NÉO-COLONIALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le néo-colonialisme culturel

Plus grave, car plus profonde, moins connue et plus généralisée est la seconde forme du néo-colonialisme, celle que revêtent en réalité beaucoup de prétendues charités, philanthropies et fraternités révolutionnaires qui prétendent justement libérer du néo-colonialisme économique. Ne servent-elles pas même parfois de prétextes à une mise en condition qui favorise son maintien ? C'est le cas pour certaines « bienveillances » qui aident à supporter les servitudes (et par là même les perpétuent) : par l'octroi bruyant de très petites compensations, elles stérilisent les potentialités créatrices des sociétés en quête de développement en leur imposant un mimétisme dévastateur. Cette forme nouvelle de colonisation apparaît actuellement, pour l'essentiel, sous trois formes, celles de l'impérialisme doctrinal, du système éducatif, de l'abus psychologique.

L'impérialisme doctrinal

L'impérialisme doctrinal est la forme moderne de l'égocentrisme, occidental ou non occidental. Après avoir cru apporter la « vérité missionnaire », puis les « résultats scientifiques » de modes de croissance obligés, les pays industriels s'efforcent souvent d'exporter aujourd'hui l'« expérience » de leurs étapes de croissance. Mais, en réalité, que le dogme vienne de l'Est ou de l'Ouest, il rejette comme vaine toute tentative de création originale. Les tenants de la doctrine libérale voient dans les divers « socialismes tropicaux » une concession coûteuse aux susceptibilités nationales. Quant aux marxistes orthodoxes, ils dénoncent ces diverses tentatives comme des manœuvres de camouflage du néo-impérialisme, permettant ainsi aux « cryptoréactionnaires » de repousser la vraie et seule solution, qui, bien entendu, est la leur... Ainsi, intellectuels et politiques sont-ils souvent obligés d'adhérer à une doctrine toute faite qui empêche les recherches authentiques.

Cette manière de poser le problème et d'imposer un style de vie politique et une méthode particulière de réflexion est la pire forme d'impérialisme : l'impérialisme marchand traditionnel extorquait une partie de leur avoir aux pays pauvres ; l'impérialisme doctrinal contemporain annihile leur être. Sans doute ne s'agit-il pas de se limiter à des considérations philosophiques sur la spécificité de l'être et d'oublier que, pour choisir sa voie, il faut un minimum de subsistance et de conscience, mais de reconnaître que l'on est passé d'un extrême à l'autre. Pour avoir justement, trop souvent et trop longtemps, sacrifié les réalités économiques et politiques, on en arrive, à l'inverse, à considérer qu'une technique qui peut s'avérer capable, dans certains cas, d'augmenter la puissance d'un gouvernement sur son environnement est à elle-même sa propre fin, quels que soient ses coûts et son adéquation avec les constantes structurelles de la nation. Le dogmatisme de la « voie dans la vérité » est l'avatar moderne des divers missionnarismes qui, à travers l'histoire, ont voulu faire le salut, sur terre ou ailleurs, des autres malgré eux, et qui, après avoir dénoncé l'asservissement (conscient ou inconscient) aux précédents missionnaires, imposent encore souvent aujourd'hui leur « nouvelle liberté ». Même si l'on accepte l'idée que la croissance est, à n'importe quel prix, le but primordial que doit se fixer un peuple, une telle domination doctrinale, loin d'être une aide, est un empêchement. Il ne faut pas en effet confondre les techniques et les lois économiques universelles avec les modalités psychosociales qui doivent les adapter aux divers contextes socio-historiques. Si les premières peuvent être universellement diffusées, la découverte des secondes est toujours l'affaire de responsables locaux authentiquement ancrés dans leur culture.

