PARTIS POLITIQUESThéorie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme est familier, repérable dans des sigles devenus des acronymes peuplant la vie politique quotidienne. La matière est en effet infinie, car il se constitue constamment des organisations s'intitulant « partis », plus particulièrement à la fin du xxe siècle, à l'occasion des « transitions démocratiques » (Europe du Sud, Amérique latine, Europe de l'Est, Afrique voire Asie ou Moyen-Orient). Ce type de regroupements existe depuis plus d'un siècle pour le moins, et les partis interviennent en politique en de nombreuses circonstances (élections, mobilisations, formation de gouvernements, politiques publiques...).

En premier lieu se pose la question de la définition des partis (ce qu'ils ne sont pas, ce qu'ils sont, ce qu'ils ne sont plus et ce qu'ils devraient être) : elle est l'objet et l'enjeu de controverses qui ne sont pas seulement théoriques. L'encadrement juridique et les modes de désignation (auto-identification, stigmatisation par l'adversaire) ont aussi des effets très pratiques (financiers, politiques et symboliques). En second lieu, comprendre les partis suppose non seulement de définir cet objet mais aussi de faire le détour par la manière dont ce terme a été historiquement utilisé et sous quelles formes les partis se sont structurés dans les processus démocratiques.

D'un point de vue sociologique, différentes traditions d'analyse ont rendu compte des réalités partisanes. On distingue celles qui traitent les partis comme des entités agissantes (« le parti socialiste pense que... ») et celles qui les abordent comme des relations sociales en insistant sur le jeu des individus qui les font exister. Cependant, les théories concernant les partis varient aussi selon le degré auquel elles envisagent le rapport existant entre l'organisation et la société que ses porte-parole et ses militants entendent représenter.

Définition

Les analystes considèrent comme des partis les groupes qui s'intitulent eux-mêmes « partis ». Cette définition simple appelle deux objections contradictoires. Toutes les organisations partisanes n'endossent pas le terme « parti » dans leur sigle et tous les groupements politiques ne sont pas considérés par les commentateurs et les protagonistes comme également dotés d'objectivité partisane.

Objets exclus de la définition

Toutes les organisations qui participent à la vie politique n'adoptent pas le mot parti dans leur sigle. Elles préfèrent, par distinction ou euphémisation politiques, se référer à des vocables plus consensuels (alliance, union, rassemblement, centre, fédération...), plus fluides comme mouvement, plus militants comme ligue ou front, ou refusent tout simplement les dénominations habituelles, comme Forza Italia en Italie ou Kadima (En avant !) en Israël.

Le déni de reconnaissance par les États ou les formations concurrentes fait partie du jeu politique. Dans le monde, les États disposent de moyens de coercition (interdiction du parti et répression de ses membres pour cause d'« atteinte à la sûreté de l'État », privation d'avantages attachés à l'appartenance à la catégorie). Les adversaires peuvent aussi tenter de le déclasser symboliquement : une organisation peut ainsi être stigmatisée en raison de sa taille, en tant que « groupuscule », « secte » ou « petit parti », ou en raison de son manque d'institutionnalisation. Elle peut l'être aussi du fait de son décalage avec la « raison d'être » qui serait celle de tout parti politique.

Un parti n'est en effet ni l'État, ni une Église, ni un club politique, ni un groupe parlementaire, ni une entreprise, ni un groupe d'intérêts, ni un mouvement social, ni une organisation terroriste ou séparatiste (Al-Qaida, le Hamas, Herri Batasuna), ni un agent de l'étranger (« parti de l'étranger »), ni une mafia. Des partis sont issus de formes associatives : groupes d'intérêts, syndicats, mouvements de défense de l'environnement, fondations ou O.N.G. occidentales, réseaux évangélistes appuyant la création de partis dans les processus de démocratisation, associations culturelles (le Mouvement culturel berbère et R.C.D. en Algérie), religieuses (P.J.D. marocain, Frères musulmans, Hezbollah). Et le terme « parti » peut être mobilisé par des groupements revendiquant la lutte armée (Kurdes ou Afghans après 1979) ou des partis uniques (sous des formes très diversifiées quant aux rapports parti-État, le Baas, les partis communistes, le N.S.D.A.P. hitlérien ou P.N.F. fasciste).

Définitions juridiques

Des définitions juridiques ont souvent accompagné la reconnaissance des partis, ou leur encadrement dans des lois de financement public. Si ce n'est pas le cas en France, les partis sont définis, par exemple en République fédérale d'Allemagne, comme « des associations de citoyens qui, sans limitation de temps ou pour une longue durée, influent sur la formation de la volonté politique aux niveaux de la Fédération ou d'un Land et entendent participer à la représentation du peuple au Bundestag ou à un Landtag, pourvu que l'ensemble des circonstances de fait qui leur sont propres, notamment l'ampleur et la consistance de leur organisation, l'effectif de leurs membres et leur activité sur la scène publique présentent une garantie sérieuse de leurs objectifs » (loi sur les partis politiques, République fédérale allemande, 1967). La Constitution ou la loi délimitent les territoires partisans au regard de la théorie démocratique, établissent des règles contraignantes imposant un enregistrement (comme au Brésil ou dans les multiples systèmes américains). Le financement public peut être lié à l'adoption de statuts types réglant la structure et le fonctionnement des partis. Ces législations autorisent leur expression politique et leur permettent de bénéficier des avantages liés à ce label : financement public, accès gratuits à certains médias, et surtout droit de présenter des candidats aux élections. Même lorsque la définition juridique est claire, le débat sur le caractère plus ou moins « partisan » de telle formation ne cesse pas pour autant.

