Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NESSELRODE KARL ROBERT comte von (1780-1862)

Originaire de Westphalie, Nesselrode est né à Lisbonne, où son père représente la tsarine Catherine II. Il commence une carrière dans l'armée puis dans la diplomatie russe, à Berlin en 1802, à La Haye en 1804 et à Paris en 1807 ; c'est dans la capitale française et sous le couvert de l'alliance franco-russe qu'il organise un très efficace service d'espionnage pour lequel il utilise, en particulier, les bons offices dûment rétribués de Talleyrand. Pour l'en récompenser, Alexandre Ier l'appelle en 1812 aux Affaires étrangères, avec le titre de secrétaire d'État. Modeste, aimable, efficace, loyal, très apprécié des autres diplomates européens, il est toujours prêt à abandonner ses vues politiques personnelles pour servir celles de son souverain ; Alexandre Ier le nomme ministre des Affaires étrangères le 9 août 1816, après le départ de Capo d'Istria, et en fait son représentant dans tous les grands congrès, de 1814 à 1822. Nicolas Ier le fait vice-chancelier en 1829, puis chancelier en 1844. C'est Nesselrode qui est à l'origine des traités d'Andrinople et d'Unkiar-Skelassi qui marquent l'influence de la Russie en Turquie et en Grèce, et c'est lui qui brise en 1840 l'alliance anglo-française. Après avoir pris part au Congrès de Paris en 1856, il se retire des affaires et meurt à Saint-Pétersbourg.

— Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi