OVIDE (43 av. J.-C.17 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exil et la survie

Une dizaine d'années après la publication de L'Art d'aimer, Auguste semble découvrir l'immoralité de ce poème et décide d'exiler son auteur. Il s'agit visiblement d'un prétexte destiné à voiler des motifs sur lesquels on a fait beaucoup d'hypothèses et qui sont probablement politico-religieux. En exil, la poésie d'Ovide s'intériorise. Les Tristia et les Epistulae ex Ponto (ou Pontiques) se présentent comme des épîtres en distiques élégiaques adressées à Auguste, à la femme du poète, à ses amis. On y découvre ce que la poésie du « moi » peut devenir pour un latin privé de l'encadrement romain. Le voyage par mer dans la tempête, la révolte, les prières réitérées, la fidélité et l'infidélité des amis, la rigueur du pays gétique, la lente mais inéluctable perdition dans l'ennui d'un dépaysement trop intense pour être pittoresque, donnent à ces poèmes leur tonalité. Cependant, on y retrouve aussi les souvenirs du passé, de Sulmone, du printemps romain, des connivences littéraires. Tous ces motifs s'imbriquent et se rejoignent en de mélodieuses variations qui ne sont ressassements que pour un lecteur inattentif.

La « gloire » d'Ovide fut celle qu'il attendait. Le Moyen Âge lui fit, particulièrement aux xiie et xiiie siècles, une légende de sagesse et de sainteté quelquefois teintée de magie. On l'a lu, recopié, expliqué, commenté, déformé, interprété, moralisé. Les ouvrages didactiques de langue latine l'utilisent comme une autorité à l'instar de Virgile. Les poètes imitent son style, empruntent sa mythologie et sa connaissance multiforme de l'amour ou du changement. Marbode, Baudri de Bourgueil, Alain de Lille, Boccace, Dante, Chaucer, Marie de France, Chrétien de Troyes, les auteurs du Roman de la rose, etc., lui ont pris des formes et des thèmes comme plus tard l'ont fait les auteurs de la Renaissance, dans toutes les langues. Beaucoup d'artistes, de peintres surtout, se sont souvenus des légendes qu'il avait contées. Certains de ses personnages ont donné leur nom à des complexes ou à des catégories psychologi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OVIDE (43 av. J.-C. - 17 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

LES MÉTAMORPHOSES, Ovide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 850 mots
  •  • 1 média

Ovide, Publius Ovidius Naso (43 av. J.-C.-17 apr. J.-C.), reprend dans ses Métamorphoses un thème classique de l'Antiquité : le récit des transformations d'hommes en bêtes, en objets inanimés, parfois en forces de la nature. Le texte en est un long poème de douze mille vers, divisé en quinze livres, et […] Lire la suite

ADONE, Giovanni Battista Marino - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mireille BLANC-SANCHEZ
  •  • 1 035 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une épopée baroque »  : […] Ambiguë, ambivalente, la poésie de l' Adone compte l'insaisissable Protée parmi ses ascendants. Ainsi se présente, par exemple, le protagoniste qui, « telle une vierge simple et pure », « s'égare » lorsque Vénus lui apparaît dans son éblouissante nudité : « Elle, parmi le vert du clos ombreux/ toute timide restant à l'écart,/ cache et fait voir ses farouches appas/ à la fois retirée et se livrant […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 540 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité classique »  : […] Il n'a pas existé de « geôlogia » gréco-romaine. Le legs très influent des auteurs grecs et latins se limite à des domaines particuliers, principalement du ressort de la géodynamique. Ils ont ignoré toute étude du sous-sol rocheux (mais l'Italie et la Grèce, avec leur structure tectonique extrêmement complexe, ne s'y prêtaient pas). Leurs explications des volcans et des tremblements de terre sont […] Lire la suite

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « Le « Polyphème » et les « Solitudes » »  : […] C'est en 1612 que Góngora écrivit la Fable de Polyphème et Galatée, poème mythologique de 504 vers, composé en octavas reales (strophes de huit vers hendécasyllabes rimés ABABABCC). L'argument du poème, souvent adopté par les prédécesseurs de Góngora, tant italiens qu'espagnols, est tiré des Métamorphoses d' Ovide (chant XIII, vers 738-897). À l'image de l'archétype latin, Góngora relate la légend […] Lire la suite

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicaine, l'éloquence ne sera bientôt plus qu'une techni […] Lire la suite

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Du fantasme à la problématique »  : […] Au premier chef, Ovide. Sans que la libido y soit encore expressément désignée, L'Art d'aimer nous livrera la clé de la fantaisie développée à une date voisine par la fabulation plus libre des Amours  : « Hommes, célébrez votre poète, écrivait Ovide en conclusion du livre II [...]. Que tous ceux qui, grâce au glaive reçu de moi, triompheront d'une Amazone inscrivent sur les dépouilles triomphales […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le roman »  : […] On voit que la poésie héroïque n’occupe pas, loin s’en faut, le premier plan de ce tableau, en dépit des efforts de Desmarets de Saint-Sorlin, Georges de Scudéry ou Chapelain pour donner à la France une épopée digne de celles d’Homère et surtout de Virgile. C’est le roman qui occupe pour partie ce registre, même si, effectivement héroïque dans la lignée des Amadis de Gaule , il peut aussi être p […] Lire la suite

TRISTIA, Ossip Mandelstam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hélène HENRY
  •  • 1 005 mots

Dans le chapitre « L'exil intérieur »  : […] C'est cette poétique que l'on retrouve, élargie, dans le second recueil de Mandelstam. Tristia , republié en 1923 en Union soviétique aux éditions Kroug, rassemble quarante-trois poèmes écrits entre 1915 et 1922. Le titre, suggéré par le poète Mikhaïl Kouzmine, inscrit le recueil dans la filiation du recueil homonyme d'Ovide, et souligne la référence antique tout en annonçant d'emblée la dominant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Simone VIARRE, « OVIDE (43 av. J.-C. - 17 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ovide/