ORGANISME VIVANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reproduction, sexualité, multiplication, répétitivité

La reproduction est d'abord une propriété de la cellule, et la division cellulaire est logiquement la clé de voûte de la reproduction des unicellulaires.

La reproduction des pluricellulaires, nécessairement plus complexe, est fondamentalement sexuée chez les Eucaryotes, c'est-à-dire qu'elle comporte un cycle dont une étape est la fécondation, union de deux cellules en une cellule unique ou zygote. Celui-ci se développe soit en un être de la même organisation que le (ou les) parent(s), soit en un organisme apte à assurer le retour à l'état parental en produisant des cellules génératrices appelées spores. Il s'y ajoute éventuellement une multiplication asexuée de modalités variées qui produit des êtres génétiquement identiques à l'individu initial. Au contraire, le cycle sexué contribue puissamment au renouvellement de la diversité génétique et telle est sans doute la signification profonde de la sexualité qui, très répandue chez les Eucaryotes unicellulaires actuels, existait certainement, sans rôle de reproduction, bien avant l'émergence de l'état pluricellulaire.

Il est possible que les individus issus de la multiplication asexuée d'un fondateur restent unis les uns aux autres. Dans le cas des animaux, l'ensemble ainsi formé est dénommé colonie. Dans une colonie simple, les individus sont tous identiques, mais on connaît des colonies dont les membres sont spécialisés soit dans l'alimentation, soit dans la défense de la colonie, soit dans la reproduction sexuée, etc. La colonie est alors la véritable unité biologique, et, du reste, la présence de volumineux tissus communs rend difficile l'appréciation des limites entre individus.

Plus généralement, la séquence répétition-différenciation est une modalité évolutive répandue, tant dans l'acquisition de l'état pluricellulaire lui-même, qu'à d'autres niveaux de complexité. Le ver de terre, par exemple, présente une double répétitivité, longitudinale car il est pour l'essentiel constitué d'u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORGANISME VIVANT  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Tout être vivant tend à se conserver en tant qu'individu et à se perpétuer en tant que membre d'une espèce. Ces deux tendances reposent l'une et l'autre sur une faculté fondamentale de la matière vivante, la faculté de se reproduire. La reproduction a pu être définie par Buffon (1748) comme « cette propriété commune à l'animal et au végétal, cette puissance de produire son semblable, cette chaîne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_17407

AUTOMATES CELLULAIRES

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD
  •  • 2 328 mots

L'intelligence artificielle (I.A.), en proposant de concevoir des machines dotées de capacités de « raisonnement », constitue la première tentative pour implanter et étudier sur des médias artificiels certaines caractéristiques du monde vivant. Cet objectif trop ambitieux a conduit l'I.A. à un échec relatif. La vie artificielle (V.A.) suit une démarche plus réaliste et pragmatique ; elle propose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automates-cellulaires/#i_17407

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans les artefacts, par définition construits par l'homme en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions est définie par rapport à ces fins. C'est dire que, comme ces fins elles-mêmes, extérieures à la machine qu'elles orientent, la signification est posée à l'avance, produite par le concepteur ou le constructeur de la machine. Les questions de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-organisation/#i_17407

BIOLOGIE - L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  • , Universalis
  •  • 5 064 mots
  •  • 1 média

Le terme « biologie » (β́ιος, vie, et λ́ογος, science) désigne la science qui étudie les êtres vivants, la vie. Il est utilisé, pour la première fois par le médecin allemand Gottfried R. Treviranus (1776-1832), dans Biologie oder Philosophie der lebenden Natur ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-l-etre-vivant/#i_17407

BIOLOGIE - La maintenance de l'organisme

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 2 732 mots
  •  • 10 médias

« C'est toujours la même lampe qui éclaire, pourtant ce n'est jamais la même flamme qui brûle puisque la flamme se nourrit d'un combustible sans cesse renouvelé. Ainsi l'homme : toujours un, toujours autre, puisqu'il est perpétuellement recréé par l'agrégation et la désagrégation des cinq khandas ou agrégats physiques et psychiques qui composent l'être » (Nagasena, disciple du Bouddha, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-maintenance-de-l-organisme/#i_17407

BIOLOGIE, en bref

  • Écrit par 
  • François GROS
  • , Universalis
  •  • 945 mots

La prise de conscience de la réalité biologique, c'est-à-dire de ce qui caractérise le vivant par rapport à l'inanimé, remonte sans doute aux premières tentatives des Anciens pour définir et expliquer cette différence. On pense ici à la philosophie naturaliste d'Aristote, aux idées d'Hippocrate, puis de Galien. Leur conception de la vie s'inscrit le plus souvent dans une dimension métaphysique ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-vue-d-ensemble/#i_17407

BIOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • François RAMADE
  •  • 3 426 mots
  •  • 5 médias

