Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

Le destin poétique de Góngora est sans doute l'un des plus contrastés qui se puissent trouver dans l'histoire littéraire espagnole. Adulé par les beaux esprits de son temps, cible favorite des poètes marquants de l'époque, il occupe incontestablement une place majeure dans la poésie du Siècle d'or. Pourtant, le xviiie siècle, imbu de style néo-classique, le délaisse ; la mode est alors à l'esprit français, et « gongorisme » devient synonyme d'affectation et d'obscurité. Cette interprétation aura la vie dure puisque le romantisme ignore Góngora, même en Espagne. Et Verlaine le place, sans bien le connaître, dans sa galerie des « poètes maudits ». Il faudra l'enthousiasme et l'attention critique d'une génération de poètes, Federico García Lorca, Jorge Guillén, Dámaso Alonso, Pedro Salinas, Gerardo Diego, pour exhumer de l'oubli les vers du poète cordouan, et lui rendre cette prééminence dans les lettres espagnoles que personne aujourd'hui ne songe plus à lui contester.

La vocation poétique

Né à Cordoue, Luis de Argote y Góngora (pour des raisons d'harmonie, il choisira le patronyme de sa mère) appartient à une famille établie dans la ville depuis plusieurs générations et honorablement connue par son lignage et sa fortune. Son père, ordonnateur des biens confisqués par l'Inquisition, semble avoir été un homme cultivé, amateur de livres, autour duquel se réunissaient les lettrés de la ville. Mais la figure la plus représentative de la famille est l'oncle maternel de l'enfant, Francisco de Góngora, prébendier du chapitre de la cathédrale de Cordoue, riche propriétaire terrien qui léguera au poète sa charge et ses bénéfices.

Après des études poursuivies sans doute chez les jésuites, à Cordoue, le jeune Góngora, qui a reçu les ordres mineurs, est envoyé à Salamanque en 1576 pour y suivre les cours de la faculté de droit. Il y reste quatre années, consacrant la meilleure partie de son temps, si l'on en croit ses premiers biographes, aux joutes poétiques et aux jeux de cartes dont il sera, sa vie durant, grand amateur. Son premier poème imprimé, en 1580, une préface à la traduction des Lusiades de Luis de Camões, manifeste déjà, encore que maladroitement, son goût pour le style recherché, les références à la mythologie, les constructions empruntées à la langue latine. Sacrifiant à la mode pétrarquisante, il écrit, au cours de ces mêmes années d'université, des sonnets amoureux où la maîtrise l'emporte sur la flamme, et surtout de charmants Romances et Letrillas, bien plus savoureux par leurs accents populaires ; l'œuvre est déjà remarquée par ses contemporains puisqu'elle lui vaut l'honneur d'être cité par Cervantès dans Galatée (1585) comme « un rare et vif esprit sans pareil dans le monde ».

Ses études achevées, ou interrompues, en 1581, Góngora avait dû regagner Cordoue et s'initier aux fonctions ecclésiastiques qui allaient lui permettre de prendre la suite de son oncle parmi les chanoines de la cathédrale. C'est chose faite en 1585, date à laquelle on retrouve son nom parmi les prébendiers du chapitre. Dès lors et jusqu'en 1617, la vie de Góngora se partage entre les obligations de sa charge et la composition d'une œuvre poétique dont la majeure partie voit le jour durant ces années itinérantes. Patronné par son oncle, estimé de ses pairs à la cathédrale, Góngora se voit en effet confier d'importantes missions administratives qui l'éloignent souvent de Cordoue et le mènent à Grenade, Madrid, Salamanque, Valladolid. Ce genre d'existence semble ne pas avoir déplu au poète, du moins durant les premières années de son ministère ; elles le déchargeaient d'ordinaire de l'assistance régulière aux offices auxquels – on le sait par une réprimande à lui adressée par l'évêque de Cordoue – Góngora n'était guère assidu. Ces missions[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, maître assistant à l'université de Paris-IV, écrivain

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALONSO DÁMASO (1898-1990)

    • Écrit par Bernard SESÉ
    • 1 054 mots

    Poète espagnol, Alonso appartient à la fameuse « génération de 1927 » qui, autour de Federico García Lorca, Jorge Guillén, Vicente Aleixandre, regroupe notamment Pedro Salinas, Rafael Alberti, Emilio Prados, Luis Cernuda, Manuel Altolaguirre, Gerardo Diego. Alonso est aussi l'un des critiques...

  • CULTISME ou CULTÉRANISME, littérature

    • Écrit par Bernard SESÉ
    • 388 mots

    Le mot espagnol correspondant est culteranismo, créé au début du xviie siècle, sur le modèle de luteranismo (de Luther). Il vaudrait mieux dire en français cultéranisme que cultisme qui renvoie à cultismo et désigne un mot savant, échappant aux lois phonétiques ordinaires. Le terme cultéranisme,...

  • ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

    • Écrit par Jean CASSOU, Corinne CRISTINI, Jean-Pierre RESSOT
    • 13 749 mots
    • 4 médias
    Luis de Góngora (1561-1627) a chanté sur le ton populaire avec un immense bonheur ; le même bonheur triomphe dans son œuvre savante et difficile. C'est un artiste d'une éblouissante virtuosité. La flexibilité et la richesse de la langue espagnole l'ont servi en ce sens. Du côté hermétique de son œuvre,...
  • ROMANCERO

    • Écrit par Daniel DEVOTO
    • 2 862 mots
    ... des poètes « mahométans » détourne le goût public vers une autre forme d'évasion ; on voit naître alors la vogue des romances pastoraux, tandis qu'un autre jeune maître met en scène des histoires de captifs et des exploits espagnols en Afrique : L. de Góngora. Une douzaine d'anthologies...

Voir aussi