NOMS & ATTRIBUTS DIVINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème des noms divins dans la pensée chrétienne revient à poser la question suivante : comment concevoir que s'appliquent à l'absolue simplicité de Dieu, découlant de sa définition, les perfections multiples qu'on lui attribue en vue d'expliciter, à l'usage de l'homme, son essence, ainsi que les noms que la tradition, scripturaire et patristique, lui donne ?

Le contexte mythique vécu de la Bible et des origines chrétiennes met le plus grand nombre des initiés à même d'appeler Dieu Père, Tout-Puissant, Saint, Bon, sans médiation conceptuelle réflexive. Le problème ressortit au stade de la pensée théologique postérieure élaborée à partir des philosophies ambiantes. Chez les Pères grecs (iie-ive s.), le thème biblique du « Dieu caché », qui pourtant se révèle, rencontre les spéculations néo-platoniciennes, hantées par l'Un ineffable mais soucieuses de donner aux dieux du paganisme les noms qui leur conviennent. Or le Dieu inconnaissable par essence est en même temps sauveur ; il se laisse rencontrer en une expérience globale de foi, d'amour, de vertu, de vie sacramentelle. Il en résulte, chez ces théologiens, une attitude apophatique, attentive à ne point réduire le mystère divin à quelque représentation conceptuelle.

Au vie siècle, pour le pseudo-Denys (Noms divins), ouvertement inspiré par la Théologie platonicienne de Proclus, les noms de Dieu : Bien, Beau, Sagesse, Vérité, etc., correspondent à ses manifestations, qui le font, pour ainsi dire, sortir de son ineffable unité. De ce point de vue, Dieu est tout ce qui est. Mais considéré en lui-même, au contraire, il n'est rien de ce qui est. On pourra donc le chercher par la voie de l'affirmation ou par celle, préférable, de la négation et du silence contemplatif.

Au xiiie siècle, Thomas d'Aquin (Somme théologique, Ie, qu. 13) reprend Denys en l'amendant : accordée au sensible, la connaissance humaine peut dire que Dieu est, mais pas ce qu'il est. Relativement à l'expérience du monde, elle peut affirmer de Dieu ce qui convient à sa nature : qu'il est cause première de l'existant. Elle peut aussi nier de Dieu la finitude des modes de perfection qui tombent sous notre expérience. Elle peut enfin affirmer de Dieu, à condition que ce soit de façon suréminente, les perfections qui jamais ne se rencontrent, sinon de façon limitée, dans l'expérience humaine.

—  Lucien JERPHAGNON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOMS & ATTRIBUTS DIVINS  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Sens et existence »  : […] Lorsqu'on tente d'analyser l'absolu, pour énumérer les attributs qui lui conviennent, on le considère comme un objet d'investigation dont on ferait le tour pour reconnaître ses contours et sa manière d'être propre. En termes théologiques, il s'agit de dresser la liste des attributs divins en s'efforçant d'opérer leur conciliation. La pensée erre d'un attribut à l'autre, comme s'ils faisaient cerc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolu/#i_13268

ALPHA & OMÉGA

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 235 mots

Première et dernière lettres de l'alphabet grec, mentionnées ensemble, comme attribut de Dieu, dans le livre canonique de l'Apocalypse : le Père ( i , 8 et xxi , 6) et le Fils ( xxii , 13) étant désignés ainsi comme éternels et immortels, origine et fin de la Création. Les formules « il est, il était et il vient », « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alpha-et-omega/#i_13268

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension de la forme humaine à des domaines non humains »  : […] En son sens usuel, l'anthropomorphisme signifie l'utilisation d'attributs humains pour représenter ou expliquer ce qui est autre que l'homme. Il est clair que le procédé n'aura pas même signification ni même valeur suivant les diverses natures possibles de cet « autre chose que l'homme ». Mais point n'est besoin de quitter l'humanité pour voir se déployer le jeu de la pensée anthropomorphique ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropomorphisme/#i_13268

