NICOLAS Ier PAVLOVITCH (1796-1855) empereur de Russie (1825-1855)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'opposé de son frère Alexandre, le jeune prince reçoit une instruction militaire et scientifique. Monté sur le trône au moment de la révolte des décembristes en décembre 1825, Nicolas Ier Pavlovitch gardera toute sa vie la vision de cette journée dramatique. D'une droiture exceptionnelle et gardien fidèle des principes absolutistes, il frappe durement les décembristes et instaure en Russie une discipline de fer. Défenseur de la légitimité, il intervient en Europe pour rétablir l'ordre après les mouvements révolutionnaires. Il prend part aux guerres contre la Perse, la Turquie, commence la pacification du Caucase et est entraîné dans la guerre de Crimée en 1854.

Le conflit éclate, une fois de plus, à propos de la Turquie et concrétise l'antagonisme entre la France et la Russie. Dans cette affaire, la Sainte-Alliance soigneusement entretenue par le tsar se rompt, Autriche et Prusse se contentant du rôle de spectatrices. La guerre s'enlisera pendant un an sous les murs de Sébastopol, assiégée par les troupes françaises, anglaises et turques, et Nicolas Ier mourra avant le traité humiliant de 1856.

Défenseur de la légitimité monarchique, Nicolas Ier se considère comme le champion de l'ordre européen issu des traités de Vienne. En juillet 1830, il prend nettement parti contre les journées révolutionnaires, qui vont d'ailleurs entraîner le soulèvement de la Pologne en novembre de la même année et sa brutale remise au pas. De même, en 1848, il se joint à l'Autriche pour réprimer le mouvement nationaliste en Hongrie. Sous l'impulsion de Nicolas Ier, la noblesse est systématiquement écartée de l'administration et une bureaucratie nouvelle étend ses ramifications sur tous les secteurs de la vie publique, en particulier sur les paroisses et l'enseignement, tandis que les journaux et les livres sont étroitement surveillés.

Pourtant, le règne apporte des réformes posit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification


Autres références

«  NICOLAS I er PAVLOVITCH (1796-1855) empereur de Russie (1825-1855)  » est également traité dans :

CZARTORYSKI ADAM JERZY (1770-1861)

  • Écrit par 
  • Zofia BOBOWICZ-POTOCKA
  •  • 399 mots

Fils d'Adam Kazimierz et d'Isabelle née Flemming, prince et diplomate, Adam Jerzy Czartoryski est un éminent homme d'État polonais. Après avoir terminé ses études en France et en Angleterre, il prit part, en 1792, à la lutte de la nation polonaise contre les Russes. Après le troisième partage de la Pologne (1795), il se rendit à Saint-Pétersbourg où il devint l'ami et le conseiller du grand-duc Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-jerzy-czartoryski/#i_42805

DÉCEMBRISTES ou DÉCABRISTES

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 1 211 mots

En Russie, et ensuite dans toute l'Europe, on nomma décembristes (ou décabristes, de dekabr , « décembre » en russe) la phalange des officiers nobles et libéraux qui, le 14 décembre 1825, tentèrent de soulever la garnison de Saint-Pétersbourg (Leningrad) pour obtenir du nouveau tsar, Nicolas I er , les réformes de structure indispensables dans une Rus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decembristes-decabristes/#i_42805

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'éveil national »  : […] La période de la présence russe en Finlande fut longtemps plus bénéfique que ne pourrait le laisser penser sa triste fin. Elle fut en effet marquée par l'essor des forces productives, de la vie culturelle et du sentiment national jusqu'au tournant néfaste des années 1890. Le tsar Alexandre I er , souverain réaliste, accorda au pays un statut plutôt favorable, eu égard aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_42805

NESSELRODE KARL ROBERT comte von (1780-1862)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 240 mots

Originaire de Westphalie, Nesselrode est né à Lisbonne, où son père représente la tsarine Catherine II. Il commence une carrière dans l'armée puis dans la diplomatie russe, à Berlin en 1802, à La Haye en 1804 et à Paris en 1807 ; c'est dans la capitale française et sous le couvert de l'alliance franco-russe qu'il organise un très efficace service d'espionnage pour lequel il utilise, en particulier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-robert-nesselrode/#i_42805

ORIENT QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 6 468 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'indépendance de la Grèce (1826-1832) »  : […] De crainte que l'insurrection grecque ne puisse aboutir par elle-même, et en vue d'éviter un règlement international, le nouveau tsar de Russie, Nicolas I er , décide de prendre l'initiative ; il adresse à Mahmud II un ultimatum draconien que le sultan se voit contraint d'accepter (mars 1826). Peu après, Mahmud II se débarrasse des janissaires révoltés en les faisant massa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-orient/#i_42805

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les révolutions romantiques (1815-1864) »  : […] L'économie du royaume se développa rapidement après 1815 : mesures de protection douanière, ouverture de la Banque de Pologne, progrès agronomique et essor des cultures nouvelles (betterave à sucre), exploitation du charbon de Dabrowa, usines métallurgiques fondées par l'industriel belge J. Cockerill, entreprises textiles à Łódý et ̣Zyrardów (du nom du Français Philippe de Girard). La population […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_42805

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre «  Précapitalisme et réformes »  : […] Après les guerres napoléoniennes, l'Europe du congrès de Vienne (1814-1815) est dominée par la Russie, membre prépondérant de la Sainte-Alliance, sous le règne d' Alexandre I er (1801-1825) et de Nicolas I er (1825-1855). L'expansion russe se poursuit au Caucase où les pays géorgiens ont déjà reconnu l'autorité du tsar (1799-1811) avec l'agrémen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42805

VORONTSOV MIKHAÏL SEMENOVITCH (1782-1856)

  • Écrit par 
  • Anca STAHL
  •  • 284 mots

Après des études en Angleterre, qui l'ouvrent aux idées occidentales, Mikhaïl Semenovitch Vorontsov entre dans l'armée et participe aux campagnes contre Napoléon (1806-1814). Durant la campagne de France, il commande les troupes russes qui arrivent à Paris et occupe lui-même les fortifications de La Villette. Il représente la Russie au congrès d'Aix-la-Chapelle en 1818. En 1823, il est nommé gouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-semenovitch-vorontsov/#i_42805

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « NICOLAS Ier PAVLOVITCH (1796-1855) - empereur de Russie (1825-1855) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-ier-pavlovitch/