OPTIQUE ADAPTATIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ATMOSPHÈRE : UN ÉCRAN DE PHASE ALÉATOIRE

Pourquoi l'atmosphère déforme-t-elle l'onde ? La grandeur physique en jeu est ici l'indice de réfraction de l'air, qui a la propriété de varier avec la température : si celle-ci évolue le long du trajet optique, alors, de couche en couche, ou plutôt de cellule en cellule, chaque rayon lumineux va dévier sa course, plus ou moins indépendamment de son voisin, et le front d'onde (la surface normale aux rayons lumineux) sera déformé. Dans l'atmosphère, de telles cellules se forment effectivement sous l'action de la turbulence naturelle, c'est-à-dire des mouvement aléatoires des masses d'air dus aux vents et à la convection : les lois de l'hydrodynamique sont telles qu'aux mouvements sont associées des variations de pression locales, donc des variations de la température. Toutes ces variations sont très petites (un millionième en relatif) mais, sur un trajet de 8 kilomètres, correspondant à l'échelle de hauteur de l'atmosphère, la variation de chemin optique devient comparable à la longueur d'onde et affecte alors la formation des images. Ce phénomène est en fait familier : c'est celui de la vision troublée du paysage au-dessus d'un feu ou d'une route surchauffée, avec dans ce cas, des variations de température qui deviennent extrêmes. Dans le cas plus ordinaire, cet effet n'est en général pas perçu car les diamètres des optiques qui sont couramment utilisées (jumelles, petites lunettes, téléobjectifs) sont trop petits pour que la dégradation par l'atmosphère l'emporte sur la diffraction : on considère que c'est pour un diamètre de 10 centimètres environ que la transition se fait, cette dimension passant à 20 centimètres dans une très bonne atmosphère stable.

Cette turbulence n'affecte pas de la même façon les différentes échelles de temps et d'espace : comme sur une mer formée, on trouvera une grande et lente houle avec des creux de 1 mètre à laquelle se superpose une hiérarchie de structures de plus en plus petites et en évolution de plus en plus rapide : depuis des lames vives de quelques dizaines de centimètres jusqu'aux rides frémissantes. Les propriétés de la turbulence atmosphérique sont telles que, comme pour la mer, les plus grandes amplitudes de déformation du front d'onde s'observent aux échelles les plus grandes, la décroissance régulière de l'effet vers les petites échelles se faisant suivant la loi de Kolmogorov, c'est-à-dire en l 11/3 , où l est une distance mesurée dans le plan du front d'onde. On voit donc apparaître une des premières caractéristiques du but de l'optique adaptative : s'attaquer en priorité aux déformations aux échelles les plus grandes, c'est-à-dire proches du diamètre de l'optique, car ce sont elles qui sont porteuses de la plus grande capacité de perturbation de l'image.

À quelles vitesses ces variations se produisent-elles ou, en termes plus techniques, quelle doit être la bande passante d'un système correcteur ? Là encore, comme pour la surface d'un océan, plus petite est la taille transverse de la perturbation, plus rapide sera son évolution. Dans un certain sens, c'est une chance, car cela signifie que les plus grandes corrections à appliquer seront aussi les plus lentes, ce qui simplifie la tâche de l'ingénieur. On considère qu'une capacité à corriger des évolutions du front d'onde jusqu'à une fréquence caractéristique de 50 hertz est la marque d'un système performant.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., membre de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  OPTIQUE ADAPTATIVE  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Depuis 1990 : la course au gigantisme »  : […] L'année 1990 voit, avec un long retard, le lancement par la NASA du télescope spatial Hubble , instrument dans lequel la participation européenne est importante. Après des déboires initiaux, il répondra à toutes les attentes grâce à ses performances dans l'ultraviolet et l’infrarouge et à ses images d'une qualité alors jamais atteinte. Il fournit en particulier les images les plus profondes de l'U […] Lire la suite

EXOPLANÈTES ou PLANÈTES EXTRASOLAIRES

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE, 
  • Pierre LÉNA
  •  • 6 343 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Atmosphères, océans et surfaces des exoplanètes »  : […] Si la masse et les propriétés orbitales des exoplanètes détectées commencent à être bien précisées, les propriétés physiques (atmosphère, océans, structure interne) le sont beaucoup moins, car les observations y donnent bien moins directement accès. Deux méthodes sont possibles, l’une fondée sur la combinaison des mesures issues de la vélocimétrie et du transit, l’autre sur l’étude spectroscopique […] Lire la suite

