NYUGAT, revue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire de la littérature hongroise au xxe siècle est étroitement liée à celle de la revue Nyugat. De 1908 à 1941, elle fut le réceptacle des tendances littéraires modernes les plus diverses. En tant que mouvement elle se révéla le catalyseur de la création, et en tant que forum des critiques indépendants un modèle de libéralisme et de tolérance.

Son nom, « Occident », est déjà tout un programme : il annonce l'ouverture de l'horizon culturel, rétréci depuis la mort des derniers quarante-huitards, dont János Arany. Leurs épigones vont s'adresser à une noblesse appauvrie, mais se cramponnant à ses privilèges. Ils célébreront, avec beaucoup d'emphase, le passé national redoré pour l'occasion (fêtes de Millénium, 896-1896). Ils façonneront l'image d'Épinal du paysan magyar parfaitement heureux sur sa terre et préféreront ignorer les problèmes des nationalités aussi bien que l'essor économique de la bourgeoisie citadine lié à l'urbanisation de Budapest. Pourtant, c'est là que va se recruter le public de Nyugat, cultivé et cosmopolite. Une valeur universelle, nommée qualité esthétique, remplace désormais les valeurs extra-artistiques : « Tout est permis à l'écrivain, à l'artiste, pourvu qu'ils sachent le faire », déclare le rédacteur en chef Ignotus (Hugo Veigelsberg, 1869-1949). C'est avec lui, le rédacteur Ernö Osvát (1877-1929) et les mécènes Lajos Hatvany (1880-1961) et Miksa Fenyö (1877-1972) que Nyugat mènera sa première lutte pour défendre la poésie d'Ady, attaquée comme « anti-magyare » par le pouvoir politique et tenue pour incompréhensible par le public conservateur non initié au symbolisme baudelairien. Grâce à Osvát, guidé par son flair infaillible et par son incorruptibilité qui lui permettaient de découvrir de nouveaux talents, la revue bimensuelle devient l'organe des écrivains les plus importants jusqu'à nos jours. Le culte de la beauté classique de Babits, la virtuosité de Kosztolányi, la tristesse de la solitude chantée par Gyula Juhász (1883-1937), l'évocation colorée de la grande ville par Árpád Tóth (1886-1928) ou le vers libre archaïsant de Füst alimentent la révolution lyrique déclenchée par Ady. Cette première génération de Nyugat a sa conscience sociale, incarnée par Móricz, sa sensibilité psychologique représentée par la romancière Margit Kaffka (1880-1918) et son pasticheur critique, Karinthy. Traductions, essais et compte rendus rapprochent l'art, la littérature, mais aussi les sciences humaines de cette Europe qui est — pour Ignotus — la voisine de la Hongrie. Ainsi Bergson, Nietzsche et Freud fertilisent-ils très tôt la pensée hongroise. La critique littéraire, souvent subjective, est pratiquée, selon le modèle d'Alfred Kerr, par Fenyö. Elle prend une forme plus sociologique chez Aladár Schöpflin (1872-1950). À partir des années vingt, le ton de la poésie devient plus grave et plus philosophique sous la plume de Lörinc Szabó (1900-1957), de Gyula Illyés ou de György Sárközi (1899-1945). La revue doit lutter contre les attaques du régime Horthy, contre l'antisémitisme, et s'engager dans la bataille qui oppose « urbains » et « populistes » des années trente. L'édition de livres Nyugat a alors pour but d'élargir le champ des lecteurs. L'avant-gardisme de Kassák, la musicalité de la prose de Sándor Márai (né en 1900) ou l'avènement d'une nouvelle génération de poètes, celle de Sándor Weöres, de János Pilinszky (1921-1981) et de Ágnes Nemes Nagy (né en 1922) apportent autant de couleurs diverses. La rigueur scientifique alliée à l'intuition artistique chez László Cs. Szabó (1905-1984), Gábor Halász (1901-1945) et Szerb caractérisent les écrits de la « génération des essayistes » qui relaie celle des critiques impressionnistes de la première époque de Nyugat. Jusqu'à la mort de Babits, en 1941, la revue reste le bastion d'un idéal humaniste.

Endre Ady

Photographie : Endre Ady

Au début du XXe siècle, la poésie d'Endre Ady, d'un modernisme classique, s'attacha à construire une identité nationale hongroise chez l'élite réformatrice. 

