OOLITES ou OOLITHES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grains à structure concentrique dont l'accumulation peut conduire à la formation d'un sédiment ou d'une roche purement oolitique, appelée anciennement oolithe par extension (oolite blanche du Jurassique du Bassin parisien). Surtout abondantes dans le Jurassique, en Europe, les oolites sont connues du début du Paléozoïque à nos jours. Ces grains, généralement petits et sphériques à ovoïdes (de 0,5 à 2 mm de diamètre en moyenne), doivent leur nom à leur ressemblance avec des pontes de poissons. La structure en couches concentriques, autour d'un noyau (nucléus) quelconque, souvent minuscule, implique une formation par accroissements successifs de l'enveloppe (cortex). La plupart des oolites anciennes et actuelles sont calcaires (cortex formé d'aragonite ou de calcite), et c'est pourquoi le terme d'oolite fut parfois pris, à tort, comme synonyme de couche de calcaire oolitique ; il existe des oolites ferrugineuses, siliceuses, phosphatées, chloriteuses, dont le mode de formation et la répartition paléogéographique sont bien différents.

La structure à la fois concentrique et radiée des oolites calcaires anciennes ne se retrouve généralement pas dans les oolites marines actuelles. Sur les oolites actuelles, l'étude au microscope électronique de la disposition des cristaux d'aragonite dévoile des aiguilles disposées tangentiellement à la surface. Cela montre que la structure radiaire doit être le résultat d'une recristallisation. Cependant, dans le milieu de formation d'oolites du golfe Persique, on a pu montrer que les cristaux poussent avec une orientation radiaire lorsque l'oolite séjourne dans les dépressions peu agitées, et qu'ils se tassent en un feutrage tangentiel lorsqu'elle est entraînée par les courants dans les parties plus agitées du rivage. La croissance de l'oolite dépend donc de l'alternance de séjours en milieu abrité et en milieu agité. Le milieu agité dans lequel se retrouvent les oolites achevées, triées et vannées, n'est alors qu'un aboutissement et non pas le lieu de leur croissance, comme on l'a longtemps cru.

La répartition géographique des dépôts actuels riches en oolites calcaires correspond à deux domaines fort différents : la partie la plus agitée et la moins profonde des plates-formes sous-marines et certaines lagunes à salinité variable. Les oolites de lagune semblent plus rares et fugitives, mais elles permettent d'affirmer que l'on ne doit pas prendre les oolites comme indicateurs certains de milieux marins francs. Cependant, la majorité des oolites actuelles se trouvant sous quelques décimètres ou mètres d'eau marine, là où les effets des courants de marée et de la houle sont les plus sensibles, la transposition actualiste de ces observations aux modes de gisement anciens est indiscutable.

Certaines oolites calcaires peuvent avoir une origine biochimique. C'est probablement le cas des oolites lacustres associées à des pisolites et à divers encroûtements dus à l'activité de cyanophytes filamenteuses. D'autres oolites, à structure radiaire originelle, se forment dans les secteurs agités de rivières souterraines.

Les oolites siliceuses, dolomitiques, en hématite ou en pyrite sont souvent dues à un remplacement du carbonate de calcium. Cette substitution a pu conduire à la formation de minerais de fer d'importance économique notable, mais il semble que la plupart des minerais oolitiques soient dus à la précipitation directe d'oxydes et hydroxydes en milieu marin. La formation des divers minéraux associés (chlorite, par exemple) est due à des conditions locales de diagenèse. La découverte d'oolites ferrugineuses dans les dépôts actuels ou récents a confirmé l'hypothèse précédente. Comme dans les dépôts anciens, l'apparition d'oolites ferrugineuses ne semble pas liée à des conditions de milieu agité. Leur forme et leur structure montrent qu'ils dérivent de coprolites d'invertébrés (annélides), minéralisés en goethite ou en minéraux argileux selon les conditions physico-chimiques locales. Ce type de minéralisation par imprégnation authigène (sur place) paraît convenir pour l'interprétation de nombreux minerais anciens.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OOLITES ou OOLITHES  » est également traité dans :

CALCAIRES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 5 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Calcaires d'origine biochimique et physico-chimique »  : […] Ils résultent de la précipitation de CaCO 3 , sous l'action de facteurs purement physiques (diminution de pression, augmentation de température) ou biochimiques (fonction chlorophyllienne). Les calcaires lacustres ou laguno-lacustres , à grain fin et cassure sublithographique, sont en général peu fossilifères. Ceux du Tertiaire parisien (calcaires de Saint-Ouen, de Brie, de Beauce) renferment des […] Lire la suite

CHAMOSITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 250 mots

Minéral monoclinique (appelé aussi chamoisite ou berthiérine), qui fait partie du groupe des chlorites. Sa couleur habituelle, verdâtre, varie en fonction de la composition chimique. Sa dureté (3) et sa masse volumique (de 3,03 à 3,40 g/cm 3 ) sont ses principaux caractères physiques. Au point de vue chimique, la chamosite est un aluminosilicate de fer hydraté de formule : Fe 4 ++ Al(Si 3 AlO 10 ) […] Lire la suite

FER - Minerais de fer

  • Écrit par 
  • Louis BUBENICEK, 
  • Éric HESS, 
  • Richard PAZDEJ
  •  • 5 182 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les minerais de fer oolithiques »  : […] Très répandus, ils constituent fréquemment les approvisionnements locaux des anciennes sidérurgies. Les gisements sont d'importance variable, certains sont énormes (gisement lorrain, par exemple). On en trouve de tous âges depuis le Protérozoïque, mais ils sont surtout développés à certaines époques favorables : Ordovicien, Lias, Crétacé. La caractéristique dominante des gisements est la couche ; […] Lire la suite

MINETTE DE LORRAINE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 516 mots

La minette est le nom local désignant le minerai de fer oolithique qui affleure, en couches stratifiées, dans la région limite entre la Lorraine et le Luxembourg, selon une large bande à l'ouest de la Moselle. La formation ferrifère est interstratifiée dans le Jurassique et est datée du Toarcien supérieur (180-175 millions d'années). Elle comprend de sept à huit couches, bien individualisées, dont […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude PLAZIAT, « OOLITES ou OOLITHES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oolites-oolithes/