PAROISSE, ecclésiologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cellules de base dans l'Église catholique et dans la plupart des Églises de la Réforme, les paroisses, unités selon lesquelles tout diocèse est nécessairement divisé, ont toujours joué un rôle essentiel dans la vie chrétienne. Personne morale décentralisée, la paroisse comprend, sur un territoire déterminé : une communauté chrétienne qui a son pasteur propre, le curé ; son église avec le baptistère ; son cimetière ; des biens ; une organisation plus ou moins complexe au service du bien spirituel des fidèles.

Autrefois, on distinguait des paroisses inamovibles (c'est-à-dire dont le pasteur ne pouvait changer malgré lui) ; elles ont été supprimées par le second concile du Vatican ; de même il n'y a plus de curé collectif (le chapitre cathédral par exemple). Dans les grandes paroisses, le curé est assisté d'un ou de plusieurs vicaires coopérateurs ou de collaborateurs plus proches, tels les vicaires substituts ou les vicaires coadjuteurs. Lorsque la paroisse est vacante, c'est le doyen ou vicaire forain qui en assume la responsabilité, à moins qu'un nouveau curé n'y soit nommé ou que n'y soit affecté un vicaire économe, lequel a les mêmes pouvoirs que le curé mais ne jouit pas de la même stabilité. La paroisse est encore considérée comme un bénéfice, car elle doit assurer au curé et à ses vicaires la subsistance.

Le statut du curé, ses droits et ses obligations sont le fruit d'une longue maturation juridique et pastorale. Le curé jouit du pouvoir ordinaire, c'est-à-dire qu'il est nommé à cette fonction par l'évêque, mais il tient ses facultés canoniques du droit, ce qui correspond au fait que la paroisse possède le caractère de personne morale. Le curé doit faire la visite pastorale de ses paroissiens, leur annoncer la parole de Dieu, leur donner les sacrements qu'ils demandent légitimement ; il préside les grands événements de la vie paroissiale ou de ses paroissiens (par exemple, leur mariage) ; il est responsable des archives paroissiales, dont il doit envoyer les doubles à la curie diocésaine chaque année. Il est assisté d'un conseil paroissial dans la conduite de la vie pastorale et d'un conseil de gestion des biens — autrefois appelé conseil de fabrique. Il ne peut être transféré contre son gré à une autre paroisse qu'après avis dans ce sens d'un organisme paritaire (les curés consulteurs ou les examinateurs synodaux, lesquels doivent être entendus dans l'hypothèse d'un litige de caractère administratif) et à moins de faute grave de sa part, ou s'il fait l'objet de ce que l'on appelle la « réprobation du peuple ». La nomination du curé revient à la libre décision de l'évêque, étant donné que le système du concours a disparu ainsi que le droit de patronage. Dans de nombreux diocèses, les évêques ont obtenu de Rome le droit de nommer seulement pour un temps déterminé les curés de paroisse, de même que les détenteurs de la plupart des ministères.

La paroisse fait partie d'un ensemble pastoral plus vaste, le doyenné ou vicariat forain, ou encore l'archiprêtré (qui est appelé de plus en plus fréquemment en France secteur pastoral).

Aux paroisses territoriales sont assimilées les paroisses dites personnelles ou rituelles, par exemple, les paroisses de migrants ou de chrétiens orientaux. Elles ont la même organisation que les premières, mais le caractère territorial n'y a pas la priorité.

De plus, des « missions avec charge d'âmes » viennent d'être créées, qui ressemblent aux paroisses mais n'ont pas la même stabilité ; elles s'adressent à des groupes homogènes de chrétiens.

Longtemps centre unique de la vie liturgique et apostolique, la paroisse se trouve être largement contestée, en particulier depuis l'apparition de groupes de chrétiens tels que ceux de l'Action catholique.

Mais les grands événements de la vie chrétienne, la célébration des sacrements et des grandes fêtes, comme celle du dimanche, demeurent encore attachés au cadre paroissial.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAROISSE, ecclésiologie  » est également traité dans :

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des communautés »  : […] Le droit organise le statut de deux sortes de communautés, les communautés hiérarchiques et les communautés associatives. Ces dernières sont constituées par les fidèles eux-mêmes et structurées comme ils l'entendent. Ils ont un droit d'y appartenir librement. Les liens de l'autorité à ces communautés sont distincts selon les cas. Habituellement, les associations jouissent d'une grande autonomie d […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Dans le chapitre « L'Église diocésaine »  : […] D'après la conception catholique qui est aussi celle de toutes les Églises orientales, c'est le diocèse, communauté gouvernée par un évêque sur un territoire relativement vaste, qui constitue la communauté ecclésiale de base ou l'Église locale, parce que l'Église n'est pleinement signifiée que là où se trouve comme responsable un évêque, en tant que membre du corps épiscopal. Celui-ci, bien qu'il […] Lire la suite

CHEMIN NÉOCATÉCHUMÉNAL

  • Écrit par 
  • Gordon URQUHART
  •  • 1 130 mots

Le Néocatéchuménat, également connu sous le nom de Chemin néocatéchuménal, ou plus simplement « le Chemin », est peut-être le plus controversé des nouveaux mouvements ecclésiaux qui ont rapidement prospéré au sein de l'Église catholique dans la seconde moitié du xx e  siècle, bénéficiant en particulier de la protection de Jean-Paul II. Le mouvement est fondé en 1964 par un artiste peintre, Franci […] Lire la suite

DIOCÈSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 475 mots

Le diocèse est le type de l'Église particulière, portion du peuple de Dieu confiée à un évêque, qui en est le pasteur propre assisté de son presbyterium. Appelé d'abord paroisse ( paroikia ), il prit le nom de diocèse (du grec dioikisis ) vers le v e - vi e  siècle ; le terme est emprunté à l'organisation civile de l'Empire romain. En principe, le diocèse est géographique ; il peut être aussi pers […] Lire la suite

PRESBYTÉRIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 882 mots

Constituant une dénomination protestante qui refuse l'épiscopalisme (gouvernement de l'Église par les évêques) et le congrégationalisme (autonomie des paroisses sans instance supérieure à celles-ci), les presbytériens se réclament d'une formule ecclésiale qui confie le pouvoir à des assemblées élues d'« anciens » (laïcs) et de pasteurs. Ces assemblées, nommées synodes, existent à tous les échelons […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean PASSICOS, « PAROISSE, ecclésiologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paroisse-ecclesiologie/