NOMADISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nomadisme et semi-nomadisme ont réalisé, dans l'économie traditionnelle, un mode d'occupation du sol assurant une exploitation minutieuse et très complète de milieux naturels particulièrement défavorables et de faible productivité à l'unité de surface (déserts, hautes montagnes, etc.). Leur déclin, inéluctable dans le monde contemporain, au profit de formes plus rationnelles et n'exigeant que des effectifs humains plus faibles (transhumance, exploitation pastorale extensive autour de points d'eau permanents, notamment) devra s'opérer lentement et progressivement, sans traumatisme humain et avec les transitions nécessaires pour éviter les pertes de cheptel.

Les nomades resteront encore, pour plusieurs générations, d'utiles instruments de la mise en valeur de vastes secteurs de la planète.

Le nomadisme des prédateurs

Chez les peuples chasseurs, pêcheurs ou collecteurs, le nomadisme est l'expression directe des alternances saisonnières et de la plus ou moins grande richesse du milieu pendant les diverses périodes de l'année. Assez désordonnés dans la sylve équatoriale où les saisons sont peu tranchées (Vedda de Sri Lanka, Pygmées), organisés en fonction des différences de pluviosité dans les zones arides (concentration en saison sèche près des points d'eau, diffusion et dispersion en saison pluvieuse), les déplacements s'établissent dans les zones tempérées en fonction de contrastes thermiques, par exemple chez les Indiens de la grande forêt boréale de l'Amérique du Nord (villages permanents de pêche en été et grandes expéditions de chasse pendant l'hiver). Dans la zone subpolaire, ils prennent généralement une composante sud-nord, hiver dans la forêt (taïga) et été dans la toundra. Chez les pêcheurs arctiques (Esquimaux), l'habitat stable d'hiver (maisons de neige, ou huttes semi-troglodytes), plus ou moins conjugué avec des expéditions lointaines, est de règle. Certains groupes de chasseurs (Indiens des grandes plaines de l'Amérique du Nord) ont calqué leurs migrations sur celles d'animaux qui étaient leur source principale de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Nomadisme dans le Dhofar, Oman

Nomadisme dans le Dhofar, Oman
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Chameau de Bactriane (Chine)

Chameau de Bactriane (Chine)
Crédits : Art Wolfe/ Iconica/ Getty Images

photographie

Touareg, désert du Mali

Touareg, désert du Mali
Crédits : L. Romano/ De Agostini

photographie

Nomadisme, Iran

Nomadisme, Iran
Crédits : W. Buss/ De Agostini

photographie





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Academia Europaea

Classification


Autres références

«  NOMADISME  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Un système ancestral »  : […] Malgré quelques variantes locales, la plupart des villages illustrent encore le schéma de la vieille civilisation agro-pastorale pan-iranienne qui associe, d'une part, un terroir central irrigué ( âbi ), souvent enterrassé, parfois exigu, voué à une rotation entre des cultures vivrières d'hiver, blé surtout (production estimée entre moins de 2 et plus de 5 millions de tonnes selon les années, mo […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Des genres de vie à l'économie mondialisée »  : […] Avant que la colonisation ne vienne bouleverser les rapports ancestraux des sociétés à leur environnement, les populations africaines se répartissaient entre quelques grands types de genres de vie élaborés en symbiose avec la nature. S'ils n'ont pas totalement disparu, ils ont dû composer avec une économie de plus en plus mondialisée. L'Afrique du Nord participe aux systèmes agraires méditerranéen […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Avant l'histoire »  : […] À l'époque où l'Europe vivait sa dernière période glaciaire, l'Arabie semble avoir connu, grâce à une pluviosité plus abondante, un certain développement de sa végétation. Il devait y exister des savanes et des pâturages. L'Arabie était habitée à l'époque quaternaire par des chasseurs utilisant des outils de pierre taillée. Au Hadramoūt, les outils paléolithiques attestent une coupure radicale av […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient et l'Asie centrale steppiques et arides  »  : […] À l'ouest et au centre du continent asiatique s'impose le domaine aride, semi-aride, désertique et steppique. Il regroupe des pays où sont majoritaires les espaces recevant moins de 250 millimètres de précipitations annuelles, avec des étés très secs et des hivers inégalement humides. Les montagnes ou la proximité humidifiante de certaines mers peuvent atténuer la sécheresse, mais le désert et […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le monde turco-iranien »  : […] Entre Istanbul et la porte de Dzoungarie qui donne accès à la Chine, l'Asie centrale est un ensemble de hautes terres structurées par les très hautes montagnes du Caucase, de l'Alborz, de l'Hindou Kouch, du Pamir et des Tian Chan. Vers le nord, de grands fleuves comme l'Amou-Daria se perdent dans des déserts ou d'immenses lacs intérieurs de basse altitude (lac Balkach, mer d'Aral, mer Caspienne, 2 […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN IRANIEN

