ARANY JÁNOS (1817-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure dominante de la littérature hongroise de la seconde moitié du xixe siècle, Arany, père du « classicisme national », pratiqua à la fois le genre épique et le genre lyrique. Fidèle à la tradition politique qui régnait dans les lettres hongroises, il s'efforça de ne servir que la cause du patriotisme, écartant ses problèmes personnels ; mais ceux-ci transparaissent malgré tout à travers ses poèmes épiques. Ambiguïté du genre qui reflète une dualité permanente de l'esprit : un rationalisme impérieux y contrôle avec vigilance une sensibilité vulnérable, mais l'ironie, dirigée souvent contre le poète lui-même, équilibre la mélancolie de la désillusion. Arany essaya de résoudre ses drames intérieurs en les projetant dans des scènes et des personnages historiques et folkloriques. Son œuvre, d'inspiration populaire, mais d'élévation classique, contribua à préparer spirituellement la lutte d'indépendance de 1848-1849 et à en garder vivant le souvenir contre toute force, positive ou négative, qui tendait à l'effacer.

La création d'une littérature nationale paysanne

Né d'une famille de hobereaux retombée à la condition paysanne, Arany se considérait comme le « rejeton du peuple qui vit avec sa souche, pour elle, par elle ». Après avoir longtemps cherché sa voie, il débuta dans la littérature en 1845 par un poème satirique, la Constitution perdue (Elveszett alkotmány). Mais l'œuvre qui le promut poète national fut Toldi (1847). Son intention de créer une littérature « nationale paysanne », base d'un futur classicisme, rejoignait celle de l'élite intellectuelle et lui valut l'amitié de Peto″fi. Toldi, le personnage principal du poème, est un héros légendaire, dans la lignée de Bertrand du Guesclin ; il met sa force fabuleuse au service de Louis d'Anjou de Hongrie. Arany emprunta l'intrigue à la chronique médiévale d'Ilosvai : la fureur du désespoir conduit au meurtre un jeune noble rejeté dans la condition paysanne par la jalousie de son frère ; après une longue pérégrination, il sauve l'honneur de la chevalerie hongroise dans un due [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARANY JÁNOS (1817-1882)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Trois prospecteurs de génie »  : […] Trois poètes règnent successivement pendant plus d'un demi-siècle sur le cœur et l'esprit des lecteurs hongrois. Mihály Vörösmarty (1800-1855) est l'auteur de poèmes lyriques et épiques dont la musique et le fonds spirituel peuvent se comparer aux chants de Hugo, de Vigny, de Shelley et de Hölderlin ; son Appel ( Szózat ) au peuple hongrois, deven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_12875

Pour citer l’article

Antonia FONYI, « ARANY JÁNOS - (1817-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-arany/