Le parti comme organisation durable

Les politologues ont d'ailleurs canonisé une distinction entre les partis dits relevant et les autres. Les premiers produisent des effets pertinents, surtout électoraux, dans le champ politique : seuils de 5 p. 100 ou capacité de nuisance dans la formation des coalitions. La définition de Joseph La Palombara et Myron Weiner, dans Political Parties and Political Development (1966), a été bien souvent avalisée malgré son caractère figé et historiquement situé. Selon eux, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences politique, université de Paris-I, Centre de recherches politiques de la Sorbonne, Laboratoire de sciences sociales de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PARTIS POLITIQUES  » est également traité dans :

PARTIS POLITIQUES - Fonctionnement

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 6 967 mots

Les partis sont des organisations engendrées par les processus de démocratisation, l'extension de l'électorat et de l'éligibilité. Lorsque le suffrage masculin s'élargit ou s'universalise, des intermédiaires régulent l'échange politique et proposent des programmes et des candidats. Lorsque l'éligibilité se démocratise, de nouveaux compétiteurs, disposant de moins de ressources sociales que leurs p […] Lire la suite

PARTIS POLITIQUES - Financement

  • Écrit par 
  • Éric PHÉLIPPEAU
  •  • 4 640 mots

Dans sa sociologie des types de domination, le sociologue allemand Max Weber réserve une place à part à l'étude des partis politiques, délibérément rattachée « au domaine particulier de la sociologie de l'État ». Soucieux de leurs modes d'organisation, des mécanismes présidant à leur adhésion et de leurs moyens d'action matériels, la question générale de l […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le travail des acteurs politiques »  : […] Si des citoyens se rendent dans les bureaux de vote, c'est aussi parce qu'ils y ont été incités (Steven J. Rosenstone et John Mark Hansen). Les partis, les militants, les mouvements sociaux et des groupes d'intérêts déploient beaucoup d'énergie pour mobiliser les citoyens. Les candidats cherchent à rencontrer les électeurs sur les marchés, à la sortie des usines ou dans des réunions privées et pu […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'ANC et ses mutations »  : […] Le 27 avril 1994, c'est sous la forme d'une alliance tripartite (ANC-Parti communiste sud-africain-COSATU) que le mouvement de Nelson Mandela arrive au pouvoir avec 62,65 p. 100 des voix. Depuis sa légalisation, l'ANC, comme la plupart des organisations politiques du pays, s'est progressivement transformé de mouvement de libération en parti politique, en poursuivant une véritable révolution organ […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] Les résultats électoraux montrent que la concentration des suffrages sur un nombre restreint de partis est une donnée majeure de l'évolution politique. De 1961 à 1983, il n'y avait plus que trois formations représentées au Bundestag. En 1949, elles ne rassemblaient que 72,1 p. 100 des suffrages ; ce pourcentage ne cessa d'augmenter ensuite, au point d'atteindre 99,1 p. 100 en 1976. Une des raisons […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] En Autriche, l'appartenance partisane est clairement revendiquée. On est « noir », « rouge », « vert » ou « bleu ». Depuis la dernière décennie du xix e  siècle, la société autrichienne repose sur trois grands camps idéologiques et politiques ( Lager ) : le chrétien-social, le social-démocrate, tous deux fortement structurés autour d'un parti et d'une myriade d'associations, et le camp national-a […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BASQUES

  • Écrit par 
  • Jean HARITSCHELHAR, 
  • Pierre LAFITTE, 
  • Pierre LETAMENDIA, 
  • Maitane OSTOLAZA
  • , Universalis
  •  • 13 373 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Croissance et dispersion du nationalisme »  : […] La répression franquiste est très dure dans les provinces bascophones de Guipuzcoa et de Biscaye, alors que la Navarre et l'Alava maintiennent le régime fiscal très favorable du concierto economico . La résistance autour de la gauche et du P.N.V. se réorganise après 1945, et de grandes grèves ont lieu en 1947 et 1951. Mais l'intégration de l'Espagne franquiste dans l'Occident et la consolidation […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le nouveau programme flamand  »  : […] La portée des réformes institutionnelles décidées en 2001 s'avère très limitée. Elles sont loin de répondre aux revendications formulées au printemps de 1999 par la majorité du Parlement flamand. Ces revendications visaient à accroître de façon importante le domaine des compétences des communautés et des régions et à leur accorder, par le biais de l'autonomie fiscale, des moyens financiers accrus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel OFFERLÉ, « PARTIS POLITIQUES - Théorie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/