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 424 mots
  •  • 1 média

Région située au nord-ouest des plateaux de l'Iran, l'Azerbaïdjan iranien, qui comptait 5 821 860 habitants lors du recensement de 2006, est divisé administrativement en deux provinces : Azerbaïdjan oriental (3 325 540 hab.) et Azerbaïdjan occidental (2 496 320 hab.), avec respectivement Tabriz et Ourmiah comme capitales et villes principales. Les conditions naturelles sont très différenciées dans […] Lire la suite

BAKHTYĀRĪ ou BAKHTIYARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 736 mots

Venus, semble-t-il, de Syrie entre le iv e et le x e siècle pour s'installer en Iran, les Bakhtyārī sont plus connus, du ix e au xv e siècle, sous le nom de « grands Lurs » et prétendent ne pas être d'origine persane. Musulmans shī‘ites, ils parlent un persan dialectal, ou luri. Dans les années 2000, ils sont environ un million. Ils vivent dans le pays Bakhtyār, entre Ispahan et Maidan-e-Nafta […] Lire la suite

BÉDOUINS

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 606 mots

Population nomade originaire du centre de l'Arabie, les Bédouins ( Bādw ) se sont dispersés en vagues successives à travers le Moyen-Orient, l'Égypte et l'Afrique du Nord, liant leur expansion à celle de l'islam des premiers siècles. Les conquêtes des Bédouins entraînent la transformation de nombreux groupes en cultivateurs sédentaires ainsi que, fréquemment, leur fusion avec les populations auto […] Lire la suite

BÉLOUTCHES ou BALOUTCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 645 mots

On trouve des Béloutches (appelés aussi Baloutches) au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, dans les républiques d'Asie centrale, en Inde et dans les émirats du golfe arabo-persique. C'est au Béloutchistan pakistanais et iranien que vivent les plus importantes communautés béloutches. La langue est le baloutchi. C'est une langue indo-aryenne qui est apparentée au groupe iranien de l'Est et dont les d […] Lire la suite

BRĀHUĪ

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 834 mots

Confédération tribale dont l'effectif était évalué à plus de 270 000 en 1960, les Brāhuī (ou Brahoui) vivent principalement au Pakistan, dans la province du Baloutchistan, en territoire montagneux, mais aussi en Afghanistan (au sud) et en Iran (dans le Sistan et Baloutchistan). Une partie de la population brāhuī vit de l'élevage de troupeaux de moutons, de chèvres et de dromadaires. Les tribus nom […] Lire la suite

CHAMIYÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 402 mots

Venant de l'expression arabe « Badiya al-Ch'am », le désert de Syrie, la Chamiyé recouvre une entité géographique assez imprécise du Moyen-Orient. Domaine des populations nomades, elle s'oppose au Croissant Fertile, domaine de l'occupation agricole sédentaire. Aussi ses limites ont-elles beaucoup varié au cours de l'histoire en fonction de l'avance ou du recul des sédentaires. À l'époque de sa plu […] Lire la suite