Crédits : Courtesy of the Petofi Irodalmi Muzeum, Budapest

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NYUGAT, revue  » est également traité dans :

ADY ENDRE (1877-1919)

  • Écrit par 
  • André KARATSON
  •  • 1 852 mots
  •  • 1 média

L'œuvre d'Endre Ady, issue d'une activité double de poète et de journaliste, est l'un des sommets de la littérature hongroise moderne. On y trouve résumée l'effervescence artistique, intellectuelle et politique qu'avait suscité la première grande génération du mouvement Nyugat (Occident). Suite ininterrompue d'examens de conscience à la fois individuels et nationaux, elle est le champ de bataille […] Lire la suite

BABITS MIHÁLY (1883-1941)

  • Écrit par 
  • André KARATSON
  •  • 1 200 mots

Dans le chapitre « La tour d'ivoire »  : […] Les débuts de Babits coïncident avec ceux de la revue Nyugat  : à cette époque, la perspective d'un renouveau général, artistique et politique, tient en effervescence l'intelligentsia hongroise. Tout en épousant sans réticence la cause des Modernes, le poète se limite alors à la recherche des thèmes et des moyens d'expression inédits. Face au vitalisme d'Endre Ady, il propose l'idéal de perfection […] Lire la suite

FÜST MILÁN (1888-1967)

  • Écrit par 
  • Gyorgy RABA
  •  • 720 mots

Dans le chapitre « Visions médiévales et tragi-comiques »  : […] L'un des pionniers de la revue Nyugat et du mouvement occidentaliste, Füst se voua à l'exploration de la personnalité humaine. Composée en tout d'une centaine de poèmes, son œuvre lyrique se trouve réunie dans un recueil qui constitue la version plusieurs fois revue et augmentée, sous des titres différents : Le Chœur de la mort ( Az elmulás kórusa , 1920), La Rue des esprits ( Szellemek utcája , 1 […] Lire la suite

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 158 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une pléiade de romanciers »  : […] À cette époque, seuls les romanciers soutiennent la comparaison avec les poètes : ils sont les véritables fondateurs du roman et de la nouvelle en Hongrie et restent encore fort lus aujourd'hui. Cette faveur persistante n'est pas tout à fait imméritée, car personne n'a surpassé, dans les lettres hongroises modernes, les conceptions grandioses, l'imagination fertile et l'invention romanesque du bar […] Lire la suite

KASSÁK LAJOS (1887-1967)

  • Écrit par 
  • Gyula SIPOS
  •  • 1 733 mots

Dans le chapitre « La révolte littéraire »  : […] « À bas les affiches d'État, les clairs de lune, les boîtes de nuit. » De Kassák, la postérité gardera sans aucun doute en premier lieu l'image du révolté et du novateur ; et plus encore que de ses œuvres, le souvenir de son action. C'est déjà dans le rôle du contestataire qu'il fait son entrée dans la littérature hongroise quand, vers 1910, ce « vagabond » qui vient de parcourir à pied l'Europe, […] Lire la suite

POPULISTE HONGROISE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 767 mots

Les écrivains du mouvement populiste des années 1930 insistent sur le fait que la paysannerie est exclue de la nation. Ils se chargent donc de la représenter sur le terrain glissant de la politique et luttent pour des réformes agraires. Leurs références : Endre Ady et Dezsö Szabó (1879-1944). Ce dernier, à la fois anti-individualiste, anticapitaliste et antisémite, annonce dans son Village à la d […] Lire la suite

SZERB ANTAL (1901-1945)

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 763 mots

Le principal représentant de la « génération des essayistes », à laquelle appartenaient entre autres Gábor Halász (1901-1945) et László Cs. Szabó (1905-1984), fut Antal Szerb (né à Budapest). Ils étaient liés par l'intérêt porté à la littérature contemporaine produite autour de la revue Nyugat (Occident, 1908-1941) et par leur hostilité envers l'histoire littéraire académique, engoncée dans son p […] Lire la suite

WEÖRES SÁNDOR (1913-1989)

  • Écrit par 
  • Aron KIBEDI VARGA
  •  • 1 509 mots

Dans le chapitre « Points de repère »  : […] Né en 1913 à Szombathely, Sándor Weöres passe dix ans à Pécs (1933-1943), où il fait ses études universitaires et travaille comme bibliothécaire, avant de s'installer définitivement à Budapest. En 1937, il fait un voyage en Asie et visite l'Inde, Ceylan et la Chine. Précoce, Weöres écrit des poèmes dès l'âge de quatorze ans ; le poète Mihály Babits le découvre très tôt et lui ouvre la revue Nyuga […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « NYUGAT, revue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nyugat-revue/