OASIS ÉGYPTIENNES, archéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les terres cultivées de la vallée du Nil ne couvrent qu'une infime partie de la superficie totale de l'Égypte, occupée pour le reste par les déserts arabique à l'est et libyque à l'ouest. Dans cette zone particulièrement inhospitalière, qui forme le prolongement du Sahara occidental, s'échelonnent du sud au nord les cinq grandes oasis égyptiennes, Kharga, Dakhla, Farafra, Baharia et Siouah, auxquelles s'ajoutent quelques autres de faible étendue dans la région de Farafra. Le terme égyptien ouhat servait à désigner dès l'Ancien Empire la réalité géographique d'une oasis ; il est passé tel quel, par le biais du grec ὄαϐις, dans les langues européennes. Il a également été conservé en arabe.

Difficiles d'accès en raison des rigueurs climatiques et plus encore de la médiocrité des voies de communication, les oasis égyptiennes sont restées longtemps très isolées et par conséquent mal connues. Certains voyageurs cependant, explorateurs aventureux des temps héroïques, relatèrent leurs expéditions périlleuses aux oasis : ainsi Minutoli qui visita l'oasis de Siouah en 1820-1821 et Frédéric Cailliaud qui, en 1815 et en 1822, se rendit dans les oasis occidentales.

Dans les années 1970, sous l'influence de quelques archéologues, en particulier Ahmed Fakhry, grand pionnier en la matière, une réelle impulsion fut donnée à la prospection systématique dans les oasis ; des résultats remarquables viennent couronner ces efforts. Ainsi, peu à peu, s'affine et s'améliore le point de vue qu'on avait jusqu'alors sur cette région. Fondé sur des mentions assez peu nombreuses dans les documents égyptiens et sur l'existence d'un certain nombre de monuments toujours visibles sur place, il ne pouvait rendre compte de la continuité d'une histoire dont les débuts remontent au Paléolithique et qui s'est poursuivie jusqu'à l'époque chrétienne.

Une entité géographique

Les oasis s'alignent approximativement suivant une ligne nord-sud, parallèle au Nil, dont certains géologues pensent qu'il s'agirait d'un ancien cours asséché du fleuve, distant d'environ 200 kilomètres de la vallée. Elles correspondent à des zones où, en plein désert, l'eau peut jaillir en sources naturelles ou être atteinte par le forage de puits artésiens, parfois profonds d'une centaine de mètres. Cette pratique est attestée pendant toute l'époque historique, mais on ignore quand elle a commencé. L'existence d'une nappe d'eau reposant sur une couche d'argile imperméable, extrêmement profonde, n'a pas encore reçu d'explication satisfaisante et demeure l'objet de discussions scientifiques : s'agit-il d'une poche d'eau remontant à une époque très ancienne et retenue par les couches géologiques ou d'une couche de formation plus récente, due à l'accumulation des eaux de pluie ?

Ces oasis se caractérisent aussi par leur très faible altitude par rapport au niveau de la mer ; dans certains cas, elles se situent même au-dessous de ce niveau alors que les plateaux environnants sont relativement élevés, ce qui leur confère un aspect très caractéristique ; en particulier Dakhla et Baharia, qui apparaissent comme des cuvettes entourées de falaises rocheuses. La dépression de Qattarah, occupée par des chotts salins et qui fait partie du même ensemble géologique, se situe, elle, très au-dessous du niveau de la mer.

Le climat très sec ne connaît qu'exceptionnellement des chutes de pluie. En revanche, des vents y soufflent presque constamment, qui ont contribué à l'érosion éolienne des monuments antiques mais ont aussi permis leur protection par un ensablement rapide.

Points d'eau, donc possibilité de vie au milieu d'un environnement aride et hostile, les oasis jouèrent toujours un rôle important le long des pistes qu'empruntaient les caravanes depuis une haute antiquité. Cela explique pour une part leur développement dès la préhistoire et l'intérêt que manifestèrent plus tard pour elles les habitants de la vallée. Au sud de Kharga, le site de Douch, près de l'actuel village de Baris, se situe au débouché du Darb el-Arbain, la piste des quarante jours, qui unit la région du Sennar, au Soudan, à l'Égypte. De là les caravanes se dirigeaient directement vers la vallée à la hauteur d'Esna, ou, remontant vers Kharga, coupaient le désert plus au nord pour rejoindre la région d'Assiout.

Les oasis situées plus à l'ouest, Farafra surtout, servirent de poi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Ve section

Classification

Autres références

«  OASIS ÉGYPTIENNES, archéologie  » est également traité dans :

BAHARIYA OASIS DE, Égypte

  • Écrit par 
  • Françoise DUNAND, 
  • Roger LICHTENBERG
  •  • 997 mots

Un jour de l'été 1996, l'âne d'un gardien du service des Antiquités trébuche dans un trou près de la route qui va de Bahariya à Farafra, non loin de Bawiti, ville principale de l'oasis occidental égyptien. Le gardien, intrigué, en réfère à son supérieur, lequel alerte aussitôt le Dr Zahi Hawass, directeur des Antiquités pour la région de Giza et du nord des oasis. Commencée en 1999, l'exploration […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les époques tardives »  : […] De l'autre côté du ravin, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique I er , le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de l'université de Pise. Le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Les tombes de particuliers »  : […] La plupart des dignitaires de l'Ancien Empire ont fait édifier leur dernière demeure à proximité des complexes funéraires royaux afin de profiter éternellement de la protection de leur souverain. Dans la région memphite, leurs nécropoles rassemblent des tombes appelées mastabas. « Mastaba » désigne le massif construit en surface, généralement en calcaire, dont la forme trapézoïdale rappelle l'as […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christiane M. ZIVIE-COCHE, « OASIS ÉGYPTIENNES, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oasis-egyptiennes-archeologie/