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

Dans le chapitre « De l'infinité cosmique à l'infinité divine »  : […] Cette refonte du concept d'univers déplace toutes les notions traditionnelles, en instaurant une nouvelle conception des rapports entre Dieu et l'Univers. Bruno risque ainsi de sombrer dans l'aporie de deux infinis qui menacent de se limiter mutuellement. Ce problème s'était déjà posé à Nicolas de Cues, qui non seulement avait introduit des distinctions nouvelles entre les différents ordres d'inf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/#i_13268

DENYS ou PSEUDO-DENYS L'ARÉOPAGITE (Ve-VIe s.)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  • , Universalis
  •  • 2 290 mots

Dans le chapitre « Nommer Dieu »  : […] C'est de l'Écriture que Denys prétend tirer son enseignement sur Dieu, comme d'ailleurs la totalité de sa doctrine ( Noms divins ). Il « expliquera » donc les dénominations empruntées à l'ordre de l'intelligence (νοητά) et à l'ordre des sens (αἰσθητά) que la Bible applique à Dieu. Or, si pour ces dernières Denys semble bien s'en tenir en fait aux images bibliques, il n'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denys-pseudo-denys-l-areopagite/#i_13268

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « La théologie des noms divins »  : […] On peut dire que, dans l'histoire de la théologie, la question des Noms divins ( Somme théologique, Ia, q. 13) de Thomas d'Aquin représente le premier exposé systématique sur les conditions de possibilité d'un discours sur Dieu. Elle est le complément nécessaire de la question que pose d'emblée la Somme théologique sur l'objet et su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_13268

ÉQUIVOCITÉ & UNIVOCITÉ

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 194 mots

Termes qui, dans leur sens technique, appartiennent à la philosophie médiévale. Est univoque le mot qui est toujours employé dans le même sens. Est équivoque le mot qui est employé dans des sens différents, sans toutefois qu'on arrive à la pure et simple homonymie (comme c'est le cas si l'on parle du vol d'un tableau au Louvre et du prochain vol d'Air France pour Athènes). Le problème du langage t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equivocite-et-univocite/#i_13268

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Tout est infini »  : […] Selon le jeune Spinoza, la bonté divine implique le transfert total du divin dans la créature. L'infini de Dieu et l'infini du monde ne font plus qu'un dans le spinozisme pour ne se distinguer que comme natura naturans et natura naturata . « Par Dieu, j'entends un être absolument infini, c'est-à-dire une substance consistant en une infinité d'attributs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_13268

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La théologie »  : […] En islam, la théologie a été appelée curieusement « science de la parole » (‘ ilm al- kalām ), et ceux qui la pratiquent « ceux qui parlent » ( al-mutakallimūn ). On a proposé de cela plusieurs explications ; celle qui prévaut aujourd'hui est que ladite science aurait été ainsi caractérisée non par son objet, mais par son mode d'arg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_13268

JEAN SCOT ÉRIGÈNE (810 env.-env. 877)

  • Écrit par 
  • René ROQUES
  •  • 1 738 mots

Dans le chapitre « Théophanies et divinisation »  : […] Paradoxalement, les théophanies sont liées à la déchéance de l'intelligence ( mens , animus , intellectus , νο̃υς) qui n'a pas su se maintenir dans sa condition primordiale, c'est-à-dire dans l'unité indivise des causes. Le péché originel a provoqué la procession, l'« irruption », ou l'« inondation » des causes dans la multiplicité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-scot-erigene/#i_13268

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « L'effet de la nomination sur la subjectivité »  : […] Pour situer l'apport de la psychanalyse à notre compréhension de ce qu'est un nom, on pourrait procéder en deux temps : décrire, d'abord, ce que, faute d'une meilleure expression, on se contentera d'appeler une « logique de l'inconscient », à l'œuvre dans les croyances invincibles et dont nul n'est tout à fait exempt, ces croyances étant parfois rapportées en des versions plus discursives par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_13268

Pour citer l’article

Lucien JERPHAGNON, « NOMS & ATTRIBUTS DIVINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-et-attributs-divins/