux et d'équipements publics pour les municipalités communistes de la banlieue parisienne, avant de s'autodissoudre en 1985. C'est dans ce cadre que Chemetov réalise ses premières œuvres marquantes, des logements sociaux à Vigneux et un foyer pour personnes âgées à La Courneuve (1965).

Fasciné par les procédés de préfabrication, Chemetov poursuit la tradition de Marcel Lods, André Lurçat, Auguste Perret, voire d'Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc. Architecte intellectuel, Chemetov est soucieux de faire sortir sa discipline du ghetto affairiste et professionnel, et de livrer les clés de son propre travail. Il est très présent en banlieue rouge dans les années 1970, mais sans jamais construire de grands ensembles : opérations à Saint-Ouen, Villejuif, Montreuil. Dans cette première étape néo-brutaliste, Chemetov livre donc de petits immeubles populaires, qui se distinguent de la production courante des Trente Glorieuses par une certaine urbanité, le souci de l'usager et le recours aux matériaux « pauvres ». Mais comme son éthique lui interdit de traiter le logement social comme une miniaturisation du logement bourgeois, il pratique une architecture brutalement honnête : « Il faut mettre en pièces les bâtiments, et mettre en scène les pièces que fabrique l'industrie », écrit-il alors.

À la fin des années 1970, Chemetov croit encore possible de modifier de l'intérieur la technostructure. Il est alors coopté par le Plan Construction, dont il devient vice-président avec l'arrivée de la gauche au pouvoir. Rapidement déçu, il rebondit en tant qu'architecte (en association avec Borja Huidobro) et remporte à Paris deux concours importants : le ministère des Finances sous le premier septennat de François Mitterrand, la rénovation du Muséum d'histoire naturelle sous le second. Le ministère (1989) est une grande barre de bureaux perpendiculaire à la Seine, qui franchit les quais et s'enfonce par deux piles gigantesques dans le fleuve. Il s'inscrit ainsi dans la lignée des péages-fortifications symboliques, qui va des boulevards de Louis XIV à l'anneau du périphérique, en passant par les propylées de Ledoux et l'enceinte de Thiers. Architecturalement, « Bercy » veut exprimer la neutralité et l'efficacité de l'État par le recours à un classicisme hérité de Perret : ordre géant, division tripartite et matériaux pérennes en sont les caractéristiques. La grande galerie du Muséum inaugurée en 1994 est moins sévère, tout égayée par les animaux empaillés et les galopades des petits visiteurs. Chemetov-Huidobro ont su résister au technicisme borné des « programmistes et chauffagistes » sans pouvoir éviter d'aveugler la verrière (1877-1889) conçue par l'architecte Jules André. Chemetov a également réalisé l'ambassade de France à New Delhi, de beaux locaux industriels boulevard Victor à Paris, et la bibliothèque d'Évreux en 1995.

Auteur prolifique, il oriente sa réflexion vers l'urbain et le paysage. Il propose ainsi de faire planter en 1999 des milliers d'arbres sur le méridien passant par Paris pour célébrer le troisième millénaire. Dans son exposition Chacun sa maison (2012) à la Cité de l’architecture de Paris, Paul Chemetov présente sa vision du logement idéal à travers ses projets de maisons et d’ateliers.

À la fois homme d'appareil et franc-tireur, Paul Chemetov a beaucoup construit et écrit en un demi-siècle de carrière. Si avec le recul son style peut paraître éclectique, on doit lui reconnaître une fidélité rare à ses engagements de jeunesse. Connaît-on beaucoup d'architectes officiels capables de programmer une « place des manifestations » devant le ministère des Finances ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHEMETOV PAUL (1928- )  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 099 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Esthétiques fonctionnelles »  : […] L'émergence d'une architecture de masse a rapidement incité certains constructeurs à développer une plastique spécifique. Roger Anger, Mario Heymann et Pierre Puccinelli se sont ainsi spécialisés dans une animation volumétrique des façades, au moyen d'une disposition géométrique, orthogonale le plus souvent, des balcons et des loggias : c'est le cas rue Barrault ( xiii e , 1962), rue des Pyrénées […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean Claude GARCIAS, « CHEMETOV PAUL (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-chemetov/