La recherche des valeurs qui peuvent susciter une forme de croissance doit toujours être autonome et originale. Les expériences de développement réussies le prouvent abondamment. Bien qu'on s'efforce chez les doctrinaires œcuméniques de camoufler ce fait déplaisant, puritanisme, saint-simonisme, despotisme éclairé, Meiji, léninisme, maoïsme, castrisme ont été des créations variées, et efficaces, parce que différentes des modèles précédents et adaptées à leur situation historique spécifique. L'imitation servile a toujours été stérile. Qu'on laisse donc à chacun une chance en respectant les efforts nouveaux de création, et que les sectaires de tous bords se rappellent, par exemple, que le « lénini [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit de Paris-Ouest, détaché à Antananarivo

Classification

Autres références

«  NÉO-COLONIALISME  » est également traité dans :

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mots et les choses »  : […] L'apparition des mots est toujours signifiante pour l'historien. Les mots colonie et colon , hérités du latin, sont utilisés dans la langue française dès le xiv e  siècle. Le mot « colon » désigne alors le cultivateur d'une terre dont le loyer est payé en nature. Il ne s'appliquera qu'au xviii e  siècle à la personne qui va fonder ou peupler une colonie et qu'on opposera ainsi à l'habitant de la […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Néo-colonialisme et dictatures »  : […] Après la reddition de l'armée espagnole à Santiago de Cuba, les États-Unis mettent en place un gouvernement militaire d'occupation jusqu'en 1902. L'indépendance formelle est accordée le 20 mai 1902, mais dans la Constitution l' amendement Platt donne aux États-Unis des bases navales (Guantánamo) et le droit d'intervenir à Cuba. Après la dissolution de l'armée de libération cubaine, une armée de m […] Lire la suite

HISPANO-AMÉRICAINE GUERRE (1898)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Le 15 février 1898, l'explosion en rade de La Havane d'un navire nord-américain, le Maine , avec à son bord quelque 260 personnes, constitue le prétexte de l'intervention des États-Unis dans la guerre d'émancipation coloniale qui oppose Cuba à l'Espagne depuis 1895. La chute de Santiago de Cuba, en juillet, contraint le gouvernement de Madrid à signer, le 10 décembre 1898, le traité de Paris par l […] Lire la suite

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Condition de la littérature malgache »  : […] Madagascar n'est plus, comme au seuil des années 1970, le pays naturellement paradisiaque que certains, se prévalant à tort du silence, voulaient déjà faire passer pour « l'Île heureuse et délivrée » naguère entrevue par le poète derrière l'Île heureuse de dérision du romancier dont il hérita. Mais qui donc prenait garde à cette île flottante qui, à l'écart des grands courants internationaux, ven […] Lire la suite

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 129 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Affirmation du pouvoir et difficultés internes »  : […] L'année 1961 voit des mutations importantes dans l'organisation politique et l'affermissement du pouvoir de Moktar Ould Daddah. Ce dernier cherche à rendre plus cohérent un régime qui a pour mission de construire un État-nation. Il est donc nécessaire de réduire les dissensions et d'affaiblir les forces centrifuges, notamment celles des chefferies. Rompre avec le modèle français (multipartite et p […] Lire la suite

PANAMÉRICANISME

  • Écrit par 
  • René Jean DUPUY
  •  • 4 056 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le panaméricanisme colonial »  : […] À l'initiative du secrétaire d'État, James Blayne, fut convoquée, en 1899, à Washington, une conférence interaméricaine dont l'objet était de favoriser les échanges commerciaux. Elle créa, à cette fin, un Bureau des républiques américaines, premier organe permanent, à l'origine de toute une série d'institutions qui, empiriquement, verront le jour au cours des décennies suivantes. En 1901, une seco […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 181 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quel avenir pour les études postcoloniales ? »  : […] On pourra sans doute avancer que, depuis les années 1970, dans des pays développés comme l'Australie ou le Canada, une fois la phase de prise de conscience nationaliste passée, les écrivains ont cessé d'être les alliés plus ou moins volontaires de cette réappropriation identitaire. Margaret Atwood au Canada et Peter Carey en Australie fournissent deux exemples de romanciers d'abord préoccupés par […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-4 novembre 1981 France – Afrique. Sommet franco-africain à Paris

La page du néo-colonialisme est tournée » Dans son discours d'ouverture, le président Mitterrand affirme que la « voie raisonnable » au Tchad passe par « la mise en place effective de la force interafricaine ». Dès la première journée, les participants accueillent « avec satisfaction » la nouvelle de l'ordre donné par le colonel Kadhafi aux troupes libyennes de se retirer du Tchad. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques AUSTRUY, « NÉO-COLONIALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-colonialisme/