L'idée de biosphère, ensemble des êtres vivants qui peuplent notre planète, remonte à J.-B. Lamarck. C'est ensuite le géologue autrichien Suess qui, en 1875, a mis en parallèle le terme de biosphère avec ceux d'hydrosphère, d'atmosphère et de lithosphère. Il étendait en fait le concept à tout ce qui constituait ou avait constitué le monde vivant, en y incluant donc aussi, par exemple, les gisemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biosphere/#i_17407

CORPS - Soma et psyché

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 3 215 mots

Dans le chapitre « Jalons philosophiques »  : […] L'histoire de la philosophie fournirait de très précieuses indications concernant la façon dont ont pu être conçus les jeux de distinction et de corrélation entre le soma et la psyché. Chez les philosophes présocratiques, le problème d'un dualisme entre soma et psyché ne se pose point comme tel dans la mesure où la conception de l'homme reste engagée dans une cosmologie et se trouve étroitement l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-soma-et-psyche/#i_17407

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

La notion de croissance s'est imposée d'abord à l'esprit humain par l'observation de l'augmentation de taille des êtres vivants. Puis l'emploi du mot s'est élargi, soit par application à divers produits de leurs activités ou par métaphore (la croissance d'une passion, nourrie d'illusions), soit par simple confusion avec le terme plus général d'accroissement. La croissance peut être présentée com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_17407

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

L'activité de la Terre est incessante : toutes ses couches – du noyau à la plus haute atmosphère – sont animées de continuels mouvements et, surtout, ses enveloppes superficielles – l'atmosphère, les océans et la surface des continents – abritent la vie. Les atomes et les molécules qui constituent ce système dynamique ne restent pas figés, mais circulent au travers des différents réservoirs que s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_17407

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Le terme écologie (du grec oikos , demeure, et logos , science) a été proposé par Ernst Haeckel en 1866 pour désigner la science qui étudie les rapports entre les organismes et le milieu où ils vivent. Cette définition reste encore valable, mais elle demande à être approfondie et précisée, car elle est trop générale. Pour la situer par rapport aux autr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_17407

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 762 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un concept essentiel, avec ou sans évolution »  : […] Bien avant qu'il n'existe une théorie de l'évolution, les espèces ont été considérées comme les groupes d'organismes les plus naturels, les autres catégories taxinomiques (genre, famille, ordre, classe) étant plus artificielles. On doit au naturaliste anglais John Ray (1627-1705) d'avoir le premier réservé ce terme, qui était antérieurement un terme classificatoire appliqué à toutes sortes d'enti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espece-biologie/#i_17407

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

Dans le chapitre « L'excitabilité et les systèmes excitables »  : […] L'excitabilité (ou l' irritabilité) est, au sens large, une propriété commune à tous les objets vivants. Dire que ceux-ci réagissent conformément à leur nature peut être pris pour l'énoncé d'une évidence, mais ce qu'on souligne ainsi est pourtant fondamental : les objets vivants (cellules, tissus, organes) réagissent autrement que la plupart des objets non vivants qui ne font que transmettre et t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/excitabilite/#i_17407

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Morphogenèse biologique et structuralisme »  : […] Le problème de la forme est évidemment particulièrement critique en biologie. C'est même l'écart apparemment irréductible entre la physique classique et les énigmes de l'embryogenèse qui ont conduit nombre d'éminents biologistes du xix e  siècle au vitalisme spéculatif. Il est donc nécessaire de faire quelques brèves remarques épistémologiques à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_17407

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La métaphore biologique »  : […] La critique n'est pas à faire de la démarche hégélienne, si du moins par critique on entend réfutation systématique et scientifique ; mais on peut décrire les procédés de construction philosophique qui permettent à Hegel de faire de l'individuation le ressort d'une similitude entre une totalité organique et une totalité sociale. Cela ne lui est nullement spécifique. Il faudrait pouvoir citer inté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_17407

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

L' organisme et son milieu constituent le binôme fondamental de l' écologie. Dans cette discipline, on entend par « milieu » la partie du monde avec laquelle un organisme vivant est en contact : c'est donc celle qui en détermine les réactions, les adaptations physiologiques et parfois même morphologiques, celle qui est, en retour, modifiée, transformée, façonnée par ce contact avec le vivant. Selo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-ecologie/#i_17407

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « La « Naturphilosophie » »  : […] Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch  : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_17407

NÉGUENTROPIE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 140 mots

Ce terme a été créé, semble-t-il, par le mathématicien et physicien français Léon Brillouin (1956, Science and Information Theory ). Il l'a proposé pour remplacer les expressions d'« entropie négative » ou « entropie changée de signe », employée à peu près simultanément, mais indépendamment, par Norbert Wiener et Erwin Schrödinger. Ce dernier, dans un livre important ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neguentropie/#i_17407

