Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHLORITES

L'association des chlorites aux phénomènes de diagenèse, de métamorphisme et d'altération des roches en fait un groupe de minéraux dont l'intérêt peut être comparé à celui des minéraux argileux au sens strict, auxquels on les trouve parfois associées dans les sols et les sédiments (fraction « argileuse »). Les chlorites possèdent avec les argiles et, surtout, avec les micas de nombreuses parentés structurales et physico-chimiques, d'où des critères de classification similaires pour ces groupes (phyllites).

Les formes macrocristallines (orthochlorites) et cryptocristallines (leptochlorites) se répartissent en de multiples variétés chimiques que l'on peut cependant rassembler en un nombre d'espèces relativement restreint. On rapproche des chlorites vraies plusieurs espèces minéralogiques voisines : chlorites « gonflantes » ou pseudo-chlorites (formées, comme les chlorites vraies, de feuillets équidistants de 1,4 nm) ; septechlorites (équidistance : 0,7 nm).

Caractères physico-chimiques

Du point de vue chimique, les chlorites sont essentiellement des silicates d'aluminium, de fer et de magnésium, qui peuvent contenir en proportions moindres du chrome, du manganèse, du nickel ou du titane, mais qui sont pratiquement dépourvus d'alcalins. Par chauffage, ces minéraux perdent une quantité d'eau importante, représentant 10 à 14 p. 100 du poids initial ; dans les cas typiques, ce départ d'eau a lieu, d'une part, vers 600 0C, d'autre part, vers 800 0C. L'analyse du phénomène montre qu'il ne s'agit pas d'eau sous forme moléculaire mais de groupements hydroxyles.

Du point de vue physique, les chlorites présentent une symétrie monoclinique ou pseudohexagonale, et se caractérisent par un clivage très facile parallèle à (0 01) ; les lamelles ainsi obtenues sont flexibles, comme dans le cas des micas, sans présenter les propriétés élastiques de ces derniers. Les cristaux sont rarement bien formés et d'aspect hexagonal. Ils se présentent parfois sous forme de tonnelets, de masses lamellaires, d'agrégats foliacés, laminaires, vermiculaires ou grenus. La coloration est d'un vert plus ou moins foncé, avec un éclat nacré à gras, une poussière incolore, un aspect parfois transparent ou translucide. Les chlorites chromifères ont une couleur violet à lavande ; les ferrifères, gris verdâtre à noir avec poussière verte. Les trois indices optiques principaux sont très voisins les uns des autres ; leur valeur moyenne varie de 1,57 à 1,67 suivant que le minéral est riche en Mg ou en Fe ; de même, la densité varie de 2,8 à 3,1. La dureté est comprise entre 2 et 2,5.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de géologie à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Chlorite : structure

Chlorite : structure

Autres références

  • ARGILES

    • Écrit par Daniel BEAUFORT, Maurice PAGEL
    • 2 654 mots
    • 7 médias
    ...se caractérise par la présence d'une couche octaédrique interfoliaire qui assure la neutralisation électrique du feuillet 2 :1, comme c'est le cas pour la chlorite. Une des caractéristiques des minéraux argileux est leur aptitude à l'interstratification qui consiste dans l'empilement de feuillets de...
  • CHAMOSITE

    • Écrit par Yannick LOZAC'H
    • 247 mots

    Minéral monoclinique (appelé aussi chamoisite ou berthiérine), qui fait partie du groupe des chlorites. Sa couleur habituelle, verdâtre, varie en fonction de la composition chimique. Sa dureté (3) et sa masse volumique (de 3,03 à 3,40 g/cm3) sont ses principaux caractères physiques.

    Au point...

  • CLINOCHLORE

    • Écrit par Guy TAMAIN
    • 411 mots

    Minéral vert de la famille des chlorites, typiquement monoclinique, d'où son nom, le clinochlore est un aluminosilicate hydraté.

    Bien qu'à l'analyse chimique, les pourcentages en oxydes puissent varier, sa formule chimique peut s'écrire : (Mg,Al)3Mg3[Si3AlO10(OH)2](OH)6...

  • SILICATES

    • Écrit par Jean WYART
    • 8 239 mots
    • 22 médias
    Le feuillet élémentaire comprend deux couches tétraédriques incluant une couche octaédrique comme dans la phlogopite, auxquelles succède une couche complète du type brucite Mg(OH)2 dans laquelle une partie de Mg2+ est remplacée par Al3+ ; le symbole est 2/1/1. L'épaisseur du feuillet est de 1,4...

Voir aussi