PARTIS POLITIQUESThéorie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le parti comme entité

Dans cette conception, le parti est considéré comme un acteur collectif agissant par ses porte-parole, comme dans ces raccourcis : « l'U.M.P. dit que ». En fonction des théories mobilisées, on y cherche des familles, des clivages des fonctions, des institutions ou des stratèges.

Les familles politiques

Les partis sont d'abord considérés, par Edmund Burke ou par Benjamin Constant, comme regroupant des hommes qui « professent la même doctrine politique ». La recherche des filiations par le recours aux cultures ou aux familles politiques permettrait de définir, par-delà les frontières nationales, des types de partis saisis par leurs programmes et idéologies : conservateurs, libéraux, agrariens, démocrates-chrétiens, sociaux-démocrates et socialistes, communistes ; mais aussi populistes, fascistes et écologistes. Pourtant, une même famille peut occuper des positions différentes dans des configurations nationales et partisanes diverses.

L'identité revendiquée du parti (chrétien, révolutionnaire, corse, républicain...) est un point de repère efficace pour ceux qui maîtrisent a minima le vocabulaire politique, mais insuffisant. Cette identité est toujours l'objet de luttes d'identification et de catégorisation multiples. En Turquie par exemple, les débats portent sur la « vraie nature » de l'A.K.-P ; est-il islamiste, islamique, néo-conservateur, démocrate-musulman ? Le B.J.P. indien est-il hindouiste ou ethno-nationaliste ? Les partis-familles, quels que soient les liens transnationaux qu'ils nouent (par exemple les partis communistes des années 1920-1960), ne sauraient être compris sans analyser les contraintes du champ politique national dans lequel ils sont parties prenantes. Non seulement ils choisissent leurs alliés, leurs adversaires et leurs ennemis, mais ils inventent aussi des types d'organisation et d'enracinements spécifiques.

Les clivages

L'approche « clivagiste », développée en Europe, va au-delà des précédentes. Désireux de fournir une cartographie partisane stylisée et lisible, Seymour Martin Lipset et Stein Rokkan ont raffiné l'approche socio-militante de Marx et d'Engels qui, en 1895, ramenaient les « conflits politiques à des luttes d'intérêts entre les classes sociales et les fractions de classes existantes ». Chez Lipset et Rokkan, prolongés par Daniel-Louis Seiler, la société européenne a été le siège de deux grandes révolutions, nationale et industrielle, qui ont produit quatre grands clivages : Église/État, centre/périphérie, possédants/travailleurs, urbain/rural. Les partis sont l'expression stabilisée et institutionnalisée de ces clivages. Et ceux de la fin des années 1960 seraient la congélation de l'état des rapports de force sociaux des années 1920. Ces thèses ont suscité de multiples débats, souvent tapageusement classificatoires, parfois orientés vers la production d'indicateurs statistiques permettant de montrer la force du clivage, comme ceux élaborés par Kenneth Janda en 1980.

Plus récemment, Lauri Karvonen et Stein Kuhnle ont proposé une relecture contemporaine de la thèse de la « congélation » et aussi de l'hypothèse d'une « décongélation », valables pour le continent européen. La marginalisation du vote de classe ou du vote religieux, les populismes, l'écologisme et le fédéralisme européen seraient au principe des nouvelles lignes de fracture. Dans cette hypothèse, la congélation peut désigner un même parti et son clivage, un même parti mais avec un clivage évolutif, un même clivage mais avec un parti différent (un parti gardant au travers de son sigle une identité pérenne mais qui ne cesse de changer), ou un même assemblage partisan.

Pour Herbert Kitschelt, la réussite des partis de droite radicale s'explique par la structure sociale des démocraties occidentales : la compétition est ainsi clivée entre politiques interventionnistes contre défense du marché, positions politiques et culturelles libérales versus autoritaires. Ces clivages permettent de répartir les opinions des électeurs de droite radicale sur diverses échelles : matérialiste et post-matérialiste, sécularisme et cléricalisme, droite et gauche.

