Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle)

La coopération intergouvernementale en matière de propriété intellectuelle s'est développée à l'instigation directe des inventeurs ainsi que des milieux littéraires et artistiques. À la fin du xixe siècle, deux organisations internationales devaient ainsi voir le jour — l'Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle (1883) et l'Union de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques (1886). Le siège des Unions fut fixé à Berne où existaient déjà des institutions du même type pour les postes et les télégraphes. Vu la connexion de leurs domaines d'activité (et pour des raisons d'économie), les secrétariats respectifs des deux Unions furent administrativement unifiés en 1883 et, par la suite, reçurent le nom de « bureaux internationaux réunis pour la propriété intellectuelle » (B.I.R.P.I.).

Sous la pression d'un Tiers Monde de plus en plus critique à l'égard de l'archaïsme du mécanisme de prise de décision et des structures (essentiellement nationales, c'est-à-dire suisses) des B.I.R.P.I., une conférence de révision convoquée à Stockholm (1967) remania le statut des Unions et, simultanément, donna naissance à l'O.M.P.I. La Convention de Stockholm édifia une construction juridique complexe qui créait une nouvelle organisation superposée aux Unions dont l'autonomie était respectée et la prépondérance nettement établie. L'O.M.P.I. a été ainsi dotée de deux organes pléniers reflétant l'existence de deux groupes différents d'États membres (une Assemblée générale pour les pays appartenant à l'une ou l'autre des Unions ainsi qu'une Conférence pour l'ensemble des États membres et non membres des Unions) et de deux budgets distincts (celui des dépenses relatives aux Unions et celui des dépenses de la Conférence). Le schéma institutionnel inclut également des organes communs aux Unions et à l'O.M.P.I. : un comité de coordination et un secrétariat — successeur direct des B.I.R.P.I. — dirigé par un directeur général. L'O.M.P.I. siège à Genève. Devenue institution spécialisée des Nations unies en 1974, elle regroupe cent quatre-vingt-quatre membres en 2008.

Le rôle de l'O.M.P.I. consiste essentiellement à mettre en harmonie les législations nationales, encourager la conclusion de conventions internationales, fournir une assistance « technico-juridique » aux pays en développement et assurer le fonctionnement de divers services d'enregistrement internationaux en matière de propriété industrielle.

Le domaine de la propriété intellectuelle couvre les droits relatifs à la propriété industrielle (inventions, découvertes scientifiques, dessins et modèles industriels ; marques de fabrique, de commerce et de service, noms et dénominations commerciaux ; répression de la concurrence déloyale) ainsi qu'aux droits d'auteur (sur les œuvres littéraires, artistiques et scientifiques ; les interprétations et exécutions d'artistes ; les phonogrammes et émissions de radiodiffusion).

Les régimes établis par les Conventions de Paris et de Berne sont essentiellement fondés sur le principe du traitement national (égalité de traitement, en matière de protection de la propriété industrielle et du droit d'auteur, aux ressortissants de tous les pays membres des Unions de Paris et de Berne), du droit de priorité (toute demande initiale de brevet d'invention ou d'enregistrement d'une marque, faite régulièrement dans l'un des pays de l'Union de Paris, permet au demandeur de disposer d'un délai de six à douze mois pour entreprendre des démarches en vue d'obtenir la protection dans tout autre pays de l'Union), de l'indépendance de la protection (la protection des brevets et des œuvres est indépendante de l'existence de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut universitaire de hautes études internationales, Genève

Classification

Pour citer cet article

Victor-Yves GHEBALI. OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • INFORMATION : L'UTOPIE INFORMATIONNELLE EN QUESTION

    • Écrit par Armand MATTELART
    • 8 126 mots
    • 1 média
    ...libéralisation des services audiovisuels et culturels, à travers l'Accord général sur le commerce des services annexé à l'accord de Marrakech (1994). L'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (O.M.P.I.), agence intergouvernementale rattachée au système des Nations unies en 1974 seulement,...
  • MARQUE, droit

    • Écrit par Francine WAGNER
    • 11 868 mots
    • 2 médias
    ...ratifiée par de nombreux États, à l'exception notable des États-Unis, qui ne l'ont ratifiée qu'en 1989. Cette convention ne prévoyait pas encore d'organisme international pour régir les droits de marques.L'Office mondial de la propriété industrielle (O.M.P.I.) n'a en effet été créé qu'en 1967.
  • PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE

    • Écrit par Bernard FAU
    • 6 913 mots
    ...côté des organes administratifs nationaux existent des organes internationaux, tels que l'Organisation européenne des brevets, dont le siège est à Munich, et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, héritière des bureaux internationaux réunis de la propriété industrielle, dont le siège, à...

Voir aussi