UNIFICATION DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU MAGNÉTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans une expérience devenue historique, le Danois Hans Christian Œrsted (1777-1851) démontre en 1820 les rapports entre l'électricité et le magnétisme. Il « tend une portion rectiligne d'un fil parcouru par un courant au-dessus d'une aiguille aimantée » et observe que l'aiguille « quitte sa position »... Publié le 21 juillet en latin à Copenhague, ce résultat est immédiatement apprécié des physiciens européens. Après avoir assisté à une répétition de cette expérience, le physicien français André-Marie Ampère (1775-1836) édifie en quelques jours une théorie des champs magnétiques engendrés par les courants continus en émettant l'hypothèse que les propriétés des aimants sont dues à la circulation de courants moléculaires à l'intérieur de la matière. Publié en 1827, son traité Sur la théorie mathématique des phénomènes électrodynamiques uniquement déduite de l'expérience constitue le fondement de l'électromagnétisme moderne.

André-Marie Ampère

André-Marie Ampère

photographie

Le mathématicien et physicien français André-Marie Ampère (1775-1836), fondateur de l'électromagnétisme. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « UNIFICATION DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU MAGNÉTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/unification-de-l-electricite-et-du-magnetisme/