ŒRSTED ou ØRSTED HANS CHRISTIAN (1777-1851)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien et chimiste danois, né à Rudkøbing et mort à Copenhague, auquel on doit la découverte de l'électromagnétisme. Après avoir achevé ses études de pharmacien à l'université de Copenhague (1797), Hans Christian Œrsted publie des essais d'esthétique et de médecine qui lui valent des distinctions honorifiques ; en 1799, il obtient un doctorat pour une thèse sur la philosophie de Kant. Après une longue période de voyages et d'enseignement à l'étranger, il est nommé professeur à l'université de Copenhague en 1806. Il fonde, en 1829, l'université technique du Danemark, dont il devient président.

Les premières recherches de physique d'Œrsted portent sur le galvanisme et l'acoustique. Il étudiera pendant près de trente ans la compressibilité des liquides et des gaz. Ses contributions principales à la chimie sont la préparation de l'aluminium métallique (1825) et la découverte de la pipéridine (1820). Sa croyance philosophique dans l'unité des forces chimiques et de la nature l'incite à tenter à plusieurs reprises de démontrer que les forces chimiques et magnétiques, de même que la lumière, sont dues à l'électricité. En avril 1820, il découvre qu'une aiguille aimantée est déviée par le courant électrique. L'importance fondamentale de cette découverte est aussitôt reconnue et assure à Œrsted une place parmi les plus grands physiciens de son époque.

Professeur et conférencier éminent, Hans Christian Œrsted est l'auteur de nombreux articles de vulgarisation. Il fonde, en 1824, une société destinée à répandre la connaissance scientifique dans le grand public. Cette société décerne, depuis 1908, la médaille Œrsted aux physiciens danois auteurs des contributions les plus marquantes. Le nom d'Œrsted a été adopté pour désigner l'unité d'intensité du champ magnétique (1934).

—  Agnès LECOURTOIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  OERSTED ou ØRSTED HANS CHRISTIAN (1777-1851)  » est également traité dans :

UNIFICATION DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 170 mots
  •  • 1 média

Dans une expérience devenue historique, le Danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) démontre en 1820 les rapports entre l'électricité et le magnétisme. Il « tend une portion rectiligne d'un fil parcouru par un courant au-dessus d'une aiguille aimantée » et observe que l'aiguille « quitte sa position »... P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-de-l-electricite-et-du-magnetisme/#i_9744

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Ayant observé dès le début du xviii e  siècle l'aimantation du fer par la foudre, on se préoccupa donc logiquement de savoir s'il existait des rapports entre l'électricité et le magnétisme. C'est une réponse positive qu'apporta en 1819 Hans Christian Œrsted (1777-1851), quand il observa qu'une aiguille aimantée (mobile sur un pivot), placée parall […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_9744

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éther, réceptacle d'énergie »  : […] La notion d'éther allait s'affirmer avec la découverte des actions électromagnétiques. On peut dire que celles-ci sont révélées le 21 juillet 1820 par la publication des résultats de l'expérience de Christian Œrsted (effet Œrsted) : un courant électrique peut exercer, à travers l'éther, une influence sur une aiguille aimantée. La réciproque de l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_9744

HYPOTHÈSE (sciences)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 284 mots

Dans le chapitre « Degré d'explicitation d'une hypothèse »  : […] Enfin, le degré d'explicitation d'une hypothèse est variable selon les disciplines et évolue au cours de l'expérimentation. L'exemple de l'expérience d'Œrsted est significatif à cet égard. Hans Christian Œrsted est un physicien et homme de lettres danois qui a donné son nom à une expérience bien connue, celle qui consiste à faire passer un courant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese/#i_9744

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le courant électrique  »  : […] Depuis Thalès de Milet ( vi e  siècle av. J.-C.) jusqu'à l'orée du xix e  siècle (Alessandro Volta en 1800), l'électricité demeura statique. Sa connaissance n'en progressa pas moins de façon significative : invention de la « bouteille de Leyde » (Petrus van Musschenbroek en 1745), ancêtre du condensateur ; construction de « machines électrostatiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-electromagnetisme/#i_9744

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « ŒRSTED ou ØRSTED HANS CHRISTIAN - (1777-1851) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oersted-orsted/