NÉO-COLONIALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le néo-colonialisme économique

Si la plupart des pays du Tiers Monde sont aujourd'hui politiquement indépendants, peu d'entre eux peuvent se dire économiquement souverains. Il n'est évidemment pas question d'indépendance économique absolue – cette perspective théorique ne peut qu'alimenter les débats philosophiques ou nourrir les passions politiques, puisque aucun pays n'est aujourd'hui absolument indépendant sur le plan économique, pas même les plus grands ; il s'agit plutôt du degré d'autonomie de la politique économique nationale et du niveau de participation aux décisions de politique internationale qui concernent la nation.

Dans cette perspective relativiste, on peut, néanmoins, constater que les pays sous-développés sont actuellement dominés d'une manière spécifique, qui diffère totalement des rapports entre pays industriels, même de puissance très inégale. Cette domination extérieure paraît tenir à quatre faits économiques essentiels :

– maintien et renforcement de la suprématie des firmes étrangères dans la production et le commerce des pays pauvres ;

– nature de la production dans laquelle ils se spécialisent ;

– détérioration continue des termes de l'échange ;

– signification économique de l'aide qui leur est accordée.

Suprématie des firmes étrangères

Une grande partie de la production des pays sous-développés est entre les mains des firmes étrangères, qu'il s'agisse de succursales de grandes entreprises européennes ou américaines, ou de filiales de cette réalité plus complexe qu'on appelle G.U.I. (Grande unité inter-territoriale) ou Transco (Compagnie transnationale). Les centres de décision de ces entreprises se trouvent à l'extérieur du pays, et leur politique protéiforme prend rarement en considération l'intérêt de la nation où elles sont implantées. Par leur marge de manœuvre, liée à leur importance et aux possibilités de reconversion sur d'autres pays en cas de difficultés, ces entreprises sont, en grande partie, indépendantes des décisions des pouvoirs nationaux. Leur supériorité technique, due à l'existence de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit de Paris-Ouest, détaché à Antananarivo

Classification


Autres références

«  NÉO-COLONIALISME  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mots et les choses »  : […] L'apparition des mots est toujours signifiante pour l'historien. Les mots colonie et colon , hérités du latin, sont utilisés dans la langue française dès le xiv e  siècle. Le mot « colon » désigne alors le cultivateur d'une terre dont le loyer est payé en nature. Il ne s'appliquera qu'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_16826

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 403 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Néo-colonialisme et dictatures »  : […] Après la reddition de l'armée espagnole à Santiago de Cuba, les États-Unis mettent en place un gouvernement militaire d'occupation jusqu'en 1902. L'indépendance formelle est accordée le 20 mai 1902, mais dans la Constitution l' amendement Platt donne aux États-Unis des bases navales (Guantánamo) et le droit d'intervenir à Cuba. Après la dissolution de l'armée de libération cubaine, une armée de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuba/#i_16826

HISPANO-AMÉRICAINE GUERRE (1898)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 188 mots
  •  • 1 média

Le 15 février 1898, l'explosion en rade de La Havane d'un navire nord-américain, le Maine , avec à son bord quelque 260 personnes, constitue le prétexte de l'intervention des États-Unis dans la guerre d'émancipation coloniale qui oppose Cuba à l'Espagne depuis 1895. La chute de Santiago de Cuba, en juillet, contraint le gouvernement de Madrid à signer, le 10 décembre 1898, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-hispano-americaine/#i_16826

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Condition de la littérature malgache »  : […] Madagascar n'est plus, comme au seuil des années 1970, le pays naturellement paradisiaque que certains, se prévalant à tort du silence, voulaient déjà faire passer pour « l'Île heureuse et délivrée » naguère entrevue par le poète derrière l'Île heureuse de dérision du romancier dont il hérita. Mais qui donc prenait garde à cette île flottante qui, à l'écart des grands courant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/#i_16826

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 127 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Affirmation du pouvoir et difficultés internes »  : […] L'année 1961 voit des mutations importantes dans l'organisation politique et l'affermissement du pouvoir de Moktar Ould Daddah. Ce dernier cherche à rendre plus cohérent un régime qui a pour mission de construire un État-nation. Il est donc nécessaire de réduire les dissensions et d'affaiblir les forces centrifuges, notamment celles des chefferies. Rompre avec le modèle français (multipartite et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mauritanie/#i_16826

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 055 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panaméricanisme colonial »  : […] À l'initiative du secrétaire d'État, James Blayne, fut convoquée, en 1899, à Washington, une conférence interaméricaine dont l'objet était de favoriser les échanges commerciaux. Elle créa, à cette fin, un Bureau des républiques américaines, premier organe permanent, à l'origine de toute une série d'institutions qui, empiriquement, verront le jour au cours des décennies suivantes. En 1901, une seco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panamericanisme/#i_16826

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUSTRUY, « NÉO-COLONIALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-colonialisme/