CELAN PAUL (1920-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre le « je » et le « tu »

La remise en question des traditions et l'autoréflexion d'un retour sur soi vont ici de pair. Comment en effet se garder des imprégnations subies dans la langue et de leurs charges émotives, sans faire porter l'analyse critique au même titre sur leurs reprises ? Le détournement radical d'un sens exigeait ce dédoublement de l'instance créatrice. La division a tellement préoccupé Celan qu'elle a sûrement beaucoup contribué au retour de ses crises psychiques. Il a toujours maintenu une altérité interne, disloquant le discours, au point d'introduire très tôt, à côté d'un sujet qui n'écrit pas, un autre à qui incombe l'écriture, qu'il aborde avec une distance ironique, en lui réservant le nom de « tu ». Il libère ainsi le lieu d'un « je », qui occupe la place d'un sujet empirique ou historique – un double hors langue de l'auteur, son délégué dans l'aventure des mots. Le « je » peut tenir dans la fiction le rôle d'un observateur. Le jeu multiple de ces deux partenaires traverse toute l'œuvre : l'un regarde l'autre faire, bien qu'il ne soit pas absolument inactif non plus ; il lui arrive d'avoir à intervenir quand l'autre s'empêtre dans des situations difficiles ou inextricables, que l'acuité de son regard sait mettre au jour. On transcende les genres littéraires dans ces comédies macabres qui esquissent des analyses de l'échec.

C'est un dialogue mais il n'est pas ouvert : il ne s'adresse pas au lecteur anonyme et futur ; il retient une réussite ou un conflit qui s'est joué dans l'instant intemporel de la création poétique. L'échange s'épuise de soi à soi. La main puise et fait passer ses prises par le néant. Les mots, trempés dans l'abîme, subissent un changement sémantique. Le « tu », dans cette nouvelle descente aux enfers, fait l'expérience de l'absence, du mutisme, aussi bien que de la présence, dans le mouvement ascensionnel d'un renouvellement, qui est à l'origine d'une véritable transcendance verbale. Les mêmes lettres peuvent alors resurgir, comme avant leur désintégration : ce sont « cœur » pour « cœur » ou « fleur » pour « fleur » ; sous cet aspect de revenants, entre présence et absence, ils sont devenus vrais, à savoir des « noms », dans le sens prégnant que Celan réserve à ce mot. En raison de leur passage par le rien, ils portent la trace de la dissolution et ne survivent que par un « en dépit de tout », aussi constant dans l'œuvre que la perpétuation de l'élan, le « toujours encore ». « Dit vrai qui dit les ombres » – ce vers peut être détaché comme une devise ; la vérité est dans la référence à l'événement. La langue existe à neuf ; toute la poésie de Celan peut être lue sous ce biais du retour à partir d'un langage d'abord impossible.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CELAN PAUL (1920-1970)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE 1954-1968 (P. Celan, R. Char) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 971 mots

Ce volume de correspondance rassemble les quarante-cinq lettres, les onze cartes postales, les quarante dédicaces de livres, opuscules, poèmes, traductions et les quelques autres documents que s’adressèrent, de juillet 1954 à octobre 1968, le poète juif d’Europe orientale Paul Celan […] Lire la suite

LA ROSE DE PERSONNE, Paul Celan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 568 mots
  •  • 1 média

Publié à Francfort-sur-le-Main en 1963, La Rose de personne (Die Niemandsrose) est le quatrième recueil de poèmes écrits de 1959 à 1963 par Paul Celan (1920-1970). Il est dédié à la mémoire d'Ossip Mandelstam dont Celan avait traduit des poèmes en 1959. Cette dédicace n'est évi […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les années 1950-1965 : les liens du présent et du passé »  : […] Le renouvellement s'effectue, dans les années cinquante, grâce à la génération rassemblée, sans organisation rigide, autour du Groupe 47. Refusant les idéologies, ces écrivains veulent affronter la réalité de la « reconstruction adenauerienne » où ils analysent les survivances morales du passé. C'est l'ère d'un « réalisme critique » où la description sociologique s'allie aux recherches formelles […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite

BACHMANN INGEBORG (1926-1973)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 863 mots

Dans le chapitre « Affronter l'insurmontable passé nazi »  : […] Comme de nombreux écrivains de langue allemande auxquels elle a été liée, Bachmann appartient à cette génération dont l'enfance et l'adolescence ont été saccagées par le nazisme. Née dans un milieu pro-nazi, elle essaiera dans plusieurs textes de caractère autobiographique ( Biographisches , 1951 ; Jugend in einer österreichischen Stadt , 1961) de refouler la honte qu'elle en a éprouvée. Dès ses p […] Lire la suite

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « L'art de lire »  : […] À partir des années 1980, Jean Bollack consacre une part importante de son activité à la tragédie antique avec des commentaires de l' Agamemnon d'Eschyle (avec Pierre Judet de La Combe, 3 vol., 1981), le monumental commentaire d' Œdipe roi ( L'Œdipe roi de Sophocle , 4 vol., 1990), des interprétations ( La Naissance d'Œdipe , 1995 ; La Mort d'Antigone. La tragédie de Créon , 1999 ; Dionysos et […] Lire la suite

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 323 mots
  •  • 5 médias

On connaît ce cliché de James Joyce qui le montre négligemment appuyé sur une rambarde à Trieste, la mer à ses pieds. Faut-il que la stature de ce géant de l'écriture moderne ait à ce point marqué le xx e  siècle pour que notre époque apparaisse par excellence comme le temps de l'exil ? Sont-ce là nos « Lumières » déclinantes ? Notre « Humanisme » à bout de souffle ? Et surtout est-ce bien, comme […] Lire la suite

LA GRÈCE DE PERSONNE (J. Bollack)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 359 mots

En réunissant des études écrites sur près de quarante années (1958-1997), Jean Bollack fait la démonstration des possibilités de la philologie, au sens fort qu'il lui donne. Il réfléchit en même temps au chemin parcouru et à l'itinéraire intellectuel qui l'a permis : les essais qui composent La Grèce de personne (1997) sont ainsi replacés dans le cadre d'une vie dans le siècle, celle d'un philolo […] Lire la suite

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Nommer l'innommable »  : […] Si les poètes yiddish et quelques rares poètes de langue polonaise n'ont cessé de faire entendre leur cri, leur lamentation en parlant du fond de « ... la fournaise de l'extermination juive » (Sutzkever), en recourant aux images mêmes qu'ils récusaient, il a fallu un certain temps aux autres langues, pour parvenir à « transposer les innommés nommément ». Pourtant, par sa nature même, la poésie a v […] Lire la suite

KIEFER ANSELM (1945- )

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 389 mots

Dans le chapitre « Le choix du matériau »  : […] La rencontre avec la poésie de Paul Celan (1920-1970), à partir de 1981, entraîne un approfondissement de sa méditation sur le rôle de la forme symbolique dans son rapport à la langue allemande, retrouvée essentiellement au cœur du projet poétique. Les derniers vers du poème Fugue de mort , écrit en mai 1945 et devenu un symbole de la réconciliation judéo-allemande, vont permettre à Kiefer de déve […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BOLLACK, « CELAN PAUL - (1920-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-celan/