PANTAGRUEL, François RabelaisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rire, force vitale

Écrit dans une langue qui, par sa richesse et sa « modernité », constitue, dix-sept ans avant le texte fameux de Du Bellay, une véritable « défense et illustration de la langue française », Pantagruel ne vient pas de nulle part. Rabelais s’inspire, tout en s’en moquant, des « chroniques gargantuines », reprises populaires plus ou moins parodiques des romans de chevalerie narrant les exploits du géant Gargantua. À la littérature chevaleresque, héritière de la légende arthurienne, l’écrivain emprunte en les forçant de nombreux traits : prétention à la véracité (pour des faits évidemment invraisemblables), précision des descriptions (ici caricaturée sous forme d’accumulations et de listes interminables), formules diverses (comme les adresses au lecteur pris à témoin), et, bien sûr, « prouesses » guerrières d’un héros lui-même hyperbolique.

À ce premier récit, d’une fantaisie débridée, troué de digressions, empruntant sans cesse des voies de traverse, nourri d’une imagination débordante et d’une extraordinaire inventivité verbale, succédera deux ans plus tard avec Gargantua (sur le même canevas : naissance, enfance, études, guerre) une œuvre sinon totalement assagie et sérieuse, du moins davantage structurée et préoccupée des idées. Parce qu’elle peut se lire comme un manifeste humaniste, on a tendance à la tenir pour plus aboutie.

Ces idées ne sont certes pas absentes de Pantagruel elles y figurent notamment dans la lettre de Gargantua –, mais elles s’y laissent plutôt deviner sur les modes symbolique (le gigantisme, l’appétit de connaissances, le corps omniprésent...) et satirique (à l’égard de l’université, de la justice, de la guerre...). Ainsi a-t-on pu voir dans Pantagruel comme une application anticipée de la célèbre image de la « substantifique moelle », présente dans la préface de Gargantua : derrière ou par-delà les délires verbaux, l’hyperbole généralisée et les plaisanteries souvent obscènes ou scatologiques (l’os à croquer), on trouvera le propos transgressif et une nouvelle vision de l’homme (la moelle)... Une telle lecture, suggér [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANTAGRUEL, François Rabelais  » est également traité dans :

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 583 mots
  •  • 2 médias

Libre penseur ou chrétien sincère, soutien de la politique royale ou esprit subversif, philosophe ou conteur facétieux : ces rôles, et quelques autres, les commentateurs les ont prêtés à Rabelais, dont l'œuvre polymorphe échappe à tout classement. Les quatre romans publiés de son vivant donnent à rire et à penser, dans une dualité qui ne facilite pas l'interprétation. Ces textes où l'on débat de t […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Romans et contes  »  : […] Chez Rabelais (env. 1484-1553), l’heure est d’abord à l’euphorie. En témoigne la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, insérée dans le roman qui porte le nom de ce dernier, et qui est un hymne à la Renaissance des lettres sous François I er . Tout en se mettant à l’école de Lucien de Samosate et d’ Érasme , pour ne rien dire de Teofilo Folengo , Rabelais appartient au départ à la famille fr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « PANTAGRUEL, François Rabelais - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pantagruel/