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Du fait même qu'il fonctionne, tout organisme dépense. S'il paraît évident que la croissance exige la fourniture de nouveaux matériaux, il n'en est pas moins vrai que le simple entretien des cellules vivantes demande un apport constant de matière et d'énergie sous forme de nutriments que fourniront les aliments (presque toujours après transformation).. Ces nutriments sont les molécules assimilabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_17407

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Composition élémentaire des organismes »  : […] La substance des organismes vivants est constituée principalement de carbone, d'hydrogène, d'oxygène et d'azote. Dans les cendres laissées par leur combustion, on a reconnu, dès le milieu du xix e  siècle, la présence du phosphore, du soufre, du chlore, de la silice, du potassium et du sodium, du calcium et du magnésium, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_17407

PÉDOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 9 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les couvertures pédologiques »  : […] Les couvertures pédologiques (C.P.) sont des formations naturelles dont l'existence et l'état actuel résultent de l'évolution au cours du temps de la partie la plus superficielle de la lithosphère (les roches) sous l'action combinée de facteurs climatiques ou physiques (températures, précipitations, gravité) et de l'activité biologique au sens large (végétaux, animaux, micro-organismes). On peut r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedologie/#i_17407

PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

  • Écrit par 
  • Maria Teresa MONTI
  •  • 6 744 mots
  •  • 7 médias

Selon le dictionnaire Le   Robert , la préformation est « une des deux théories biologiques en lutte aux xvii e et xviii e  siècles, selon laquelle l’organisme vivant est complètement constitué dans le germe ». Son opposé est l’ép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preformation-et-epigenese/#i_17407

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2017

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 442 mots
  •  • 3 médias

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué en 2017 à trois scientifiques américains , Jeffrey C. Hall , Michael Rosbash et Michael W. Young pour « leurs découvertes des mécanismes moléculaires qui règlent le rythme circadien ». L’assemblée Nobel résume ainsi leurs recherches : depuis longtemps, on sait que tous les organismes vivants, y compris les humains, possèdent une horloge bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2017/#i_17407

RÉSEAUX, philosophie de l'organisation

  • Écrit par 
  • Gabriel DUPUY
  •  • 7 343 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du filet au réseau sanguin »  : […] Pourquoi et comment le terme « réseau » qui pendant près de vingt siècles a désigné un filet, un ouvrage formé d'un entrelacement régulier de fils ou de ficelles a-t-il échappé à son acception textile pour pénétrer les rubriques des dictionnaires telles l'anatomie, la physique, l'électricité, la thermodynamique, l'informatique, la géographie, la sociologie ? Telle est la question à laquelle on va […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reseaux-philosophie-de-l-organisation/#i_17407

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure et fonction au niveau des organismes »  : […] L'opposition entre la structure et la fonction est peut-être aussi vieille que l'histoire naturelle, et il est probable qu'elle trouve ses racines dans deux attitudes d'esprit fort différentes et même radicalement opposées bien que complémentaires, sans doute illustrées déjà par Aristote et Platon. S'il est attiré par l'aspect structural des phénomènes vivants, l'observateur s'intéressera de préf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-biologie/#i_17407

TERRE BOULE DE NEIGE HYPOTHÈSE DE LA

  • Écrit par 
  • Françoise DREYER
  •  • 7 133 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comment survivre sur une Terre « boule de neige » ? »  : […] Il y a eu une vie avant et après glaciation. En effet, dans les carbonates situés au-dessus et au-dessous des dépôts glaciaires en Namibie, Hoffman trouve des anomalies importantes en un isotope du carbone, le carbone 13 ( 13 C). Au cours de la photosynthèse, les cellules photosynthétiques, comme les cyanobactéries, consomment préférentiellement le CO 2 composé de carbone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-de-la-terre-boule-de-neige/#i_17407

VIE ARTIFICIELLE

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD
  •  • 842 mots

L'intelligence artificielle (I.A.), en proposant de concevoir des machines dotées de capacités de raisonnement, constitue la première tentative pour étudier et implémenter sur un média artificiel (ordinateur, robot, etc.) certaines caractéristiques du monde vivant. Cet objectif est très ambitieux. La vie artificielle (V.A.), par une approche fondamentalement ascendante, suit une démarche plus réal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie-artificielle/#i_17407

XÉNOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Un des buts de la xénobiologie est de créer des organismes vivants n’obéissant pas aux règles communes des organismes actuels, des « aliens » en quelque sorte. De nombreuses tentatives ont visé à remplacer le carbone – ubiquitaire – par du silicium, ou encore le phosphore par de l’arsenic. Depuis une dizaine d’années, plusieurs laboratoires japonais, américains et français cherchent à modifier le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenobiologie/#i_17407

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GÉNERMONT, « ORGANISME VIVANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisme-vivant/