Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NUCLÉAIRE Démantèlement des installations

Enjeux et stratégie

En France, plus de cent soixante installations nucléaires civiles ont été construites et exploitées, parmi lesquelles une vingtaine ont déjà été démantelées et sont sorties de la nomenclature des installations nucléaires de base, et plus d'une vingtaine sont arrêtées, en préparation ou en cours de démantèlement. Environ cent vingt installations sont donc actuellement en opération en France. Ces chiffres donnent une idée des enjeux du démantèlement, en termes de travail à accomplir, de déchets à traiter et à stocker, de coûts à assumer.

La gestion des déchets et matériaux, qui sont en quantité et de nature très différents selon la phase des travaux, représente une part importante du démantèlement d'une installation nucléaire.

Lors de la cessation définitive d'exploitation (C.D.E.), on produit essentiellement des déchets dits « nucléaires », stockables ou non en surface (catégorie A, correspondant aux déchets F.M.A.-V.C. – faible et moyenne activité et vie courte – ou catégorie B, correspondant aux déchets M.A-V.L. – moyenne activité et vie longue). Ces déchets sont en faible quantité, comparativement à ceux produits lors du démantèlement, mais leur contenu radioactif est élevé, puisque dans cette phase plus de 90 p. 100 de la radioactivité de l'installation est extraite.

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations

Pour un réacteur, les déchets produits par la phase de mise à l'arrêt définitif (M.A.D.) sont principalement des matériaux et composants recyclables dans les filières conventionnelles, alors que le démantèlement proprement dit peut générer de grandes quantités de déchets très faiblement actifs (T.F.A.), de l'ordre de plusieurs milliers de tonnes, principalement sous forme de ferrailles et gravats (tabl. 2). Ces déchets disposent, depuis 2003, d'un centre de stockage spécialisé : le centre de stockage des matériaux très faiblement actifs (C.S.T.F.A.) à Morvilliers dans l'Aube.

La stratégie qui conduit au choix des étapes de démantèlement et à la chronologie d'enchaînement de celles-ci dépend de l'état général et de la sûreté de l'installation, du bilan radiologique, de l'inventaire des déchets futurs, de la radioprotection (minimisation de l'exposition opérationnelle) et du coût (on ne peut pas tout faire en même temps, il faut établir des priorités). L'un des facteurs de choix est la durée de vie des radioéléments contenus dans les structures et composants de l'installation. Un autre facteur est la disponibilité des sites de stockage pour les matériaux contaminés ou activés produits par le démantèlement.

S'il s'agit d'un réacteur, l'essentiel de la radioactivité résiduelle est à courte durée de vie, il peut donc être intéressant de laisser la radioactivité décroître durant quelques décennies, pour diminuer l'exposition opérationnelle et l'activité des déchets produits. Cependant, en France, la politique affichée par E.D.F. depuis 2001, pour les réacteurs de première génération (principalement la filière U.N.G.G.-uranium naturel-graphite-gaz), vise à leur démantèlement complet sans période d'attente. Pour ce type de réacteurs, le démantèlement pourrait donc être terminé en 2025 si les sites définitifs pour l'ensemble des déchets du cœur de réacteur (notamment le graphite des U.N.G.G.) deviennent disponibles (cf. nucléaire- Déchets).

Pour les installations du cycle du combustible, la nature de la radioactivité contenue conduit généralement à démanteler aussi tôt que possible.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Ingénieur, École de physique et de chimie industrielles, ancien inspecteur nucléaire au Commissariat à l'énergie atomique

Classification

Pour citer cet article

Francis LAMBERT. NUCLÉAIRE - Démantèlement des installations [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Nucléaire : phases de démantèlement des installations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nucléaire : phases de démantèlement des installations

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations

Autres références

  • NUCLÉAIRE (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 4 128 mots
    • 18 médias

    Depuis la découverte de la radioactivité en 1896 par Henri Becquerel et celle du noyau atomique par Ernest Rutherford en 1911, des progrès scientifiques importants ont été accomplis en physique nucléaire. La maîtrise des réactions nucléaires a permis en particulier, dès le milieu du xxe siècle,...

  • FRANCE - L'année politique 2021

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 6 168 mots
    • 5 médias
    ...Emmanuel Macron présente un plan d’investissement « France 2030 » dont le but est de « faire émerger les futurs champions technologiques de demain ». Après un moment d’hésitation, il annonce en novembre un plan de relance du nucléaire, destiné à répondre aux défis de l’indépendance énergétique du pays...
  • TICE (Traité d'interdiction complète des essais nucléaires) ou CTBT (Comprehensive Test Ban Treaty)

    • Écrit par Dominique MONGIN
    • 936 mots
    • 1 média

    Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (T.I.C.E.), ou Comprehensive Test Ban Treaty (C.T.B.T.), est un traité multilatéral élaboré dans le cadre de la Conférence du désarmement de l’Organisation des Nations unies (O.N.U.). Il a été ouvert à la signature des États en septembre...

Voir aussi