Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) Noyau atomique

La découverte d'un noyau minuscule au centre de l' atome date du début du siècle (Rutherford, 1911), mais c'est celle du neutron (Chadwick, 1932) qui lança la physique nucléaire sur ses bases actuelles. Depuis lors, en effet, on admet qu'un noyau de numéro atomique Z et de nombre de masse A comporte Z  protons et N neutrons, le nombre de neutrons N étant égal à A — Z. Ces deux particules du noyau, appelées globalement nucléons, ne diffèrent essentiellement que par leurs propriétés électromagnétiques : toutes deux sont des fermions de spin 1/2 (cf. physique quantique) et leurs masses sont voisines (mpc2 = 938, 28 MeV et mnc2 = 939, 57 MeV), mais le proton porte une charge positive e alors que le neutron a une charge nulle. On reproduit ainsi les caractéristiques élémentaires de tous les noyaux : une charge Ze, une masse voisine de Am et un spin entier ou non selon que le noyau considéré comporte respectivement un nombre pair ou impair de nucléons. Certes, on sait aujourd'hui que les nucléons sont chacun composés de trois quarks mais, comme les énergies mises en jeu dans un noyau sont très faibles à l'échelle des quarks, on peut raisonnablement continuer à les considérer comme les constituants de base du système nucléaire, de même qu'on considère les atomes comme les constituants des gaz rares aux températures ordinaires.

Observé d'une distance atomique de 10–10 m, le noyau ressemblerait à un petit pois vu de 100 mètres : le rayon qu'on lui attribue est de l'ordre de quelques femtomètres (1 fm = 10–15 m), selon la loi approximative R = r0A1/3, avec r0 ≃ 1,2 fm. Pourtant, sa masse vaut à peu près celle de l'atome qui lui correspond, puisque la masse d'un nucléon égale environ deux mille fois celle de l'électron. Sa densité moyenne est donc très élevée : on a ρ = M/V ≃ 2 × 1014 g/cm3, ce qui représente 1038 nucléons/cm3. L'énergie à déployer pour en extraire un nucléon est elle aussi impressionnante, soit en moyenne 8 MeV, c'est-à-dire près de 107 fois plus que l'énergie nécessaire pour délier un électron de l'atome de façon à l'ioniser. On peut y voir la source des performances énergétiques des centrales et des bombes nucléaires (cf. nucléaire). Par exemple, la fission des noyaux d'uranium contenus dans un volume comparable à celui d'un morceau de sucre est capable de fournir autant de calories que la combustion du pétrole remplissant les wagons d'un train de marchandises.

Ces ordres de grandeurs révèlent quelques aspects des forces responsables de la cohésion des noyaux. Tout d'abord, ces forces, dites d' interaction forte, sont beaucoup plus intenses que toutes les autres. En particulier, lorsqu'elles agissent de façon attractive entre deux nucléons, quel que soit leur état de charge électrique, leur intensité est environ mille fois plus grande que celle de la répulsion coulombienne qu'exercent deux protons l'un sur l'autre. En dernière analyse, cette propriété de l'interaction nucléon-nucléon rend compte, pour l'essentiel, de la cohésion du système nucléaire, mais son allure et sa portée jouent aussi un grand rôle. En effet, véhiculé par l'échange de particules massives (les mésons) entre deux nucléons, ce type d'interaction n'entre en jeu que pour de très courtes distances. Par exemple, sa portée la plus longue, associée à l'échange des mésons π, est de l'ordre de 1,5 fm : au-delà de cette distance, deux nucléons, s'ils sont chargés, ne ressentent plus que leur répulsion coulombienne. Il en résulte bien des effets mis en relief par les mesures systématiques de l'énergie de liaison des noyaux : effets de saturation, de surface, de Coulomb, etc.

Les noyaux stables les plus[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut de physique nucléaire, université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Densité de charge

Densité de charge

Spectroscopie au voisinage du plomb 208

Spectroscopie au voisinage du plomb 208

Moment quadrupolaire

Moment quadrupolaire

Autres références

  • ALPHA RAYONNEMENT

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 184 mots

    Rayonnement le moins pénétrant émis par les substances radioactives, sous la forme de noyaux d'hélium 4. Il avait été reconnu dès 1903 par Ernest Rutherford comme formé de particules chargées positivement et de masse proche de celle de l'atome d'hélium. La théorie de la désintégration...

  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par Bernard PIRE, Jean-Marc RICHARD
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    Les antiprotons lents ouvrent des perspectives inédites en physique nucléaire. En frôlant les noyaux, les antiprotons peuvent exciter des niveaux d'énergie qui ne sont pas facilement accessibles avec des électrons ou des protons. L'annihilation d'un antiproton sur un noyau correspond à un dépôt très...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    Les relations entre l'astronomie et la physique nucléaire sont tout à fait comparables. La découverte de l'origine de l'énergie libérée par le Soleil a suivi de peu celle de la transmutation nucléaire, c’est-à-dire la possibilité pour un élément chimique de se transformer en un autre par modification...
  • BÊTA RAYONNEMENT

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 173 mots

    Forme de radioactivité dans laquelle un noyau émet un électron et un antineutrino (rayon bêta moins) ou un positron et un neutrino (rayon bêta plus). Ce processus donne naissance à un autre noyau ayant un neutron de moins et un proton de plus que le noyau initial. Les travaux de Wolfgang...

  • Afficher les 55 références

Voir aussi