Jean-Claude PLAZIAT

docteur en géologie, maître assistant à l'université de Paris-Sud, Orsay

CONTINENTALES SÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 1 048 mots

Les séries géologiques continentales impliquent une grande stabilité des conditions de dépôt continentales, mais en même temps un enfoncement plus ou moins continu nécessaire au piégeage des sédiments provenant des secteurs érodés voisins. Sur les plates-formes épicontinentales d'Europe occidentale, ces conditions de dépôt sont de courte durée et n'ont que rarement donné naissance à de véritables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/series-continentales/#i_0

COPROLITHES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 267 mots

Excréments fossilisés correspondant aux animaux les plus divers, les coprolithes, une fois indurés, se comportent comme des grains de sable. Silicifiés, phosphatés, cimentés par de la calcite ou simplement conservés dans un ciment sparitique, leur morphologie et leur structure permettent parfois de reconnaître leur auteur ; mais, dans de nombreux cas, leurs caractéristiques sont tellement répandue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coprolithes/#i_0

HARD-GROUNDS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 425 mots

Les hard-grounds sont des surfaces lithifiées dues à la cimentation précoce du sédiment par des carbonates, des phosphates ou des hydroxydes de fer avant leur enfouissement sous de nouveaux apports sédimentaires. On reconnaît les hard-grounds dans les séries calcaires anciennes, actuellement entièrement indurées, à leurs perforations et à leurs encroûtements qui montrent que le sédiment était cime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hard-grounds/#i_0

LACUNES, stratigraphie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 717 mots

La sédimentation des séries anciennes n'a pas été toujours et partout continue. Dans un bassin marin, les courants de marée peuvent être localement assez puissants pour entraîner tout le matériel sédimentaire au fur et à mesure de sa formation. Il y a alors absence (lacune) de sédimentation dans ce secteur du bassin. L'écoulement du temps que traduit soit l'épaisseur de sédiment, soit la successio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lacunes-stratigraphie/#i_0

MARINES SÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 925 mots

Les séries sédimentaires qui se sont déposées en milieu marin sont les mieux connues et bénéficient d'une véritable priorité puisqu'elles seules peuvent fournir aux stratigraphes les références nécessaires au découpage en étages de l'histoire du globe. Mais ce sont surtout les faciès de plates-formes de faible profondeur qui ont été utilisés pour la définition des successions stratigraphiques de r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/series-marines/#i_0

OOLITES ou OOLITHES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 753 mots

Grains à structure concentrique dont l'accumulation peut conduire à la formation d'un sédiment ou d'une roche purement oolitique, appelée anciennement oolithe par extension (oolite blanche du Jurassique du Bassin parisien). Surtout abondantes dans le Jurassique, en Europe, les oolites sont connues du début du Paléozoïque à nos jours. Ces grains, généralement petits et sphériques à ovoïdes (de 0,5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oolites-oolithes/#i_0

PALÉO-ICHNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 971 mots

Cette branche de la paléontologie étend son domaine à toutes les traces d'animaux fossiles ; cependant l'ichnologie s'adresse plus particulièrement aux traces laissées au cours de l'activité des organismes et non après leur mort, de façon passive. On peut expliciter cette conception de la paléo-ichnologie par la définition suivante : il s'agit de l'étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleo-ichnologie/#i_0

SPARITE ou SPATHITE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 338 mots

Cristaux des roches carbonatées (calcite ou dolomite) dont la taille des grains excède nettement 10 micromètres. Les cristaux de sparite constituent une mosaïque bien visible à l'aide du microscope, généralement limpide. Macroscopiquement, ils donnent un aspect cristallin, scintillant à la roche. Certains auteurs préfèrent le terme de « spathite », plus conforme à l'étymologie (l'anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sparite-spathite/#i_0

STRATIGRAPHIQUES CORRÉLATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 911 mots

L'étude de l'histoire de la Terre enregistrée dans les strates sédimentaires (stratigraphie) repose sur deux démarches méthodologiques : celle qui établit un découpage chronologique aussi détaillé qu'il est possible et celle qui permet de relier les dépôts contemporains ou d'âge différent entre des sites plus ou moins éloignés. Les moyens de corrélation (géochronologiques, lithologiques, paléontol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correlations-stratigraphiques/#i_0

STROMATOLITHES ou STROMATOLITES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 417 mots

De structure laminaire, avec des couches sombres et claires ondulant parallèlement, les stromatolithes ont été d'abord connus comme des fossiles généralement calcaires. La forme souvent complexe de ces édifices exclut l'hypothèse d'un simple concrétionnement. L'origine biochimique des stromatolithes a été confirmée par l'observation locale d'abondants fantô […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stromatolithes-stromatolites/#i_0

YPRÉSIEN

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 196 mots

Étage de l'Éocène inférieur défini en Belgique par A. Dumont (1849) à partir de l'argile d'Ypres et des sables à Nummulites planulatus qui les couronnent. On a très vite comparé ces sables avec ceux de Cuise-la-Motte (Oise) qui serviront de type au Cuisien (G. F. Dollfus, 1880). Les épaisses couches argileuses sous-jacentes sans fossiles sparnaciens ni nummulites, difficilement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ypresien/#i_0