Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARTIS POLITIQUES Fonctionnement

Les partis sont des organisations engendrées par les processus de démocratisation, l'extension de l'électorat et de l'éligibilité. Lorsque le suffrage masculin s'élargit ou s'universalise, des intermédiaires régulent l'échange politique et proposent des programmes et des candidats. Lorsque l'éligibilité se démocratise, de nouveaux compétiteurs, disposant de moins de ressources sociales que leurs prédécesseurs, notables et détenteurs de fonctions étatiques, créent des organisations qui leur permettent de revendiquer un droit à la représentation fondé sur la légitimité populaire. Les partis politiques se constituent sous des formes différentes en fonction des histoires nationales (types de structures économiques et sociales, degré auquel la compétition politique s'autonomise et se pacifie) tout au long du xixe siècle, mais plus tôt aux États-Unis ou au Royaume-Uni qu'en France.

Pour inclure la polysémie du label « parti » et la variété de ses modes d'existence historiques, on reprendra ici la définition large de Max Weber qui, en 1919, définit le parti comme « une sociation reposant sur un engagement (formellement) libre ayant pour but de procurer à leurs chefs le pouvoir au sein d'un groupement et à leurs militants actifs des chances – idéales ou matérielles – de poursuivre des buts objectifs, d'obtenir des avantages personnels ou de réaliser les deux ensemble ».

Quels que soient la taille ou les objectifs d'un parti, on peut pour chacun d'entre eux dresser en première analyse une fiche d'identité présentant ses principales caractéristiques. Cette fiche d'identité descriptive passe par la mise à plat de son histoire (fondation, nom, sigles et logos, filiation, grandes dates et congrès, refondations et scissions), de ses structures (statuts, organigramme, finances, composition des instances) et de son fonctionnement (luttes internes), de sa base sociale (nombre et sociographie de ses adhérents, de ses militants et de ses électeurs), de sa position dans l'espace politique (alliés et adversaires, programme et idéologie, moyens d'action). On ne saurait se limiter à cette approche factuelle.

En considérant un parti comme une relation sociale, on présentera successivement la question des ressources partisanes, de la division du travail et du pouvoir dans l'organisation, question de l'action et des répertoires d'action partisans avant de terminer sur le problème des frontières partisanes : au-delà des acteurs visibles – les leaders, les militants –, qui influence le parti : les médias ? les électeurs ?

Organisation et ressources militantes

Un parti politique peut être considéré comme la rencontre entre des ressources collectives et des agents sociaux intéressés à y participer (les dirigeants, les militants, les adhérents) qui détiennent des ressources personnelles, acquises au cours de leurs trajectoires sociales et politiques.

Ressources collectives

La marque d'un parti est d'abord une couleur, un logo, un nom, un numéro, un sigle, donc détaché de son signifiant : le P.C., le R.P.R., le S.P.D., le P.T. ou le P.A.S.O.K. Un sigle est un point de repère stabilisé qui, pour celui qui acquiert le droit de parler en son nom, peut procurer l'accès à un ensemble de ressources, variables en fonction des conjonctures, de la capacité et de l'intérêt de ces interprètes à les utiliser.

Un parti met en jeu des ressources organisationnelles (des structures, des militants, des experts), des réseaux collectifs (des associations et/ou des syndicats, des structures d'entraide et des agencements clientélaires, des alliances garanties, un adversaire ou un « ennemi » désigné) et ces êtres politiques complexes que sont les électorats. Il met à la disposition des militants et de ses porte-parole des ressources financières, légales et illégales,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sciences politique, université de Paris-I, Centre de recherches politiques de la Sorbonne, Laboratoire de sciences sociales de l'École normale supérieure

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ABSTENTIONNISME

    • Écrit par Daniel GAXIE
    • 6 313 mots
    • 3 médias
    Si des citoyens se rendent dans les bureaux de vote, c'est aussi parce qu'ils y ont été incités (Steven J. Rosenstone et John Mark Hansen). Les partis, les militants, les mouvements sociaux et des groupes d'intérêts déploient beaucoup d'énergie pour mobiliser les citoyens. Les candidats cherchent...
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    ...voix. Depuis sa légalisation, l'ANC, comme la plupart des organisations politiques du pays, s'est progressivement transformé de mouvement de libération en parti politique, en poursuivant une véritable révolution organisationnelle accompagnée d'une modification profonde de la composition sociale de ses militants...
  • ALLEMAGNE - Les institutions

    • Écrit par Stéphane SCHOTT
    • 4 249 mots
    ...présentées dans chacun des seize Länder. Pour participer à la répartition des sièges par le biais de la seconde voix, qui se déroule à la proportionnelle, un parti politique doit avoir obtenu au moins 5 p. 100 des suffrages exprimés à l’échelon fédéral ou remporté 3 mandats directs par le biais de la première...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

    • Écrit par Alfred GROSSER, Henri MÉNUDIER
    • 16 391 mots
    • 10 médias
    « 1. Les partis concourent à la formation de la volonté politique du peuple. Leur fondation est libre. Leur organisation interne doit être conforme aux principes démocratiques. Ils doivent rendre compte publiquement de la provenance de leurs ressources.
  • Afficher les 102 références

Voir aussi