CHASSE ET CUEILLETTE

  • Écrit par 
  • Alain TESTART
  •  • 2 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sociétés de chasseurs-cueilleurs »  : […] À quelques exceptions près, les sociétés de chasseurs-cueilleurs présentent un certain nombre de caractéristiques communes qui les distinguent des autres sociétés, agricoles, pastorales ou industrielles. La première de ces caractéristiques est le nomadisme. Il répond en premier lieu à la nécessité de ne pas épuiser les ressources locales, en particulier celle que constitue le gibier, qui aurait v […] Lire la suite

CHOMBOL

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 267 mots

Le terme arabe de Chombol , qui signifie « mesure de grain », s'appliquait à la région productive de blé à l'est de Hama ; par extension, il désigne maintenant la partie septentrionale de la Chamiyé ou désert syrien. Le Chombol s'inscrit dans un triangle entre les plaines cultivées de la région d'Alep, la Djezireh et le Manader ; ses limites sont, au nord-ouest, le Jebel Hass et les marécages du J […] Lire la suite

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exemple de l'art »  : […] L'hypothèse de travail qui vient d'être proposée serait de peu d'intérêt si nous nous étions borné à souligner la dépendance des œuvres de la civilisation vis-à-vis de la société globale. Nous avons en effet à restituer la strate d'expérience au niveau de laquelle, l'effectuation collective produisant son propre monogramme, la société l'assume pour thème de ses activités et le diversifie en des œu […] Lire la suite

DÉMONOLOGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 2 914 mots

Dans le chapitre « La démonologie des nomades asiatiques »  : […] Dans la religion des peuples de l'Asie centrale et de la Sibérie, le chamanisme, qui survit encore au xx e  siècle, a joué, depuis la préhistoire, un rôle fondamental. La démonologie des peuples chasseurs diffère de celle des peuples pasteurs. Les phénomènes de transe extatique sont provoqués volontairement par le chaman afin d'unir « son corps et son sang » aux « esprits » évoqués. Ils ont pour […] Lire la suite

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les genres de vie »  : […] Les besoins en eau d'un homme travaillant dans le désert s'élèvent à neuf litres par jour, utilisés pour la cuisine et la boisson. La recherche continuelle de l'eau a obligé les habitants à vivre en nomades, mais leurs accoutumances particulières ont donné lieu à une certaine diversité de modes de vie. Les tribus les plus primitives pratiquent des formes anciennes de nomadisme : la chasse et la c […] Lire la suite

ÉLEVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 685 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L’âge pastoral »  : […] Alors que l’élevage a progressivement relayé la chasse, le pastoralisme est le fait de populations qui vivent essentiellement des produits de leurs troupeaux. Les élevages pratiqués portent sur des animaux qui peuvent se contenter d’apports alimentaires réduits, qu’il s’agisse d’ovins, de caprins, de dromadaires, de chameaux, de rennes ou, plus rarement, de bovins. La végétation herbacée ou arbus […] Lire la suite

EMPIRE DES STEPPES

  • Écrit par 
  • Véronique SCHILTZ
  •  • 786 mots

L'expression « empire des steppes » a été rendue populaire par le titre d'un ouvrage de René Grousset, qui fut le premier à tenter, en langue française, une histoire globale des pasteurs et guerriers nomades du cœur de notre continent. Paru en 1941 et plusieurs fois réédité, son livre L'Empire des steppes demeure une référence irremplaçable par son approche synthétique, même si les fouilles et l […] Lire la suite

GOBI DÉSERT DE

  • Écrit par 
  • Guy S. ALITTO, 
  • Mikhail Platonovich PETROV
  •  • 2 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Population et économie  »  : […] La densité de population est faible (inférieure à 1 habitant par kilomètre carré). La population est surtout composée de Mongols et de Chinois de Mongolie intérieure, ces derniers étant en forte augmentation depuis 1950. La plupart des habitants vivent du pastoralisme nomade, bien que l'agriculture prédomine dans les régions à forte concentration chinoise. Les nomades mongols vivent traditionnell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Xavier de PLANHOL, « NOMADISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nomadisme/