OROSE (1re moitié Ve s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du passé païen aux « temps chrétiens »

Quelques années plus tôt, en 410 exactement, la prise de Rome par les Goths d'Alaric et le sac qui s'en était suivi avaient profondément choqué les esprits. Pour la première fois depuis l'invasion gauloise de 387 avant Jésus-Christ, un ennemi entrait en vainqueur dans la « Ville éternelle ». Les païens virent là un châtiment divin : Rome était punie pour avoir abandonné les dieux qui avaient fait sa grandeur. Augustin répliqua par les premiers livres de la Cité de Dieu. Il y montrait en particulier que les malheurs de Rome n'avaient pas commencé avec la victoire du christianisme et que, au temps où leur culte était incontesté, les dieux avaient bien mal reconnu les honneurs qu'on leur rendait. Mais ce n'était là qu'une partie de sa démonstration, et l'évêque d'Hippone n'avait apparemment ni le temps ni le goût d'entrer dans un détail historique propre à étayer cette thèse. La tâche pourtant ne lui semblait pas inutile. Il en chargea Orose. Le prêtre espagnol mit visiblement beaucoup d'ardeur à la besogne. En peu de temps, il avait achevé les sept livres de ses Historiae adversum paganos. Le titre montre bien le double visage de l'entreprise : Orose a écrit une histoire universelle, mais celle-ci est au service d'une démonstration et d'un plaidoyer.

La thèse est simple. C'est exactement le contre-pied de celle qu'avaient avancée les païens après le sac de Rome. Orose met en garde contre le manque de mémoire : les hommes sont sensibles aux moindres incommodités du présent et oublieux des souffrances du passé. C'est ainsi que l'on s'exagère les épreuves des « temps chrétiens » et que l'on atténue les malheurs et les détresses du passé païen de l'humanité. Contre ces déformations, Orose veut établir que la mort et la violence ont régné dans le monde tant que « la religion qui prohibe le sang » a été ignorée, qu'elles ont été ébranlées lorsque cette religion est apparue, qu'elles perdent leur empire avec ses progrès et qu'elles disparaîtront avec son [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  OROSE (1 re moitié V e s.)  » est également traité dans :

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Construction d'un modèle »  : […] C'est dans la perspective ouverte par la sociologie de la connaissance historique qu'il convient de situer le thème de la décadence. On peut y suivre les grandes étapes d'un processus d'intériorisation dont s'est saisie l'anthropologie psychanalytique qui met aujourd'hui l'accent sur le rôle joué, dans toute culture, par l'instinct de mort. Mais les moments les plus importants d'un tel retour réfl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_89149

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé SAVON, « OROSE (1re moitié Ve s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orose/