EXOPLANÈTES - Méthodes de détection

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE
  •  • 2 910 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’imagerie, méthode directe  »  : […] Les méthodes indirectes souffrent d’une limitation importante : elles requièrent d’observer l’étoile pendant au moins une période de révolution de l’hypothétique exoplanète pour assurer une détection. Ainsi, pour mettre en évidence une exoplanète qui serait à la même distance de son étoile que Jupiter du Soleil, il faut observer l’étoile hôte pendant douze ans, pendant trente ans pour une analogue […] Lire la suite

OBSERVATOIRE DE PARIS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 1 397 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une activité couvrant tout l’Univers »  : […] On se lance alors dans de nouveaux domaines : d’abord l’étude du ciel en ondes radio, la radioastronomie, avec la fondation de la station de Nançay en 1953, munie d’instruments pour l’étude du Soleil puis d’un grand radiotélescope . Puis c’est l’astronomie à partir de l’espace, qui utilise d’abord des fusées et des ballons stratosphériques, puis des satellites et des sondes spatiales. Dès lors, le […] Lire la suite

LÉNA PIERRE (1937- )

  • Écrit par 
  • Yves QUÉRÉ
  •  • 1 085 mots
  •  • 1 média

Né à Paris en 1937, Pierre Léna débute, à la sortie de l'École normale supérieure, au centre universitaire d'Orsay. Il y reste jusqu'en 1971, année où il est nommé maître de conférences. En 1973, il devient professeur à l'université de Paris-VII, université qui est la sienne depuis lors. Parallèlement, sa carrière de chercheur se déroule à l'Observatoire de Paris, ponctuée de nombreux séjours dans […] Lire la suite

PREMIER TEST DE LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE AUTOUR D'UN TROU NOIR SUPERMASSIF

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 342 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quatre télescopes forment en simultané une image d’extrême finesse »  : […] Dès la fin des années 1990, grâce au Very Large Telescope (VLT), observatoire européen installé au Chili, la trajectoire de S2 a été suivie sur des images déjà fort précises, obtenues avec l’un des télescopes (UT4, surnommé Yepun) équipé d’une optique adaptative (instrument nommé NACO), qui permet d’atteindre une résolution de 60 millisecondes d’arc dans l’infrarouge. Pour améliorer encore la pré […] Lire la suite

PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2020

  • Écrit par 
  • Françoise COMBES
  •  • 2 620 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Reinhard Genzel et la poursuite de la haute résolution spatiale »  : […] Né le 24 mars 1952 à Bad Homburg vor der Höhe (Allemagne), Reinhard Genzel soutient son doctorat en 1978 à l'université de Bonn, travaillant en radioastronomie sur les régions de formation d’étoiles. Il part ensuite aux États-Unis, d’abord à Harvard puis en Californie, où il devient professeur à l’université de Berkeley. En 1986, il revient en Allemagne comme l’un des directeurs de l'Institut Max […] Lire la suite

STEINBERG JEAN-LOUIS (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Michel COMBES, 
  • James LEQUEUX
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Observer les corps célestes depuis l’espace »  : […] Steinberg revient alors à l’étude du Soleil : il veut savoir si les sursauts radio émis par cet astre sont directifs ou omnidirectionnels. Pour cela, il fait embarquer à bord de la sonde spatiale soviétique Mars-3, lancée le 28 mai 1971, un récepteur radio observant simultanément avec les instruments de Nançay : c’est l’expérience Stéréo-1, qui montre pour la première fois que certains types de s […] Lire la suite

TÉLESCOPES

  • Écrit par 
  • Olivier LE FÈVRE, 
  • Jean RÖSCH
  • , Universalis
  •  • 14 009 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Vers de nouveaux instruments »  : […] On demande aux instruments astronomiques de déceler des astres aussi faibles que possible et de révéler des détails angulaires aussi fins que possible. L'efficacité énergétique dépend du rendement quantique du récepteur employé et de la surface collectrice. Or, le rendement des meilleurs récepteurs approche désormais l'unité. Quant à la dimension de la surface collectrice, elle se heurte à des co […] Lire la suite

UNIVERS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 774 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les télescopes optiques »  : […] Les grands télescopes qui ont ouvert la voie à la cosmologie moderne, ceux du mont Wilson et du mont Palomar en Californie, mais aussi celui de l’observatoire du pic du Midi dans le sud de la France, continuent certes à fonctionner activement, mais une nouvelle génération d’instruments beaucoup plus performants a été mise en place dans les toutes dernières années. Les améliorations qu’on en exige […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ROUAN, « OPTIQUE ADAPTATIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/optique-adaptative/