Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NUCLÉAIRE Démantèlement des installations

Exemples de réalisations

En France, la vingtaine de réacteurs de recherche ou de première génération qui ont déjà été démantelés l'ont été pour la plupart au niveau 2 ; une dizaine de laboratoires et de pilotes de retraitement ou d'enrichissement ont été démantelés au niveau 3.

Les réacteurs

Les réacteurs de recherche. Ce sont principalement des réacteurs piscines construits et exploités par le Commissariat à l'énergie atomique (C.E.A.) dans ses différents centres d'études nucléaires. La plupart de ceux qui ont été construits dans les années 1950 et 1960 ont déjà été démantelés. À Grenoble, le démantèlement des réacteurs Mélusine (fonctionnel de 1958 à 1988), Siloé (fonctionnel de 1963 à 1997) et Siloette (fonctionnel de 1964 à 2002) est en cours avec un objectif de déclassement avant 2010. À Fontenay-aux-Roses, le démantèlement complet des réacteurs Néréide et Triton a été achevé à la fin de l'année 2004. L'ancien réacteur Zoé (E.L.1) a été transformé en musée.

La filière à eau lourde (E.L.). Cette filière n'a pas été développée industriellement au-delà du réacteur E.L.4, actuellement en cours de démantèlement sous la direction d'E.D.F.

Le réacteur E.L.3, situé à Saclay, a été démantelé au niveau 2 de 1982 à 1986. Après déchargement du combustible, les trois boucles de refroidissement et le circuit d'eau lourde, les auxiliaires et les annexes ont été décontaminés et découpés, et le confinement du bloc réacteur a été renforcé. Cette opération a généré 300 tonnes de déchets non tritiés (non marqués au tritium, isotope radioactif de l'hydrogène) et 80 tonnes de déchets tritiés.

Le réacteur E.L.4, situé à Brennilis (Finistère), a été mis à l'arrêt définitif (M.A.D.) en 1993, et son démantèlement au niveau 2, autorisé par décret du 31 octobre 1996, a eu pour objectifs la déconstruction totale des annexes (bâtiment des combustibles irradiés, station de traitement des effluents, entreposage des déchets solides, cheminée) et le démantèlement partiel des équipements du bâtiment réacteur. Le démantèlement complet de l'installation a été autorisé par décret le 12 février 2006.

La filière U.N.G.G. Ces réacteurs refroidis au gaz (CO2 ou air), modérés au graphite, ont constitué la première filière nucléaire industrielle en France ; les démantèlements déjà réalisés, au niveau 2, de G1, G2 et G3 à Marcoule, Chinon A1 (musée) et Chinon A2, ont été les premières opérations à l'échelle industrielle.

Unités utilisées pour les mesures de radioactivité - crédits : Encyclopædia Universalis France

Unités utilisées pour les mesures de radioactivité

Le niveau 2 de G2 et G3, par exemple, a consisté à isoler et à confiner les blocs réacteurs, puis à découper et décontaminer les circuits de refroidissement au CO2, et enfin à fondre dans un four à arc les tronçons de tuyauteries pour réduire leur volume. Les lingots de fonte produits, soit plus de 4 000 tonnes, ont été triés en fonction de l'activité résiduelle due au cobalt 60 qu'ils présentent. Cette opération a généré près de 13 000 tonnes de déchets inactifs et près de 7 000 tonnes de déchets moyennement ou faiblement actifs (y compris les ferrailles fondues). La radioactivité extraite se monte à près de 730 gigabecquerels (1 GBq = 109 Bq) [tabl. 3].

Pour E.D.F., le démantèlement du réacteur Bugey 1 constituera la tête de série du démantèlement complet de la filière U.N.G.G.

La mise en service d’un centre de stockage des déchets graphite et radifères, prévue en 2013 par la loi du 28 juin 2006, conditionne le démantèlement complet des réacteurs de type U.N.G.G.

Les autres filières. Les deux autres principales filières de réacteurs nucléaires sont les réacteurs à eau pressurisée (R.E.P.) et les réacteurs à neutrons rapides (R.N.R.). Pour les R.E.P., E.D.F. a entamé, dans le cadre du décret du 19 mars 1999, le démantèlement au niveau 1 de la tranche[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Ingénieur, École de physique et de chimie industrielles, ancien inspecteur nucléaire au Commissariat à l'énergie atomique

Classification

Pour citer cet article

Francis LAMBERT. NUCLÉAIRE - Démantèlement des installations [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Nucléaire : phases de démantèlement des installations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nucléaire : phases de démantèlement des installations

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nucléaire : déchets issus du démantèlement des installations

Autres références

  • NUCLÉAIRE (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 4 128 mots
    • 18 médias

    Depuis la découverte de la radioactivité en 1896 par Henri Becquerel et celle du noyau atomique par Ernest Rutherford en 1911, des progrès scientifiques importants ont été accomplis en physique nucléaire. La maîtrise des réactions nucléaires a permis en particulier, dès le milieu du xxe siècle,...

  • FRANCE - L'année politique 2021

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 6 168 mots
    • 5 médias
    ...Emmanuel Macron présente un plan d’investissement « France 2030 » dont le but est de « faire émerger les futurs champions technologiques de demain ». Après un moment d’hésitation, il annonce en novembre un plan de relance du nucléaire, destiné à répondre aux défis de l’indépendance énergétique du pays...
  • TICE (Traité d'interdiction complète des essais nucléaires) ou CTBT (Comprehensive Test Ban Treaty)

    • Écrit par Dominique MONGIN
    • 936 mots
    • 1 média

    Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (T.I.C.E.), ou Comprehensive Test Ban Treaty (C.T.B.T.), est un traité multilatéral élaboré dans le cadre de la Conférence du désarmement de l’Organisation des Nations unies (O.N.U.). Il a été ouvert à la signature des États en septembre...

Voir aussi