PASTICHE, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pratique du pastiche, genre imitatif relevant de l'activité artistique « au second degré » (G. Genette), remonte aussi loin que la création d'œuvres originales, bien que le mot lui-même n'apparaisse dans le vocabulaire de la peinture qu'au xviie siècle. Considéré comme genre « mineur », car il est attaché à son original comme la Lune l'est à la Terre, le pastiche n'a pas d'existence autonome, si ce n'est par disparition du modèle (Platon pastichant Lysias dans le Phèdre). Son statut ambigu est aggravé par une étymologie sentant les relents de la cuisine (pasticcio signifie « pâte » en italien), mais les accents dépréciatifs de l'Encyclopédie proviennent aussi de sa situation non moins ambiguë, « entre la moquerie et la référence admirative » (Genette). La proximité de la parodie, de la charge et du travestissement, genres satiriques, le déshonore ; pourtant sa pratique est recommandée par Quintilien comme exercice de style pour les écrivains novices. Au sérieux de la visée pédagogique s'ajoute celui de l'intention critique d'un Proust, mais c'est l'étendue des traits imités, très supérieure à ce que l'on trouve chez ses parents pauvres, qui l'en distingue le plus. Ceux-là ne font que tourner en dérision en amplifiant, en transposant certaines des caractéristiques de leur modèle, tandis que le pastiche cherche à reproduire la totalité des éléments qui donnent son identité à l'œuvre. D'où la tentation de l'assimiler soit au faux, soit au plagiat.

Marcel Proust

Marcel Proust

Photographie

L'écrivain français Marcel Proust (1871-1922). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Michel Schneider écrit dans Voleurs de mots (1985) que la recherche d'identité de Proust consiste à « traiter le mal par le mal, le plagiat par le pastiche, l'influence par le mimétisme délibéré ». Sans la passation d'un « contrat de pastiche » (Genette) entre l'auteur et le public, le pastiche se hisse à la hauteur douteuse des mystifications : avertissement du traducteur et avant-propos érudits renforcent l'illusion de l'authenticité des Poèmes d'Ossian (1760) de James Macpherson, ou de la Chasse spirituelle (1949), prétendu inédit d'Arthur Ri [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PASTICHE, genre littéraire  » est également traité dans :

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire »  : […] Avec Mimologiques (1976), Genette introduit un premier grand tournant dans son travail critique : sans abandonner la poétique, il se confronte aux « jeux », aux territoires inconnus et aux aspects transcendants de l'espace littéraire. Ainsi, dans Mimologiques – sous-titré « Voyage en Cratylie » – Genette reprend l'interrogation platonicienne sur le statut ontologique du langage, explorant, à sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-genette/#i_93524

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Années 1980 : productivité et refonte du concept »  : […] Les années 1979-1982, particulièrement riches en nouvelles publications, témoignent de l'entrée du concept d'intertextualité dans sa phase de maturité. Les travaux de Michaël Riffaterre ( La Production du texte , Seuil, 1979 ; « La Syllepse intertextuelle », in Poétique , n o  40, Seuil, nov. 1979 ; « La Trace de l'intertexte », in La Pensée , Paris, oct. 1979 ; Sémiotique de la poésie , Seuil, 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-intertextualite/#i_93524

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « L'art du détournement »  : […] Si la parodie est sans doute aussi ancienne que la littérature, c'est dans La Poétique (vers 340 av. J.-C.) d'Aristote que le mot se rencontre pour la première fois : la parôdia y occupe en effet la quatrième case de la fameuse classification des genres littéraires, selon deux modes (dramatique et narratif) et deux niveaux (haut et bas). La parodie sera donc une représentation d'actions selon u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-art-et-litterature/#i_93524

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une pratique mal comprise et discréditée »  : […] Malgré cette expérience quotidienne de la parodie au sens précis du terme, l'usage courant continue à donner au mot « parodie » la signification péjorative de simulacre ou de mauvaise imitation : on parle ainsi de « parodie de justice » ou, en politique, de « parodie de programme ». Souvent, on assimile la parodie à des pratiques qui reposent sur la tromperie, telles que le plagiat (qui est l'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_93524

PLAGIAT

  • Écrit par 
  • Hélène MAUREL-INDART
  •  • 5 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Plagiat, parodie, pastiche »  : […] Le plagiat est une notion aux frontières d’autres formes d’intertextualité, définie par Gérard Genette comme « présence effective d’un texte dans un autre ». Il ne se distingue d’autres types de réécriture qu’à condition de procéder, pour chaque cas d’espèce, à une analyse précise de la signature d’auteur, du mode de fabrication de l’œuvre et des intentions qui l’ont suscitée. Le plagiat se démarq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/#i_93524

PROUST MARCEL (1871-1922)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TADIÉ
  •  • 7 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman impossible à écrire »  : […] Si À la recherche du temps perdu a été écrit si tard, a failli ne jamais voir le jour, a été publié, pour un tiers, posthume, la raison en est dans la méthode de composition proustienne. Dès Les Plaisirs et les jours , l'écrivain juxtapose des fragments déjà écrits, et le plus souvent publiés en revue, nouvelles, poèmes en vers ou en prose, pastiches, caractères à la manière de La Bruyère, descri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-proust/#i_93524

SI PAR UNE NUIT D'HIVER UN VOYAGEUR, Italo Calvino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 117 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un livre infini »  : […] L'ouvrage commence par une invocation au « Lecteur », qui n'est pas sans rappeler, malgré les différences de ton, tantôt les « appels à la bienveillance » de certaines dédicaces du xviii e  siècle, tantôt Les Chants de Maldoror « Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur . Détends-toi. Concentre-toi. Écarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/si-par-une-nuit-d-hiver-un-voyageur/#i_93524

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « PASTICHE, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastiche-genre-litteraire/