ADY ENDRE (1877-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'Endre Ady, issue d'une activité double de poète et de journaliste, est l'un des sommets de la littérature hongroise moderne. On y trouve résumée l'effervescence artistique, intellectuelle et politique qu'avait suscité la première grande génération du mouvement Nyugat (Occident). Suite ininterrompue d'examens de conscience à la fois individuels et nationaux, elle est le champ de bataille où viennent s'affronter, en un rituel sanglant, les forces mythiques qui animent et détruisent la vie. Ady est en effet le poète de tous les conflits et de toutes les brisures : visionnaire, prophète, ce fils de hobereaux calvinistes croyait à la prédestination et voulait que son âme fût « parabole » et sa vie « somme de milliers de vies ».

Cette ambition fut parfaitement réalisée, car Ady, avec une intuition prodigieuse, a su jeter le pont de multiples analogies entre ses déchirements personnels et ceux de son pays. Deux images se superposent et se confondent ainsi : celle de l'homme, héros tragique du vitalisme, génie orgueilleux engagé dans la quête désespérée du bonheur physique et métaphysique, et celle de la Hongrie divisée entre l'Orient et l'Occident, accablée par son passé féodal et tourmentée par son vouloir-vivre, dans l'atmosphère paralysante de la monarchie des Habsbourg.

 Dans mon âme l'Arbre hongrois  Et ses frondaisons succombent, tombent :  Il faut que de même façon  Je sombre en frondaison, floraison...

chante Ady, courbé sous la fatalité et touché par la poésie des Décadents découverte à Paris.

Mais ce poète maudit, ce « familier de la mort » comme il s'est nommé complaisamment, se sentait aussi « levain des temps » : il annonçait et appelait la révolution sociale après avoir provoqué, dès 1906, celle de la poésie hongroise. Tout était nouveau chez lui : thèmes, vision, langage, rythme et même la polémique, violente, qui secoua alors le monde des lettres passablement somnolent depuis des décennies. « Hercule malgré lui », Ady acceptait son destin, celui d'être le champion du symbolisme, qu'il cherchait à dépasser, ou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille

Classification


Autres références

«  ADY ENDRE (1877-1919)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_5740

NYUGAT, revue

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 697 mots
  •  • 1 média

L'histoire de la littérature hongroise au xx e siècle est étroitement liée à celle de la revue Nyugat . De 1908 à 1941, elle fut le réceptacle des tendances littéraires modernes les plus diverses. En tant que mouvement elle se révéla le catalyseur de la création, et en tant que forum des critiques indépendants un modèle de libéralisme et de toléra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nyugat-revue/#i_5740

Voir aussi

Pour citer l’article

André KARATSON, « ADY ENDRE - (1877-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/endre-ady/