Ces approches permettent de comprendre les partis dans leurs enracinements et leurs significations sociales. Elles s'interrogent plus rarement sur les processus historiques de la « fabrique » d'un clivage. Et pourtant on ne saurait se contenter de dire qu'il existe des clivages sans c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences politique, université de Paris-I, Centre de recherches politiques de la Sorbonne, Laboratoire de sciences sociales de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  PARTIS POLITIQUES  » est également traité dans :

PARTIS POLITIQUES - Fonctionnement

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 6 967 mots

Les partis sont des organisations engendrées par les processus de démocratisation, l'extension de l'électorat et de l'éligibilité. Lorsque le suffrage masculin s'élargit ou s'universalise, des intermédiaires régulent l'échange politique et proposent des programmes et des candidats. Lorsque l'éligibilité se démocratise, de nouveaux compétiteurs, disposant de moins de ressources sociales que leurs p […] Lire la suite

PARTIS POLITIQUES - Financement

  • Écrit par 
  • Éric PHÉLIPPEAU
  •  • 4 640 mots

Dans sa sociologie des types de domination, le sociologue allemand Max Weber réserve une place à part à l'étude des partis politiques, délibérément rattachée « au domaine particulier de la sociologie de l'État ». Soucieux de leurs modes d'organisation, des mécanismes présidant à leur adhésion et de leurs moyens d'action matériels, la question générale de l […] Lire la suite

ABSTENTIONNISME

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 6 286 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le travail des acteurs politiques »  : […] Si des citoyens se rendent dans les bureaux de vote, c'est aussi parce qu'ils y ont été incités (Steven J. Rosenstone et John Mark Hansen). Les partis, les militants, les mouvements sociaux et des groupes d'intérêts déploient beaucoup d'énergie pour mobiliser les citoyens. Les candidats cherchent à rencontrer les électeurs sur les marchés, à la sortie des usines ou dans des réunions privées et pu […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'ANC et ses mutations »  : […] Le 27 avril 1994, c'est sous la forme d'une alliance tripartite (ANC-Parti communiste sud-africain-COSATU) que le mouvement de Nelson Mandela arrive au pouvoir avec 62,65 p. 100 des voix. Depuis sa légalisation, l'ANC, comme la plupart des organisations politiques du pays, s'est progressivement transformé de mouvement de libération en parti politique, en poursuivant une véritable révolution organ […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] Les résultats électoraux montrent que la concentration des suffrages sur un nombre restreint de partis est une donnée majeure de l'évolution politique. De 1961 à 1983, il n'y avait plus que trois formations représentées au Bundestag. En 1949, elles ne rassemblaient que 72,1 p. 100 des suffrages ; ce pourcentage ne cessa d'augmenter ensuite, au point d'atteindre 99,1 p. 100 en 1976. Une des raisons […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les partis politiques »  : […] En Autriche, l'appartenance partisane est clairement revendiquée. On est « noir », « rouge », « vert » ou « bleu ». Depuis la dernière décennie du xix e  siècle, la société autrichienne repose sur trois grands camps idéologiques et politiques ( Lager ) : le chrétien-social, le social-démocrate, tous deux fortement structurés autour d'un parti et d'une myriade d'associations, et le camp national-a […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BASQUES

  • Écrit par 
  • Jean HARITSCHELHAR, 
  • Pierre LAFITTE, 
  • Pierre LETAMENDIA, 
  • Maitane OSTOLAZA
  • , Universalis
  •  • 13 373 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Croissance et dispersion du nationalisme »  : […] La répression franquiste est très dure dans les provinces bascophones de Guipuzcoa et de Biscaye, alors que la Navarre et l'Alava maintiennent le régime fiscal très favorable du concierto economico . La résistance autour de la gauche et du P.N.V. se réorganise après 1945, et de grandes grèves ont lieu en 1947 et 1951. Mais l'intégration de l'Espagne franquiste dans l'Occident et la consolidation […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le nouveau programme flamand  »  : […] La portée des réformes institutionnelles décidées en 2001 s'avère très limitée. Elles sont loin de répondre aux revendications formulées au printemps de 1999 par la majorité du Parlement flamand. Ces revendications visaient à accroître de façon importante le domaine des compétences des communautés et des régions et à leur accorder, par le biais de l'autonomie fiscale, des moyens financiers accrus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel OFFERLÉ, « PARTIS POLITIQUES - Théorie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/